La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Lundi 2 mars

« Ils ont percé mes pieds »

AU mont Calvaire, les soldats fixèrent les pieds de Jésus sur le bois de la Croix. Pour cela, l’un d’eux prit un long clou pointu et carré, un “ clou de la Passion ” de huit millimètres de côté. D’un seul coup de marteau, il l’enfonça dans le pied gauche à un endroit très précis, entre deux os. Puis, ramenant le pied gauche sur le droit, au même endroit, le bourreau enfonça ce même clou dans le pied droit. Tout cela lui était facile. Enfin, à grands coups, le clou fut enfoncé dans le bois.

 Ainsi, un seul clou traversait les deux pieds de Jésus, croisés l’un sur l’autre. C’est pourquoi seul le pied droit a marqué le Suaire d’une empreinte plantaire complète, d’où un ruissellement de sang qui a débordé sur le linge (à gauche du pied droit, sur la silhouette dorsale). Sur le pied gauche de la silhouette faciale, nous voyons l’entrée du clou. La jambe gauche est un peu plus courte, du fait qu’elle a été en légère flexion lorsque le pied gauche a été ramené sur le droit.

 Les images sanguines observées coïncident sans exception et d’une façon étonnamment précise avec la réalité anatomique. Quel faussaire aurait pu imaginer cela au Moyen Âge  ?

 «  Amène-moi là toutes mes créatures. Ces ouvertures sont assez grandes pour les loger toutes. Les plaies de mes pieds sacrés sont un océan.  » (Notre-Seigneur à Marie-Marthe Chambon)

Colorier l’empreinte du pied droit sur la silhouette dorsale.

Photographies du Saint Suaire

Précédent    -    Suivant