La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Dimanche 1er juin

L’appel du Pape

EN 1860, Pie IX nomma Mgr de Mérode ministre des armées. L’évêque en confia le commandement au héros du siège de Constantine et ancien colonel des zouaves  : le général de La Moricière. Ce dernier accepta malgré son grand âge et les difficultés de l’entreprise  : «  Quand un père appelle son fils pour le défendre, il n’y a qu’une chose à faire  : y aller  !  »

Le 19 mars 1860, en la fête de saint Joseph, le général de La Moricière partit pour la Ville éternelle. À son arrivée, il se jeta aux pieds de Pie IX. Le relevant, le Pape s’exclama  :

«  Merci, mon cher fils, de nous apporter votre vaillante épée.

Oh  ! Saint-Père, à vous tout entier  ! Votre Sainteté m’a demandé  ; ses désirs sont des ordres et je n’ai pas hésité un instant. Elle peut disposer de mon sang et de ma vie  ; mais je dois lui dire que ma présence est ici un secours ou un danger  : un secours si je n’ai qu’à maintenir la tranquillité dans ses États et les préserver des bandes révolutionnaires  ; un danger si mon nom est un prétexte pour hâter l’invasion piémontaise. Car il m’est impossible à moins d’un miracle de triompher d’une armée de soldats aguerris et qui combattront à dix contre un.  »

«  La vie chrétienne n’est pas une thérapie terminale  : rester tranquille jusqu’au Ciel. Non, la vie chrétienne se passe sur la route. L’amour du Christ nous pousse, nous presse, avec cette émotion que l’on ressent quand on voit que Dieu nous aime.  » (pape François)

Cœur Sacré de Jésus, Vous qui voulez avoir besoin de nous pour accomplir sur terre votre règne d’amour, donnez-nous de répondre courageusement à votre appel.

Colorier le général de La Moricière (en haut à droite).