La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Mercredi 4 juin

Fils de l’Église

À l’appel du général de La Moricière, Misaël de Paz partit pour Rome. «  Servir de tout mon cœur Dieu et mon pays, être bon camarade, remplir mes devoirs de chrétien, ne pas craindre le coup de feu, dire noblement et simplement son chapelet, être brave sur le champ de bataille, tirer l’épée pour la défense du Saint-Père, quelle gloire  ! Si je meurs, je demande que mon sang retombe en bénédiction sur mon pays et sur ma famille.  »

Au même moment, Georges d’Héliand s’engageait lui aussi au service du Saint-Père. Sa mère, veuve, l’avait encouragé  : «  Va, mon enfant  ! et que Dieu soit béni, car il y a plus d’un mois que je lui demande de t’envoyer cette inspiration.  »

Et elle lui écrivait  : «  N’est-ce pas pour les lui rendre que Dieu nous a donné des enfants  ? Redoublons de prières pour que tout se passe pour la gloire de Dieu et le salut de nos âmes. Je dois faire pour sa cause ce que je n’eusse fait pour aucun autre.  »

Soyons les petits zouaves du Pape, en étant bons camarades et en accomplissant courageusement notre devoir d’état, à la maison comme à l’école.

«  Ne soyons pas des chrétiens tièdes, à l’eau de rose  : un peu de vernis de chrétien, un peu de vernis de catéchèse, mais à l’intérieur, pas de vraie conversion.  » (pape François)

Cœur de Jésus, source de toutes grâces, ayez pitié de nous.

Colorier un zouave (en bas).

Précédent    -    Suivant