La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Mercredi 10 juin

Les tirailleurs Sénégalais

MENTON est une ville du sud de la France. Là, à l’hôpital 205, Alice Munet, jeune infirmière, était chargée des tirailleurs sénégalais. Elle profitait des soins pour les évangéliser.

Le premier qu’elle amena à Jésus s’appelait Logo. Particulièrement attiré vers la Sainte Vierge, il aimait à redire  : «  N’bi fo Mariama…  » (Je vous aime, ô Marie ). Alice lui montra comment dessiner, tricoter et, pour l’égayer un peu, lui procura un banjo  : il l’appelait son “ binjo ”.

Dans l’hiver 1915, quelques tirailleurs infirmes ou convalescents commencèrent à venir à la Villa de la Vierge, maison de la famille Munet. Singulier tableau que celui de ces Africains installés dans l’élégant salon blanc aux tentures rouges. Les uns assis dans les bergères, les autres passionnés de piano ou d’autres instruments de musique. Quelques gâteaux et une tasse de café faisaient leur bonheur  !

Alice en profitait pour leur parler de Jésus Crucifié et elle leur apprenait le signe de la Croix avec cette simple prière  : «  Bon Jésus, Fils de Dieu, tu as sauvé tout le monde, sauve-moi  !  »

Après la leçon de catéchisme, on allait parfois jusqu’à la grotte de Notre-Dame de Lourdes y porter un cierge, et lui demander  :

«  Mariama Sénoun, bon maman de Jésou bien garder moi, gagner pardon avant mort.  »

De nos jours, beaucoup d’enfants et de grandes personnes n’ont jamais entendu parler de Jésus et Marie. Certains ne savent même pas faire leur signe de Croix. À leur intention, répétons souvent  :

Père Éternel, donnez-moi autant d’âmes que votre Fils a versé de gouttes de Sang dans sa Passion. Précieux Sang de Jésus, sauvez-nous  !

Colorier Logo jouant du “ binjo ”.

Précédent    -    Suivant