La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Mercredi 25 février

Une photographie de Jésus

LES clarisses contemplaient ce que de nombreuses générations de chrétiens avaient pu voir sur le Saint Suaire, depuis les Apôtres  : de pâles brunissures ayant la forme d’un corps. Au dix-neuvième siècle, l’invention de la photographie en révéla soudain la beauté insoupçonnée.

En effet, en 1898, un salésien, don Noguier de Malijay, eut l’idée de photographier de Saint Suaire. Autrefois, pour développer une photo, il fallait d’abord faire un “ négatif photographique ”; celui-ci inverse les valeurs lumineuses, mettant les parties sombres en clair et les parties claires en sombre. Habituellement, le résultat n’est pas agréable à voir. Or, quelle ne fut pas la surprise du religieux, lorsqu’il développa ses photos  ! Les négatifs firent apparaître le plus beau portrait du Christ qui fût jamais  ! C’était la reproduction directe des traits de Jésus, son Visage, aussi vrai qu’une photographie.

Ainsi, pour la première fois, tout homme était désormais admis à contempler le Seigneur Jésus, Fils de Dieu, tel qu’il se montra pendant sa vie terrestre  : homme magnifique, grand et bien proportionné, d’une beauté athlétique et d’une admirable prestance.

Sur votre dessin, à droite, la silhouette de Jésus a été schématisée par nos soins. À gauche, vous voyez le négatif photographique du Saint Suaire. Lors de l’ostension, ce n’est pas cela que vous contemplerez, mais l’original sur lequel il est plus difficile de discerner le Visage de Jésus.

Devant cette image, aimons réciter la prière de l’Ange de Fatima  : «  Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément, et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est lui-même offensé. Par les mérites infinis de son Très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pécheurs.  » (carnet de chants, p. A 8)

Colorier une rose.

Photographies du Saint Suaire

Précédent    -    Suivant