La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

CARÊME 2015
avec
la Sainte relique du Saint Suaire

Introduction

Sainte Face

POUR notre plus grande joie, le pape François a autorisé l’ostension du Saint Suaire, en cette année 2015, pour commémorer le deuxième centenaire de la naissance de saint Jean Bosco. Il a annoncé qu’il irait en personne prier devant cette insigne Relique.

À la Noël 1988, notre Père, l’abbé de Nantes, voulait que «  notre seule pensée soit de rendre le culte dû à ce Suaire que Jésus a touché et que nous touchons, qu’il a arrosé de son Sang, et laissé empreint de son aspect corporel et de sa Sainte Face, pour que nous croyions en Lui, en le voyant ainsi, le touchant, le vénérant, l’adorant.

«  Ce Suaire est un trait d’union continu, un lien direct entre Lui, dans sa sainte humanité, et nous fidèles du vingtième siècle et les multitudes d’hommes de bonne volonté qui attendent un tel signe pour croire en Lui, l’adorer et l’aimer.  » Car Jésus «  nous l’a donné à contempler, afin que notre foi ne défaille pas  !  »

Pour cette ostension, des foules sont attendues. Nous aurons la grâce de faire partie de cette longue procession de pèlerins qui, par milliers, défileront devant le Saint Suaire. Comme nous ne pourrons rester que quelques instants devant la précieuse Relique, préparons-nous dès maintenant à ce moment de grâce et emplissons nos cœurs de dévotion.

Ainsi, unissons-nous aux clarisses1 qui, en 1534, purent observer le Saint Suaire de tout près, tandis qu’elles étaient chargées de le réparer. C’est ainsi que, nous aussi, nous contemplerons cette image mystérieuse, telle qu’elle nous est parvenue.

Nous nous mettrons également à l’école de notre bienheureux Père, frère Georges de Jésus-Marie, et de frère Bruno de Jésus-Marie, son fidèle disciple, afin de mieux connaître ce Saint Suaire, et donc de l’aimer. «  Quand on aime, on veut voir  !  » s’exclamait notre Père, avec un accent de véhément amour, lors de notre pèlerinage à Turin de 1998.


(1) Vous pouvez lire leur témoignage intégral si émouvant, dans la CRC n° 367 de mai 2000, p. 21-22.

Précédent    -    Suivant