La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Méditations quotidiennes

Jeudi 1er juin
Vendredi 2 juin
Samedi 3 juin
Dimanche 4 juin
Lundi 5 juin
Mardi 6 juin
Mercredi 7 juin
Jeudi 8 juin
Vendredi 9 juin
Samedi 10 juin
Dimanche 11 juin
Lundi 12 juin
Mardi 13 juin
Mercredi 14 juin
Jeudi 15 juin
Vendredi 16 juin
Samedi 17 juin
Dimanche 18 juin
Lundi 19 juin
Mardi 20 juin
Mercredi 21 juin
Jeudi 22 juin
Vendredi 23 juin
Samedi 24 juin
Dimanche 25 juin
Lundi 26 juin
Mardi 27 juin
Mercredi 28 juin
Jeudi 29 juin
Vendredi 30 juin

Mercredi 31 mai

Visitation de la Bse Vierge Marie, Marie Reine

En n’importe quel lieu où je sois, où Tu voudras que je Te serve, là je serai à Toi pour toujours  ; même si officiellement ma profession est temporaire, dans le contrat intime de notre union, elle est déjà pour toujours  ! Et quel que soit mon chemin, sur une terre douce ou accidentée, rocailleuse, ce sera toujours le pèlerinage de la voie étroite que Tu as parcouru avant moi  ! Et je me sens heureuse de t’appartenir, dépouillée de tout par le vœu de pauvreté, je suis entièrement à toi par le don ineffable du vœu de chasteté avec lequel tu as daigné enrichir cette pauvre âme et l’élever aux hauteurs angéliques de la Cour céleste. À partir de maintenant, je chanterai sur cette terre cette hymne de pur amour que seules les vierges peuvent chanter en chœur avec ta Céleste Reine, “ Regina Virginum ”, et avec elle je te dirai chaque jour  : “ Magnificat anima mea Dominum, et exsultavit spiritus meus in Deo Salutari meo  ! ” Oui, parce que tu as révélé ces choses aux humbles et aux petits.

Sœur Lucie, Mon chemin, 3 octobre 1928

Jeudi 1er juin

Saint Justin, Sainte Angèle de Mérici

Pourquoi ne pourrions-nous pas dire la Messe avec cette prière sacerdotale qui fut la Messe de Jésus, si l’on ose dire  ? C’est un texte qui ressemble à la prière du Pater et le Pater est la prière centrale de notre Messe. Alors, je me suis essayé, pour vous habituer à prier votre Messe, à suivre votre Messe, à participer à l’Eucharistie du dimanche et des jours de semaine, des fêtes de semaine, à prier avec le Christ, je me suis appliqué à, pour ainsi dire, retranscrire cette prière eucharistique de l’abondance du cœur, comme étant celle du prêtre, entouré de ses paroissiens, du curé de paroisse entouré de ses paroissiens et qui, agissant en la personne même du Christ, représentant le Christ dans sa paroisse en même temps qu’il représente sa paroisse aux yeux du Père céleste, ainsi se met dans les mêmes dispositions qui furent celles de Jésus-Christ, se les attribuant, se les appropriant. Chacune de nos Messes est une heure, un événement solennel dans notre consécration à Dieu.

Notre Père, 19 mai 1985

Vendredi 2 juin

Premier Vendredi du mois, Saint Pothin, Sainte Blandine et leurs compagnons, Saints Marcellin, Pierre et Érasme

Ce que le Christ nous demande dans son Évangile, est aussi un des points les plus importants du Message  : Que la Consécration soit faite en union avec tous les évêques du monde. C’est que le Pape et les évêques sont les guides du peuple de Dieu, dont ils doivent unir tous les membres dans une même foi, une même espérance et une même charité, afin qu’ils ne forment qu’un seul corps avec le Christ – le Corps mystique du Christ –. Si nous nous éloignons de ce Corps, nous ne sommes pas avec le Christ, parce que le Christ est un et indivisible.

Ainsi, nous sommes sûrs qu’en restant unis au Pape – actuellement le Pape est Jean-Paul II – nous sommes unis au Christ et ne formons avec Lui qu’un seul corps qui, dans un acte de donation totale d’offrande au Seigneur, se consacrera au Cœur Immaculé de Marie qui est la Mère du Christ et, pour cette raison, la Mère de Son Corps mystique (qui est l’Église), afin qu’avec Elle [Marie] et par le Christ, nous soyons conduits au Père, comme son peuple choisi pour la gloire de la Très Sainte Trinité.

Lettre de sœur Lucie, 24 juin 1987

Samedi 3 juin

Premier Samedi du mois, St Charles Lwanga et ses compagnons, Ste Clotilde

Pour la méditation de ce premier samedi du mois, en cette vigile de la Pentecôte, il nous est facile de nous tenir avec la communauté des disciples et des saintes femmes réunis autour de Marie, au Cénacle, bien enfermés, par peur des juifs. Marie se tient du côté de Dieu, plus divine qu’humaine, plus proche de Dieu que des hommes, plus unie à la divine Personne du Paraclet, dès son Immaculée Conception, qu’elle n’est unie au monde créé. En nous consacrant à Elle, nous entrons dans la vie intime des trois Personnes divines, dans leur circumincessante charité. C’est déjà le Ciel ici-bas.

«  Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu  », a-t-elle dit à Lucie, le 13 juin 1917. Elle est notre maîtresse de sagesse, elle est notre Loi, et voilà pourquoi elle ne veut pas d’une dévotion illusoire. «  Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé.  » (13 juillet 1917) Dépositaire des volontés de son Maître et Époux, de son Seigneur, quand elle paraît à Fatima elle parle en maîtresse de vérité, imposant les commandements de son Seigneur. Dans sa bouche, la Loi divine se fait certes très maternelle, très tendre, mais d’autant plus insistante et souveraine. En nous ordonnant de réciter le chapelet, Elle nous apprend à dire à Dieu son Père et notre Père  : «  Que votre volonté soit faite sur la terre comme au Ciel.  »

Frère Bruno de Jésus-Marie, 3 juin 2006

Dimanche 4 juin

Fête de la Pentecôte, Sainte Clotilde, Saint François Caracciolo

On voit la Vierge, mais, pour ainsi dire, on respire l’Esprit-Saint. Il n’y a qu’à prendre les apparitions de la Vierge  : Fatima. On dira que la Sainte Vierge, c’est féminin, c’est la tendresse, c’est l’amour, etc., mais le Saint-Esprit, c’est la Sagesse, l’Intelligence, la Science, le Conseil, la Force, la Piété, la Crainte de Dieu, c’est tout de même quelque chose  ! Mais la Sainte Vierge, à Fatima et à Lourdes, s’est montrée pleine de ces dons du Saint-Esprit, pleine de ce Conseil, de cette Science. Donc, nous regarderons la Sainte Vierge avec son Fils dans les bras, surtout son Fils descendu de la Croix, déposé dans ses bras avant d’être enseveli, puis à sa droite, dans le Ciel. La Sainte Vierge consent, elle adhère et on sent bien que c’est la Colombe du Saint-Esprit, on sent bien que c’est le Saint-Esprit qui adhère à Jésus et au Père.

Notre Père, 12 mai 1993

Lundi 5 juin

Saint Boniface

Notre-Seigneur a fait prolonger son Évangile par les Actes des Apôtres par saint Luc, qui montrent que les tourments redoublent plus après sa mort et sa résurrection. Et ensuite il a fait achever l’Évangile de saint Jean par l’Apocalypse qui annonce que ce qu’on a vu à Jérusalem en petit, on le verra en grand à l’échelle de l’univers à la fin des siècles. Nous sommes prévenus. Il faut que nous en prenions notre parti, que nous nous rendions compte que sur terre et jusqu’à la fin du monde il y aura un parti d’hommes résolus ayant toute la puissance du démon à leur service, toute l’intelligence, toute la malice possible pour détruire l’Église, Jésus-Christ, ceux qui leur sont fidèles.

Notre Père, 16 mars 1986

Mardi 6 juin

Saint Norbert, Bx Marcellin Champagnat

Aujourd’hui, quand nous voyons Notre-Seigneur nous dire cette parole, il faut bien que j’en rétablisse la vérité. Quand on nous consulte pour savoir par qui nous voulons être gouvernés et par quelle constitution nous devons être gouvernés nous avons, paraît-il, le droit d’exprimer nos convictions, que le Pape ne nous empêche pas de dire que ce que nous voulons, c’est que la France revienne à son ancien régime, où Jésus-Christ était Roi et les rois, les fils aînés de l’Église étaient ses représentants sur la terre. Voilà dans quel esprit de liberté, nous écoutons l’Évangile, parole de Notre-Seigneur. Nous ne sommes pas du tout criminels par rapport à cet Évangile, quand nous gardons nos convictions et celles de nos pères, et demain peut-être nous aurons à les clamer sur les toits. Si notre gouvernement est en train de disparaître, nous serons consultés sur la constitution qu’il faut donner au pays, l’avenir qu’il faut donner au pays. Sachons que nous sommes considérés comme des souverains, ayant notre part de souveraineté, nous avons le droit de crier, de proclamer que la France ne se sauvera de tout cela qu’en revenant à ses institutions d’avant 1789 avec la maxime «  travail, famille, patrie  » si vous le voulez, mais Dieu sera premier servi.

Notre Père, 8 novembre 1992

Mercredi 7 juin

Bse Anne de Saint-Barthélémy

Le Livre de Tobie est un récit qui fait controverse parmi les exégètes depuis toujours, c’est trop beau, trop littéraire pour être croyable  ! J’en connais qui n’y croyaient pas. Mais attention  ! La cécité des yeux est ici l’allégorie de l’aveuglement de l’esprit et en particulier de l’aveuglement d’Israël. Ça, ce n’est pas une légende  !

La mort est le sort de l’humanité pécheresse depuis le péché originel, entré dans le monde par la jalousie du diable, nous dit le Livre de la Sagesse, mais ici c’est vraiment mis en œuvre, cette jalousie du diable qui tue le fiancé avant même que sa fiancée puisse s’unir à lui  ! C’est une représentation allégorique de cette jalousie du diable qui nous rend victimes de la mort, ce châtiment du péché.

La Providence divine que ce récit nous incite à reconnaître dans nos vies quotidiennes n’est pas un conte, elle est à l’œuvre, c’est ce que la suite va montrer. C’est le tableau réel de notre condition terrestre qui est représenté là. Nous sommes l’enjeu d’un combat entre les mauvais et les bons anges.

Frère Bruno de Jésus-Marie, 6 août 2016

Jeudi 8 juin

Bse Marie du Divin Cœur

Il m’est venu en contemplant cette vision de Tuy hier, la pensée de ne pas séparer le Cœur Sacré de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie. Le Sacré-Cœur est tellement lié au Cœur de Marie qu’il n’y a point de concurrence et qu’il n’y a pas à hésiter entre une litanie à la Vierge Marie et une litanie au Sacré-Cœur. Si on hésite, on choisit tout, c’est-à-dire qu’on ajoute aux prières dites au Cœur Immaculé de Marie, selon la demande instante de Dieu, nos vieilles prières liées à sainte Marguerite-Marie et à son message de dévotion, de réparation, de sacrifice. Quand nous avons bien travaillé à unir ces deux Cœurs dans notre cœur, comme ils sont unis de toute éternité, nous n’avons plus qu’à compléter en pensant que le Cœur de Jésus est un Cœur Eucharistique.

Notre Père, 8 juin 1998

Vendredi 9 juin

Saint Ephrem, Marie Médiatrice de toutes grâces, Saints Prime et Félicien

Regardez bien dans le Cœur Immaculé de Marie, regardez au fond, je suis sûr que vous apercevrez une colombe  ! C’est le Saint-Esprit qui est dans la Vierge Marie. Si la Vierge Marie a et possède le Saint-Esprit et qu’elle est la Mère de Jésus, à double titre, elle peut intercéder. Par le Saint-Esprit, sa prière d’intercession plaît au Père, notre très chéri Père du Ciel, et en passant, son intercession ne peut que toucher, le Cœur de Jésus afin qu’il prie à la même intention  ; s’il prie le Père, nous sommes sûrs d’être exaucés.

Notre Père, 31 mai 1996

Samedi 10 juin

St Michel, ange gardien du Portugal, Sainte Marguerite, Reine d’Écosse

Il y a une autre façon de prier, que nous devons offrir à Dieu, conjointement à notre prière “  vocale  ”  : c’est “  la prière de notre travail  ”, de l’accomplissement de tous nos devoirs d’état, avec un esprit d’humble soumission à Dieu, parce que c’est Lui qui nous a imposé la loi du travail. Nous devons le faire avec amour et avec fidélité envers Dieu et envers le prochain  ; ainsi, nos occupations de chaque jour, en apparence peut-être insignifiantes, offrons-les à Dieu, elles seront une prière de louange, de reconnaissance, de pénitence et de supplication. Tobie nous donne l’exemple puisque l’Ange lui déclara  : «  Lorsque vous étiez en prière, toi et Sara, c’était moi qui présentais vos supplications devant la Gloire du Seigneur et qui les lisais  ; et de même lorsque tu enterrais les morts. Quand tu quittais ton repas et te levais promptement pour ensevelir les morts, je voyais tes bonnes œuvres et j’étais auprès de toi.  » (Tb 12, 12-13)

Ce passage de l’Écriture Sainte nous dit comment nous devons employer le temps que Dieu veut bien nous donner à vivre  : une partie doit être dédiée à la prière, une autre à l’accomplissement de nos devoirs d’état et une troisième à faire du bien à notre prochain pour l’amour de Dieu. Le jour a vingt-quatre heures  ; nous ne faisons rien d’excessif en réservant quelques moments pour rencontrer Dieu.

Sœur Lucie, les Appels du Message de Fatima

Dimanche 11 juin

Fête de la Sainte Trinité, Saint Barnabé

Sainte Trinité, Dieu unique et véritable, en qui je crois et j’espère, je Vous adore et je Vous aime  ; acceptez mon amour et mon humble adoration. Ce que j’ai à Vous donner est si peu que je Vous demande d’accepter, en compensation de mon indignité, les mérites infinis du Cœur de Jésus et ceux du Cœur Immaculé de Marie, et en échange je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.

Prière de Sœur Lucie pour la conversion des pécheurs

Lundi 12 juin

Saint Jean de saint Facond

Prenez-les, ces Béatitudes, en colonne verticale  : Beati, beati, beati; bienheureux, bienheureux, bienheureux, il s’agit du bonheur. Je dis bien  : du bonheur en ce monde. Vous êtes bienheureux vous qui… dès maintenant. Notre-Seigneur ne dit pas  : Vous êtes malheureux ici-bas, vous serez bienheureux plus tard, non. Vous êtes bienheureux dès maintenant… si vous êtes pauvres, doux, affligés, affamés, miséricordieux, purs… Tout cela, c’est la «  Bienheureuse  » Vierge Marie, et elle seule, à vrai dire, au moment où Jésus prononce ce discours. Elle est «  Bienheureuse  » à un titre tout à fait spécial que notre Père a mis en valeur à propos de sa virginité.

À partir du moment où c’est Marie qui a été dénommée Vierge, ce mot de vierge est devenu sacré et son usage courant en est venu à donner à la personne qui méritait ce titre un préjugé, une préférence d’intégrité, un être conservé, dans son état originel. C’est le commencement de l’imitation de Marie. Je pense à l’alabastron contenant le parfum d’un grand prix, conservé mystérieusement et totalement utilisé pour l’embaumement du Seigneur. Ce vase était scellé, poterie scellée dont on briserait le col pour répandre sur celui qu’on aime, qu’on a aimé et qu’on veut honorer dans la mort, répandre entièrement le parfum sur sa tête. C’est le modèle de la virginité consacrée.

Frère Bruno de Jésus-Marie, 12 juin 2010

Mardi 13 juin

Saint Antoine de Padoue, 2e Apparition de Notre-Dame de Fatima

“  Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.  ” Après des paroles comme celles-ci, nous pouvons penser que Lucie est une grande mystique, une grande sainte et qu’elle est absolument comblée des grâces du Ciel pour accomplir sa mission si difficile. On ne peut donc absolument pas supposer qu’elle ait imaginé, brodé autour des apparitions et qu’elle soit infidèle à sa mission. Il y a une espèce d’impeccabilité, d’indéfectibilité qui sont indispensables à une vocation si importante. Il faut qu’elle soit hors de toute suspicion de mensonge.

Notre Père, 13 juin 1994

Mercredi 14 juin

Saint Basile le Grand

Jésus nous explique et la Loi et les Prophètes. Il en possède la clef non seulement parce qu’Il les a inspirés, mais encore parce qu’Il vient en ce monde pour les accomplir à l’heure marquée par le Père  : «  Comme MAÎTRE, Il éclaircit et explique les points des Saintes Écritures qui étaient obscurs et mal interprétés, résumant ainsi son ministère  : “  N’allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes  : je ne suis pas venu abolir, mais compléter.  ” (Mt 5, 17)

Compléter ne veut pas dire ajouter les prescriptions et préceptes qui pouvaient encore manquer, mais conduire l’essentiel de la Loi à son plein accomplissement  : la charité.

Lumière dans la nuit, Il est Ressuscité no 17, décembre 2003

Jeudi 15 juin

Fête du Très Saint-Sacrement, Saints Guy, Modeste et Crescence

Hostie Divine, Pain descendu du Ciel que le Père nous a donné, et qui as allumé en moi une flamme laborieuse que Ton amour embrase, présente en moi, Divine Hostie, sur l’autel du sacrifice, je T’adore et je T’aime, je veux être avec Toi consacrée, offerte au Père, flamme ardente, pour me perdre en Toi dans l’éternité de ton Être immense.

Petite Hostie, je veux être avec Toi, fais de moi, pour Toi, Ton vivant tabernacle. Que tu puisses y demeurer, comme cette fournaise ardente, que Ton amour présent ne laisse pas s’éteindre. Tu resteras là, flamme toute brûlante, que Ton amour entretient, avec la lumière de Ton regard.

Prière de sœur Lucie à la Sainte Eucharistie

Vendredi 16 juin

Saint Jean-François Régis

Ces deux êtres, bénis par Dieu, comme une seule chair, rappellent l’arbre de vie planté par le Créateur dans le Jardin terrestre pour qu’il soit cultivé et donne du fruit en son temps. Si nous cherchons du fruit sur un arbre en dehors du temps convenable, nous n’en trouverons pas. Et si nous cueillons le fruit avant qu’il ne soit mûr, il sera un fruit vert, insipide et nocif pour la santé si nous nous en nourrissons. Tandis que si nous cueillons ce fruit lorsqu’il est mûr, à la saison convenable fixée par Dieu, le fruit sera alors savoureux, germe de vie et de félicité. De nouvelles fleurs s’épanouiront sur l’arbre, de nouveaux printemps souriront dans les foyers, de nouvelles vies entonneront des cantiques à leur Créateur.  »

Sœur Lucie, les appels du Message de Fatima

Samedi 17 juin

Saint Grégoire Barbarigo

Au centre du drame de cette monarchie très chrétienne, il y a le refus de Louis XIV au Sacré-Cœur. 17 juin 1689, 17 juin 1789. Le roi Louis XIV refuse de s’agenouiller devant le Sacré-Cœur et cela est comme une tare, comme un péché originel, un péché de cette monarchie tellement aimée du Christ. Cela conduira Louis XVI à la guillotine et le roi Louis XVII dans cette prison obscure à ce martyre inconnu, cette déchéance physique et morale où seulement resplendira une lumière de foi, d’espérance et de charité qui feront de lui, certainement, un jour, une victime du Sacré-Cœur. Cela parce que la monarchie chrétienne avait péché contre le Sacré-Cœur.

Pendant les trois jours qui vont nous préparer à la solennité du Sacré-Cœur, nous ne cesserons de scruter les trésors d’amour infini, de miséricorde du Cœur divin et vous vous sentirez pris d’une part à aimer le Sacré-Cœur et d’autre part à réaliser des sacrifices, des immolations de vous-mêmes à ce divin Cœur pour le salut du monde ne faisant plus avec lui qu’un cœur et qu’une hostie. Una cum Christo hostia cor unum.

Notre Père, 10 juin 1994

Dimanche 18 juin

Solennité de la Fête-Dieu, Saint Ephrem le Syrien

La dévotion au Cœur Immaculé de Marie, que Dieu veut répandre dans le monde par la voix du Pape et des évêques en communion avec lui, fera ce miracle de nous rendre capables, je ne dis pas d’actes héroïques, mais tout simplement d’être honnêtes avec Dieu, heureux de prier, de recevoir sa grâce, par le simple rayonnement de cette présence réelle, substantielle, corporelle de Jésus-Christ, seule capable d’éloigner les passions épouvantables qui ravagent l’humanité, et d’éveiller à la vraie Vie, grâce à un miracle plus étonnant que la victoire de Lépante, toutes les âmes qui gisent aujourd’hui à l’ombre de la mort, «  du Maroc à l’Indonésie  ».

Alors, il nous sera donné de reconquérir toute l’aire des empires perdus, français et portugais, car, disait le Père de Foucauld, «  toutes les âmes sont faites pour Jésus, toutes sont son héritage, et aucune, si elle a de la bonne volonté, n’est incapable de le connaître et de l’aimer  ». Et la soif du Cœur eucharistique de Jésus et de Marie est de leur donner sa Chair à manger, son Sang à boire, afin de leur communiquer la Vie éternelle.

Frère Bruno de Jésus-Marie, Il est Ressuscité mai 2004

Lundi 19 juin

Saint Romuald, Sainte Julienne de Falconieri

Alors, trente ans pour nous apprendre que les choses de la terre ne sont que néant, pour nous apprendre que celui qui est fidèle à Dieu nécessairement est l’objet de mille persécutions et doit porter sa croix chaque jour, pour nous apprendre qu’il faut savoir pardonner les injures et continuer à aimer son prochain comme soi-même, et être prêt à donner sa vie pour la rédemption de son prochain, il me semble que ces trente ans de la vie de Jésus étaient bien nécessaires pour nous persuader de cela, afin que nous l’admirions, que nous marchions sur ses traces et que, ainsi, nous soyons capables d’être ses disciples en ce monde et ses commensaux dans le banquet de la vie éternelle  !

Notre Père, 20 janvier 1985

Mardi 20 juin

Saint Sylvère

Jésus pousse plus loin la perfection de l’amour de Dieu et du prochain. À la vérité, aimer nos amis est facile, mais il faut aussi aimer nos ennemis et rendre le bien pour le mal que nous recevons d’eux. C’est là que notre charité confine à l’héroïsme  ! Le Seigneur donna sa vie pour ses amis et aussi pour ses ennemis  : “  Ô Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.  ” (Lc 23, 34) Il demanda pardon pour ses ennemis et voulut les sauver, laissant son exemple pour confirmer ce qu’Il nous avait dit auparavant  : “  Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient (…). Votre récompense alors sera grande et vous serez les fils du Très-Haut, car lui est bon, même pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux.  ” (Lc 6, 27-28. 35-36)

Lumière dans la nuit, Il est ressuscité no 24, juillet 2004

Mercredi 21 juin

Saint Louis de Gonzague

Suivez ce chemin et vous verrez qu’auprès du Tabernacle, vous trouverez plus de science, plus de lumière, plus de force, plus de grâce et de vertu, que vous ne pourrez jamais en trouver dans les livres, les études ou chez quelque créature que ce soit. Ne considérez jamais comme perdu le temps que vous passez à prier. Vous verrez que, durant la prière, Dieu vous communiquera la lumière, la force et la grâce dont vous avez besoin pour faire tout ce qu’il veut de vous.

La seule chose importante pour nous, c’est de faire la volonté de Dieu, d’être là où il veut que nous soyons et de faire ce qu’Il attend de nous, dans un esprit de constante humilité, conscients du fait que, de nous-mêmes, nous ne sommes rien, et il faut que ce soit Dieu qui travaille en nous et se serve de nous pour tout ce qu’Il veut. Pour y arriver nous devons tous intensifier beaucoup notre vie d’union avec Dieu, et cela ne s’obtient que par le moyen de la prière. Qu’il nous manque du temps pour tout, mais jamais pour la prière  ; et vous verrez qu’en moins de temps, vous accomplirez plus de choses  !

Lettre de sœur Lucie à son neveu le Père Valhino, 13 avril 1971

Jeudi 22 juin

Sts John Fisher et Thomas More, Saint Paulin de Nole

Que Notre-Dame soit glorifiée, honorée, aimée, servie par toutes les créatures  ! C’est là le secret du Secret. C’est pourquoi Dieu veut que la dévotion au Cœur Immaculé de Marie s’étende au monde entier. Il veut même qu’elle s’y «  établisse  », fondant un culte public, solennel et stable, donc liturgique, reconnu, exalté et répandu par la hiérarchie elle-même, ne se réduisant pas à une dévotion privée, qui peut naître puis disparaître. Loin de contredire l’unique médiation du Cœur de Jésus, la dévotion au Cœur Immaculé de Marie est le seul chemin qui y conduit.

Frère François, Fatima Salut du monde

Vendredi 23 juin

Fête du Sacré-Cœur de Jésus, Vigile de saint Jean-Baptiste

La dévotion au Cœur Immaculé est le moyen que le Sacré-Cœur de Jésus a conçu dans sa Sagesse pour mettre le comble à la fois à sa Miséricorde infinie pour nous autres pécheurs, et à son premier amour, unique et incomparable, pour la très Sainte Vierge Marie  ! En effet, le pouvoir donné par Dieu au Cœur Immaculé de Marie de sauver les âmes de l’enfer constitue le premier acte et aujourd’hui l’ultime grâce de l’économie de la Rédemption.

Frère François, Fatima Salut du monde

Samedi 24 juin

Fête du Cœur Immaculé de Marie, Nativité de saint Jean-Baptiste

Les très Saints Cœurs de Jésus et de Marie aiment et désirent ce culte [du Cœur Immaculé] parce qu’ils s’en servent pour attirer les âmes à eux, et c’est là tous leurs désirs  : sauver les âmes, beaucoup d’âmes, toutes les âmes. Notre-Seigneur me disait, il y a quelques jours  : “  Je désire très ardemment la propagation du culte et de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, parce que ce Cœur est l’aimant qui attire les âmes à moi, le foyer qui irradie sur la terre les rayons de ma lumière et de mon amour, la source intarissable qui fait jaillir sur la terre l’eau vive de ma miséricorde.  ”

Lettre de sœur Lucie à son évêque, 27 mai 1943

Dimanche 25 juin

Solennité de la Fête du Sacré-Cœur, Saint Guillaume

Il ne me reste plus beaucoup de temps pour aller au Ciel. Toi, tu resteras ici afin de dire que Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Le moment venu de le dire, ne te cache pas. Dis à tout le monde que Dieu nous accorde ses grâces par le moyen du Cœur Immaculé de Marie  ; que c’est à elle qu’il faut les demander  ; que le Cœur de Jésus veut qu’on vénère avec lui le Cœur Immaculé de Marie  ; que l’on demande la paix au Cœur Immaculé de Marie, car c’est à elle que Dieu l’a confiée. Ah  ! si je pouvais mettre dans tous les cœurs le feu que j’ai là, dans ma poitrine, et qui me brûle et me fait tant aimer le Cœur de Jésus et le Cœur de Marie  !

Testament de Jacinthe à Lucie

Lundi 26 juin

Saints Jean et Paul

Certainement, depuis le Ciel, votre regard maternel suivait mes pas et, dans le miroir immense de la Lumière qui est Dieu, vous avez vu la lutte de celle à qui Vous aviez promis une protection spéciale  : “  Je ne t’abandonnerai jamais. Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.  ” «  Ainsi sollicitée, Vous êtes descendue sur la terre, une fois de plus, et c’est alors que j’ai senti votre main amie et maternelle toucher mon épaule. Je levai les yeux et je Vous vis. C’était Vous, ma Mère bénie, qui me donniez la main et m’indiquiez le chemin. Vos lèvres s’ouvrirent et le doux son de votre voix rendit à mon âme la lumière et la paix  : «  “  Me voici pour la septième fois, va  ! suis le chemin par lequel Monseigneur l’évêque veut te conduire, c’est la volonté de Dieu.

Et comme si m’avaient été dites les paroles que l’Ange adressa au prophète Élie  : “  Lève-toi car tu as encore un long chemin à parcourir  ”, j’ai continué mon pèlerinage d’adieu.

Sœur Lucie, mon Chemin

Mardi 27 juin

Saint Cyrille d’Alexandrie, Notre-Dame du Perpétuel Secours

Je voudrais vous exhorter à une plus grande piété envers la Très Sainte Vierge Marie, d’abord parce que notre Vénéré Père Charles de Foucauld avait une grande piété pour Notre-Dame du Perpétuel-Secours. Pourquoi du Perpétuel-Secours  ? Notre-Dame de Bon-Secours, Notre-Dame Auxiliatrice, toutes ces appellations sont vraies et ne se recouvrent pas totalement. Quand on aime sa Mère, on lui trouve toutes sortes de qualités, toute tuilées les unes sur les autres, qui se tiennent les unes les autres mutuellement et cependant, qui nous montrent toutes les facettes d’un cœur humain aimant, d’un cœur maternel, du Cœur maternel de la très Sainte Vierge Immaculée, Mère de Dieu, la toute sainte.

Notre Père, 27 juin 1995

Mercredi 28 juin

Saint Irénée

La doctrine de Marie Médiatrice, ébauchée par les premiers apologistes, a son docteur dans saint Irénée. Il exprime cette doctrine avec une telle clarté, une telle vigueur, que les siècles suivants n’ont pu que l’enrichir. L’essentiel nous est donné par saint Irénée. Il a lutté contre les gnostiques en traditionaliste. Ce qui compte, pour lui, c’est la transmission légitime des témoignages qui attestent la réalité charnelle du Christ et la virginité de Marie. La Rédemption ne serait pas réelle si Jésus n’était pas né de Marie, de race humaine. Jésus n’est pas une sorte d’esprit  ; le Verbe incarné est vraiment homme. Ce Christ, né de la Vierge, de sa chair, est l’Emmanuel, le Fils de Dieu. «  L’ange annonça à Marie qu’elle porterait Dieu.  » (Adversus hæreses 5, 19, 1)

Saint Irénée accorde la plus grande importance à la virginité perpétuelle de Marie, c’est-à-dire avant, pendant et après la naissance de Jésus  : par ce privilège, sa Maternité divine s’étend à tous les hommes qu’elle enfante non à la mort, comme Ève, mais au salut, c’est-à-dire à l’innocence retrouvée.

Frère Bruno de Jésus-Marie, 14 mai 2016

Jeudi 29 juin

Saint Pierre et saint Paul, Cœur Eucharistique de Jésus et Marie

Pierre, Paul, les colonnes de l’Église  ! Ces Apôtres ont été doués de telles lumières qu’ils ont mieux compris que personne la Révélation  ; on ne dira jamais mieux, plus qu’eux. Sachant cela, nous avons alors une révérence, c’est-à-dire un respect, une vénération, une estime, une admiration pour les Apôtres, pour tous les Apôtres, sauf celui qui a trahi. Nous les mettons très au-dessus évidemment de chacun d’entre nous et même de nos maîtres contemporains plus ou moins anciens. Cette intelligence de la foi les rendait infaillibles en tout ce qu’ils disaient et écrivaient et l’intelligence éveillant et empruntant l’amour du cœur, elle les rendait impeccables, indéfectibles. C’est une qualité dont leurs successeurs n’ont pas hérité, ni l’une ni l’autre, ni la troisième, leur puissance de faire des miracles à volonté. L’Église a toujours tenu que c’était des qualités, des privilèges qui ont été donnés aux Apôtres, et non pas aux saintes Femmes, pour la vocation de l’Église et qui ne sont pas passés à leurs successeurs qui n’ont qu’à s’incliner devant l’autorité, la sainteté et la puissance des saints Apôtres. C’est merveilleux  !

Notre Père, 29 juin 1992

Vendredi 30 juin

Octave du Sacré-Cœur, Saint Ostian (vivarais), Premiers martyrs de l’Église de Rome, Commémoraison de saint Paul

Deux préoccupations en Jésus et en la Sainte Vierge  : nous sauver par leurs souffrances et demeurer parmi nous pour nous distribuer leurs bienfaits. Le Cœur eucharistique de Jésus, c’est de découvrir qu’il y a en lui, et jusqu’à la fin du monde, un souci de nous sauver, tel, qu’il manifeste ce souci en revenant sur tous les autels réitérer son Sacrifice pour nous en distribuer le fruit. C’est cela, la Messe. C’est le Cœur eucharistique qui désire la Messe pour nous sauver, pauvres que nous sommes, qui tombons tous les jours dans le péché et avons besoin d’être soignés. Jésus, notre bon Samaritain, est là, et sa Mère est d’accord. Leurs Cœurs sont les mêmes. Luther et les autres sont déclassés.

Notre Père, 16 octobre 1994