La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly

La Contre-Réforme Catholique au XXIe siècle

IL EST RESSUSCITÉ !

N° 153 – Juillet 2015

Rédaction : Frère Bruno Bonnet-Eymard


ENCYCLIQUE LAUDATO SI ’, MI ’ SIGNORE,
LOUÉ SOIS-TU, MON SEIGNEUR !

Le pape François avec des enfants

«  Les enfants ont la capacité de sourire et de pleurer, spontanément, avec fraîcheur, avec amour. Cela dépend toujours du cœur…  » (Angélus du dimanche des Rameaux, 13 avril 2014)
© Osservatore Romano

Une encyclique adressée au «  Seigneur  », en forme de louange de Gloire… Du jamais vu  !

LA maison tombe en ruine «  en raison des dégâts que nous lui causons par l’utilisation irresponsable et par l’abus des biens que Dieu a déposés en elle  » (n° 2). Rien de plus franciscain que cet appel du pape François dans son encyclique sur l’écologie «  intégrale  » sous l’égide de saint François d’Assise (nos 10-11), autrement dit «  catholique  »  : englobant le tout de la création et toutes les créatures, «  spécialement celles qui en ont le plus besoin  ».

La Sainte Vierge voyait déjà, il y a cent ans, le 13 juillet 1917  : «  une grande ville à moitié en ruine  ». Depuis 1917, la destruction n’a fait que progresser. Aujourd’hui, le Saint-Père «  à moitié tremblant, d’un pas vacillant, affligé de douleur et de peine, prie pour les âmes des cadavres qu’il trouve sur son chemin  ».

François l’a dit lui-même à l’audience de mercredi 17 juin, place Saint-Pierre  : «  Notre “ maison ” est en train d’être ruinée, et cela nuit à tous, spécialement les plus pauvres. Je lance donc un appel à la responsabilité, sur la base de la tâche que Dieu a donnée à l’être humain dans la création  : “ cultiver et garder le jardin ” dans lequel il l’a placé (cf. Gn 2, 15).  »

Ce qui ne se peut «  sans recourir à un beau modèle capable de nous motiver  », saint François d’Assise. «  J’ai pris son nom comme guide et inspira­tion au moment de mon élection en tant qu’Évêque de Rome. Je crois que François est l’exemple par excellence de la protection de ce qui est faible et d’une écologie intégrale, vécue avec joie et authen­ticité […]. Il a manifesté une attention particulière en­vers la création de Dieu ainsi qu’envers les pauvres et les abandonnés. Il aimait et était aimé pour sa joie, pour son généreux engagement et pour son cœur universel. C’était un mystique et un pèlerin qui vivait avec simplicité et dans une merveilleuse harmonie avec Dieu, avec les autres, avec la nature et avec lui-même. En lui, on voit jusqu’à quel point sont inséparables la préoccupation pour la nature, la justice envers les pauvres, l’engagement pour la société et la paix intérieure.  » (n° 10)

Commentaire le mois prochain, s’il plaît à Dieu, avec un «  cœur ouvert  », selon le vœu de notre Saint-Père le pape François.

frère Bruno de Jésus-Marie.

Précédent    -    Suivant