La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Dimanche 28 juin

Sœur Marie Saint-Anselme

DÈS le début du conflit, des consignes avaient été données par la direction de la Santé au ministère de la Guerre, pour faire respecter les pratiques musulmanes dans les hôpitaux militaires  : jeûne du ramadan, interdits alimentaires.

Alors que les sœurs Blanches menaient un apostolat très fructueux, le gouvernement considéra la construction d’une mosquée dans le Jardin colonial comme tout à fait opportune. Inaugurée officiellement le 14 avril 1916, la mosquée fut remise à deux imams.

Nous connaissons les réactions intimes des religieuses. Sœur Marie Saint-Anselme écrivait, le 17 janvier 1916  :

«  Je crois que beaucoup de gens trouvent cette idée admirable. Pour moi, cela me fait souffrir, et j’en prends occasion de faire quelques actes d’amour de plus. Même en admettant que nos musulmans ne profitent pas de cette mosquée pour offenser davantage le Bon Dieu et jouer un peu plus la comédie, le simple fait d’élever un monument consacré à l’erreur et au mensonge est une triste chose, dans notre cher pays. Comme nous avons à aimer et à réparer  !  »

Les péchés de la France offensent et blessent les Cœurs de Jésus et de Marie. Nous aussi, faisons des actes d’amour pour les consoler.

«  La Face de la France est devenue hideuse aux yeux de mon Père  ; elle provoque sa justice  ! Offrez-lui donc la Face de son Fils qui charme son Cœur pour attirer sur cette France sa miséricorde  ; sans quoi elle sera châtiée. Là est son salut  ! C’est-à-dire en la Face du Sauveur.  »

Colorier sœur Marie Saint-Anselme.

Précédent    -    Suivant