La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Jeudi 26 mars

Asphyxie

JÉSUS sur la Croix a du mal à respirer. Sur le Saint Suaire, nous pouvons lire les signes de cette asphyxie effrayante. Les deux grands pectoraux, qui sont les plus puissants muscles respiratoires, sont en contraction forcée, élargis et remontés vers les clavicules et vers les bras. Toute la cage thoracique est elle-même remontée et fortement distendue en inspiration forcée, le creux de l’estomac est enfoncé, déprimé par cette élévation et cette distension du thorax en avant et en dehors. Toute la masse abdominale est refoulée vers le bas par le diaphragme. Nous pouvons voir sur le Suaire, au-dessus des mains croisées, saillir le bas-ventre. Ce sont les symptômes indubitables de la tétanisation et de l’asphyxie.

Jésus ne se plaint pas  ; la souffrance est aiguë, mais il ne manifeste que douceur et abandon. La Vierge Marie se réfugie dans la prière. Elle offre ces douleurs de son Fils pour mon salut.

«  Père Éternel, regardez le cœur, l’âme et la divinité de Jésus, la sainte Victime qui en mourant a triomphé du péché. Nous vous les offrons pour l’honneur et la gloire de votre saint Nom et pour le salut de la France.  » (sœur Marie de Saint-Pierre)

Colorier une grappe de raisin.

Photographies du Saint Suaire

Précédent    -    Suivant