La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Samedi 21 juin

« Bernard est un saint. »

LE roi et la reine de Naples vinrent le visiter. Mais quelle ne fut pas la consolation du zouave lorsque, sans s’être fait annoncer, Pie IX entra dans sa chambre pour le bénir et l’encourager  ! Avant de se retirer, le Souverain Pontife posa la main sur le bras de son cher blessé et fit le signe de la Croix  : «  Mon ami, que le Bon Dieu te bénisse comme je te bénis.  »

Les premières espérances de guérison s’évanouissant, le médecin décida l’amputation du bras. Bernard souffrit à la pensée de devoir quitter sa batterie et le service de l’Église, mais se résigna. L’opération n’apporta pas d’amélioration. Il avoua à l’une des sœurs hospitalières  : «  Le Bon Dieu m’a donné une large part de souffrances dans ma vie, je vous assure, mais je ne m’en plains pas.  » Il puisait force et courage dans la récitation fréquente du chapelet.

Quelques jours plus tard, son état s’aggrava et, après avoir reçu l’Extrême-Onction, il rendit sa belle âme à Dieu dans des sentiments de soumission, d’abandon et de conformité parfaite à la divine volonté. Il avait 27 ans.

Après les obsèques solennelles, Pie IX déclara  : «  Bernard est un saint au Ciel  !  »

Petits zouaves du Pape, gardons au cœur la pensée du Ciel, qui nous donnera de l’entrain pour accomplir tous nos travaux  : «  Si ma vie a été un chemin avec le Seigneur, un chemin de confiance dans son immense miséricorde, je serai préparé à accepter le moment ultime de mon existence terrestre comme un abandon confiant et définitif dans ses mains accueillantes, dans l’attente de contempler son Visage Face à face.  » (pape François)

Cœur de Jésus, vous qui avez promis le Ciel au serviteur bon et fidèle, donnez-nous la grâce de la persévérance finale.

Colorier Pie IX bénissant le lieutenant de Quatrebarbes.

Précédent    -    Suivant