La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Marguerite-Marie (Sainte)

X. Le triomphe du Sacré-Cœur

C’était la première fois, ce 20 juillet 1685, qu’une image du Sacré-Cœur recevait les hommages de quelques saintes filles, répondant au désir singulier qu’a Notre-Seigneur « d’être honoré sous la figure de ce Cœur de chair, dont il voulait que l’image fut exposée en public afin de toucher par cet objet le cœur insensible des hommes » et promettant de répandre par ce moyen, ses bénédictions.

XI. Le grand dessein du Sacré-Cœur

« Il régnera, cet aimable Cœur, disait notre sainte, malgré Satan. Ce mot me transporte et fait toute ma consolation ! » En effet, le Sacré-Cœur veut régner par le roi de France. Il désire « être honoré autant qu’il y a été outragé, méprisé et humilié en sa Passion, et qu’il reçoive autant de plaisir de voir les grands de la terre abaissés et humiliés devant lui, comme il a senti d’amertume de se voir anéanti à leurs pieds. »

Marguerite-Marie_chapeau

IX. Le Mariage eucharistique

« Ma fille, dit Jésus à son épouse, ton désir a pénétré mon Cœur si avant que si je n’avais pas institué ce Sacrement d’amour, je le ferais maintenant pour me rendre ton aliment. Je prends tant de plaisir d’y être désiré, qu’autant de fois que le cœur forme ce désir, autant de fois je le regarde amoureusement pour l’attirer à moi. »

vision-chapeau

VII. Communion à la sainteté de Miséricorde

Par une prédisposition divine, la vie spirituelle de sainte Marguerite-Marie change de tonalité en même temps que ses supérieurs se succèdent. De 1678 à 1684, sous le supériorat de Mère Greyfié, notre sainte entre dans une nouvelle étape, plus douce.

VIII. L’intercession pour les âmes du Purgatoire

Notre sainte s’est interposée devant la sainteté de justice pour obtenir le salut de ses persécutrices. Elle souffre aussi, mais de manière beaucoup plus consolante, par charité pour les âmes du purgatoire, dans une sainteté d’amour et de miséricorde : c’est la communion des saints qui s’exerce.

Intermède – Psychodrames

Paray est semblable à un théâtre où est donnée une représentation tragique : Le premier rôle, c’est notre sœur Marguerite-Marie ; et l’Auteur de la pièce, le metteur en scène, le personnage vraiment central, c’est le divin Cœur de Jésus. Il est le Maître et Il désire que son épouse soit pressée de « L’aimer d’un amour de conformité à sa vie souffrante ».

Sainte Marguerite-Marie

Sainte Marguerite-Marie
II. La victoire de la miséricorde

Marguerite-Marie va sur ses 18 ans ; son entourage la pousse à se marier et des partis flatteurs se présentent. Cependant, « le désir que j’avais d’être religieuse me persécutait sans cesse. » Commence alors pour elle une sorte d’agonie, luttant à la fois contre son Dieu et contre la tentation. Suivant le penchant naturel de son humeur aimable, elle prend goût à « voir le monde et à me parer pour lui plaire… »

IV. Apparitions du Sacré-Cœur

C’est au cours de l’année 1675 que sœur Marguerite-Marie reçoit du Sacré-Cœur le grand Message : « Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu’Il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et mépris qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. »

agonie-chapeau

V. Consécration à la sainteté de Justice

Jésus demande à l’élue de son Cœur de « satisfaire à la tiédeur de tant d’âmes lâches » de son peuple choisi, c’est-à-dire de la Visitation. Elle devra être corédemptrice, présentant les mérites de l’Agonie et de la Passion du Christ à Dieu son Père, et y unissant son propre sacrifice pour la conversion de ses sœurs.

apparition-chapeau

Sainte Marguerite-Marie
III. Profession religieuse

Jésus-Christ conduit les personnages de ce “ psychodrame ” de telle manière que son déroulement mène à l’avantage de Marguerite-Marie, lui enseignant le détachement des choses terrestres afin de pratiquer à la perfection son vœu de pauvreté. Il en sera de même pour le vœu de chasteté, avec le sacrifice d’une affection naturelle, et pour le vœu d’obéissance.

Page 1 sur 212