La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

2019

L’Amour Miséricordieux du Bon Dieu pour les pécheurs

Le Fils de Dieu fait homme est vraiment celui qui nous a le plus cherché, le plus ardemment poursuivi, le plus douloureusement retrouvé, le plus follement sauvé, le plus obstinément supporté, le plus tendrement serré dans ses bras et blotti sur son cœur.

Tout quitter pour Jésus

Si je compare ma religion avec le culte de l’Homme d’aujourd’hui, je vais détacher mon âme, mon esprit, mon cœur de cet humanisme, ô mon Dieu, car « à quoi sert de gagner le monde, si c’est pour perdre mon âme ! » Je me rappellerai les paroles sévères de Jésus : « Quiconque ne porte pas sa croix et ne marche pas à ma suite ne peut être mon disciple. »

La dernière place

Saint Luc, en ce 22e dimanche du temps ordinaire, nous donne à méditer une petite parabole pleine d’enseignements. En voyant les pharisiens se précipiter pour prendre les meilleures places, Jésus veut nous donner à tous une leçon d’humilité. Il est venu sur terre pour prendre la dernière place. Comprenons que la manière d’être honoré dans le Ciel éternellement, c’est de choisir la dernière place comme Jésus lui-même nous en a donné l’exemple.

Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite...

L’Église en ce 21e dimanche du temps ordinaire nous donne à méditer un enseignement sévère de Notre-Seigneur qui mérite d’être rappelé en nos temps de désorientation diabolique : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car beaucoup, je vous le dis, chercherons à entrer et n’y parviendront pas. »

Le chrétien est-il pacifique ou pacifiste ?

Aujourd’hui, Jésus nous surprend par la violence de sa parole : « Pensez-vous que je sois apparu pour établir la paix sur la terre ? Non ! » Nous sommes tellement conditionnés depuis le Concile Vatican II à penser que toute guerre est mauvaise, interdite, et que la paix est un idéal à poursuivre, quel qu’en soit le prix, que cet évangile nous choque. À tort ou à raison ? Quelle est la doctrine de l’Église sur la guerre ?

Les raisons théologiques de l’Assomption

L’Assomption de la bienheureuse Vierge Marie est un événement historique, un miracle auquel les chrétiens ont toujours cru. C’est pourquoi le Pape Pie XII, consentant aux vœux de toute l’Église, décida de proclamer solennellement ce privilège de la bienheureuse Vierge Marie comme un dogme de notre foi catholique. Entrons dans l’esprit et le cœur de l’Église et cherchons à comprendre les raisons théologiques d’un tel honneur.

La terrible leçon des paraboles

La parabole des serviteurs attendant le retour du Maître que l’Église nous donne à méditer aujourd’hui est d’une grande simplicité. Notre Seigneur nous demande de garder nos lampes allumées dans les mains pour être prêts à l’accueillir, le cœur brûlant, quand il reviendra à la fin des temps ou au moment de notre mort

Jésus nous parle en paraboles

Il faut que nous croyions en Notre-Seigneur Jésus-Christ et que nous méditions ses paraboles pour savoir la condition fondamentale de notre vie : nous ne sommes ici-bas que des voyageurs, et nous serons jugés sur notre conduite, soit pour aller dans la béatitude éternelle du Ciel, soit pour aller dans ce lieu de torture et de feu qui s’appelle l’enfer.

Confiance et abandon dans nos prières de demande

Lorsque nous demandons des grâces dans la prière, sachons bien que les saints du Ciel se mobilisent pour nous faire du bien ; ils entrent ainsi dans nos projets, nos désirs, nos affections et manifestent ainsi qu’ils ont un cœur qui nous aime. Cette vérité doit nous donner une grande confiance dans nos prières de demande.

Sainte Marthe ou la charité fraternelle

L’Église, en ce 16e dimanche du temps ordinaire nous donne à méditer le passage d’Évangile où saint Luc raconte la visite de Notre Seigneur à Béthanie, chez ses amies Marthe et Marie. Sainte Marthe est la patronne de ceux qui, par charité fraternelle, se soumettent volontiers aux exigences et nécessités de leur devoir d’état, de ceux qui vivent dans le monde et qui en assument toutes les charges.

Le Bon Samaritain

Qui est ce bon Samaritain dont parle Notre-Seigneur dans sa parabole ? Il y a longtemps que les Pères de l’Église et notre Père à leur suite ont répondu : Notre bon Samaritain à nous, c’est Jésus, notre Sauveur. Sur la terre étrangère en ce monde, nous n’aurons jamais quelqu’un qui nous soit plus proche que Jésus.

Notre engagement phalangiste au service de l’Église

Ô mon Jésus, je ne rougirai pas de Vous dans cette génération adultère et pécheresse, dans ce monde apostat du 21e siècle. Nous espérons ne pas mourir dans ces temps affreux d’apostasie, avant d’avoir vu votre règne revenir en puissance dans notre pays, dans notre Église, sur la terre tout entière. C’est cette espérance surnaturelle, mais aussi humaine, temporelle qui nous fait nous engager avec joie et courage, avec un espoir magnifique.

Précieux avis pour acquérir une douce familiarité avec le Sacré-Cœur de Jésus

En cette fête patronale de nos communautés de petits frères et petites sœurs du Sacré-Cœur de Jésus, il nous est bon de méditer les précieux avis pour acquérir une douce familiarité avec le Sacré-Cœur de Jésus que nous devons à la princesse Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé, en religion mère Marie-Josèphe de la Miséricorde.

Je suis le Pain Vivant descendu du Ciel

Si nous ne nous alimentons pas de la Sainte Communion, nous n’aurons pas en nous la vie de la grâce, la vie surnaturelle, qui dépend de notre union avec le Christ, par la communion à son Corps et à son Sang. C’est pour cela qu’Il demeure dans l’Eucharistie : pour être notre aliment spirituel, notre Pain de chaque jour, qui soutient en nous la vie surnaturelle.

Mon Dieu, je vous adore et je vous aime...

Ô mon Dieu, que ce jour de la fête de la Sainte Trinité qui commence en cris de louange pour votre bonté se continue en reconnaissance de vos bienfaits. Que je vive en vous et pour vous, afin de bien vous servir sur la terre et mériter la vie éternelle pour mon bonheur et celui de ceux que j’aime, pour votre louange de gloire et pour l’accroissement de cette vie divine si glorieuse qu’est votre vie d’amour, ô Père, ô Fils, ô Saint-Esprit.

Que faut-il penser du mouvement charismatique ?

Nous désirons que l’Église soit débarrassée de ces fausses religions, de ces faux mysticismes pour retrouver les sentiers de la Foi, de l’Espérance et de la Charité et nous allons prier Notre-Seigneur de nous envoyer son Esprit-Saint ; de nous donner ses dons afin que chacun d’entre nous grandisse dans le véritable Amour du Christ qui seul, est en mesure de nous conduire au bonheur de la Vie éternelle.

Le désir du Ciel est un don de Dieu

En ce dimanche de l’Ascension de Notre Seigneur, il nous est bon d’élever nos regards vers le Ciel, l’unique but de tous nos travaux. Au Ciel est la plénitude du bonheur dont nos joies terrestres ne sont que des reflets ou des signes, au Ciel est la lumière, au Ciel l’œuvre merveilleuse de la contemplation et de la louange pour laquelle nous avons été créés.

L'Esprit de Sagesse fait goûter Dieu

L’essence même de notre religion, c’est le don que Dieu fait de Lui-même à sa créature qu’il aime. Déjà Il l’appelle à un si parfait bonheur au jour de son baptême et durant le temps qu’elle demeure dans l’enfance et l’aveuglement du péché. Mais qu’elle Le cherche d’un cœur sincère et bientôt Il se donne à elle sensiblement et dans des marques d’amour indubitables

Notre religion est un amour !

Nous sommes trop habitués aux merveilles de notre religion, et il nous semble tout à fait naturel que Dieu veuille que nous nous aimions les uns les autres. Il faudrait réfléchir à cela pour comprendre ce qu’il y a de merveilleusement doux et de tendre dans la Loi du Christ qui nous a dit : « aimez-vous les uns les autres », ajoutant que les deux commandements d’aimer Dieu et d’aimer son frère ou son prochain, n’en font qu’un.

« Le bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis »

Ah ! Seigneur, quand donc serez-vous le Pasteur universel de toute l’humanité rassemblée en une seule et même Église, juifs et païens convertis, tous entendant votre voix et tous vous célébrant d’une voix unanime ? Ces paroles sont véritablement la révélation de votre Sacré-Cœur, ô Jésus, et du Cœur Immaculé caché dans votre Sacré-Cœur, mais attendant les derniers siècles de notre histoire pour se révéler.

Apparition “ nostalgique ” de Jésus ressuscité au lac de Tibériade

L’apparition de Jésus Ressuscité au lac de Tibériade a quelque chose de nostalgique. C’est là que Jésus s’est déjà manifesté à ses disciples par une pêche miraculeuse. Il veut les retrouver en Galilée pour leur rappeler ces temps bénis de leur jeunesse et revivre avec eux le souvenir de ces événements heureux.

La première apparition de Jésus ressuscité aux Apôtres

La fête de Pâques est d’une importance particulière dans notre vie parce que nous vivons dans un temps d’incroyance, de tentations contre la foi, d’une violence inouïe. Nous avons pourtant la certitude que la Résurrection de Notre-Seigneur est un fait historique devant lequel toute âme droite doit s’incliner.

La signification profonde de la Résurrection

Nous chantons la gloire et la joie de la Résurrection. Ce qui fait notre bonheur aujourd’hui, c’est la pensée religieuse et divine que Notre-Seigneur intercède pour l’humanité dans le Ciel auprès de son Père, et en même temps dans tous les lieux de la terre où se célèbre le Saint-Sacrifice de la Messe. Il nous fait vivre et participer à sa Résurrection, dans la mesure même où nous avons la foi.

Notre participation aux mystères douloureux

En ce vendredi saint, ô Jésus, je me remémore votre Passion sainte et douloureuse, j’en scrute les moindres événements. Ainsi devrai-je faire, parler, me taire. Le disciple n’est pas au-dessus de son Maître. Oui, un jour viendra où nous sera demandé à nous aussi le plus grand témoignage d’amour ; il faut se tenir prêt à le donner.

Le mystère du Cœur de Jésus, Victime d’amour

En ce Jeudi saint, nous sommes invités à entrer dans l’intimité de ce dernier repas où Jésus ouvre son Cœur à ses Apôtres. Nous sommes dès maintenant, introduits dans ce mystère qui ne va plus nous lâcher jusqu’au matin de Pâques : le mystère du Cœur Sacré de Jésus, Victime d’amour.

L’amour rédempteur de notre Divin Sauveur

En ce dimanche des Rameaux, il nous est bon de savoir ce qu’il faut faire pour bien vivre notre Semaine sainte. Notre-Seigneur a accompli une œuvre qui est un mystère, le mystère de notre rédemption et il ne nous est demandé qu’une chose, c’est que, en étant pleins de foi, d’espérance et d’amour pour lui, nous en tirions profit, nous en recevions le bénéfice.

La charité sublime du Cœur de Jésus envers la femme adultère

L’Évangile de la femme adultère met en lumière la charité sublime du Cœur de Jésus que nous devons imiter. Cette charité fraternelle est pour nous la pierre d’achoppement dans notre vie spirituelle. Il faut aimer son prochain coûte que coûte pour ressembler à Notre-Seigneur.

L’absente de la parabole de l’enfant prodigue

Dans cette parabole de l’enfant prodigue, Dieu manifeste un sentiment maternel par ce père de famille. Mais cette délicatesse maternelle de son cœur, il l’a pour ainsi dire donnée à la Vierge Marie qui occupe la première place. C’est par Elle qu’il nous fait profiter de son cœur miséricordieux.

Le buisson ardent, figure de la virginité perpétuelle de Marie

En ce troisième dimanche du Carême l’Église nous donne à méditer le récit du Buisson ardent que nous trouvons au livre de l’Exode. Voyons comment ce buisson qui brûle sans se consumer est un figuratif de la virginité perpétuelle de Marie.

Comment faire oraison sur le mystère de la Transfiguration

Ô mon Dieu, Père, Fils, et Saint-Esprit, je vous adore et je vous aime dans cette merveilleuse théophanie. Et vous, ô Vierge Marie, par votre prière, disposez s’il vous plaît mon cœur et obtenez-moi la grâce de rester dans le silence de cette sainte montagne toute la journée, quelles que soient mes occupations.

La lutte contre le démon

En ce premier dimanche de Carême, l’Église nous donne à méditer un extrait du chapitre 4e de saint Luc où nous voyons Jésus tenté par le diable au désert. À sa suite, nous devons lutter contre le démon qui est le prince de ce monde profondément laïc et sans Dieu dans lequel nous vivons. Comment faut-il faire pour vaincre le démon et ses tentations ?

Vous les reconnaîtrez à leurs fruits

L’Église en ce 8e dimanche du temps ordinaire nous donne à méditer ce petit passage de l’Évangile de saint Luc où Notre Seigneur nous donne un avertissement salutaire lorsqu’il dit : « Méfiez-vous des mauvais bergers. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits ».De quoi s’agit-il ? Que veut dire Notre Seigneur ?

La modification évangélique

Nous avons vu dimanche dernier comment le discours des Béatitudes venait renverser la sagesse naturelle des Juifs, l’idée tout humaine du bonheur sur terre. Après avoir enseigné la Charte de son Royaume, Jésus nous montre aujourd’hui, dans le chapitre 6e de saint Luc, ce qu’il faut faire pour devenir les élus de son Cœur, pour être proclamés « fils du Très-Haut » et obtenir la grande récompense du bonheur éternel qui nous a été préparé de toute éternité par notre Père du Ciel.

Examen de conscience à la lumière des béatitudes

Cet évangile des Béatitudes est d’une douceur extrême. Il faut sans cesse revenir à savourer ces vérités que Notre-Seigneur nous enseigne dans l’Évangile. C’est par la configuration enthousiaste au Christ d’un petit nombre d’âmes victimes que l’on sortira de l’immense apostasie où nous nous enfonçons.

La première rencontre de Jésus et de ses apôtres

Relisons ensemble ce chapitre V de saint Luc en nous mettant à la place des Apôtres, afin de bien nous imprégner et nous réjouir de la bonté de Notre-Seigneur. Ensuite, comme saint Pierre, et tout pécheur que nous soyons, nous recevrons Jésus dans la communion avec un vrai regret de nos fautes et la résolution de bien obéir à ses commandements ou à ses inspirations…

L’éloge de la Charité

L’hymne à la Charité dans le chapitre 13 de la première Épître aux Corinthiens enseigne aux Corinthiens une voie qui dépasse toutes les autres et qui celle de la charité non pas comme amour de Dieu, mais comme amour du prochain. Il nous conseille de rechercher plus que tout l’amour fraternel qui nous conduira à l’Amour de Dieu.

La joie de “ Notre ” purification

La fête que nous célébrons aujourd’hui est encore dans le rayonnement de celle de Noël. « Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la Loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. » Saint Luc dit bien “ leur ” purification, parce qu’il pense à la prophétie de Malachie qui annonçait qu’un jour le Seigneur entrerait dans son temple pour y purifier les fils de Lévi, c’est-à-dire les prêtres... Lorsque l’Enfant Jésus entre au Temple de Jérusalem pour la première fois dans les bras de la Sainte Vierge, c’est l’accomplissement de cette prophétie.

L’Église est le corps du Christ

Le Christ est la cause de l’unité de l’Église. Et si l’Église est le corps du Christ, dans une première acception, c’est parce que Jésus-Christ assume, intègre, unit les hommes qui ont foi en lui. Il les redistribue selon ses ministères et charismes, Il aplanit leurs différences naturelles et sociales pour leur conférer son unité, les hiérarchiser au sein des divers ministères qui sont nécessaires à la vie et à la croissance de son Église.

Les noces de Cana

L’Évangile des noces de Cana est très connu et très aimable. Cependant, peu le pénètrent pour se rendre compte de la merveilleuse vocation à laquelle nous sommes appelés. Pénétrons dans la profondeur de cet évangile, scrutons la portée religieuse, mystique des moindres signes et paroles de cet événement.

La mission de Jean-Baptiste

En ce dimanche de la fête du Baptême de Notre-Seigneur, l’Église nous fait méditer sur la mission de saint Jean-Baptiste. Le témoignage de cet homme qui a toutes les formes d’un prophète attendues par les Juifs et qui va donner sa vie pour témoigner de Jésus avant de s’effacer devant Lui va être la preuve capitale de la légitimité de Jésus, de la vérité de l’Évangile.

L’Épiphanie soutient notre foi aujourd’hui

L'Église se réjouit beaucoup en cette fête de l'Épiphanie car elle y voit la réalisation des prophéties d’Isaïe qui annonçaient le Royaume de Dieu à venir. Ces textes sont pour l'Église une certitude qui fonde et réconforte son espérance. C’est pourquoi, de siècle en siècle, elle n’a cessé de célébrer, lors de l’Épiphanie, la gloire à venir de ce divin enfant Jésus, le Roi des peuples, objet de l'admiration des nations.

Vœux de notre Père... toujours actuels, pour la nouvelle année

En ce 1er janvier, il nous est doux de nous adresser mutuellement des vœux pour l’année qui vient. Voyons comment en nos temps d’apostasie, il est encore possible à l’école de notre Père de nous souhaiter joyeusement des vœux de bonne santé, de bonne et sainte année, tout en regardant l’avenir avec sérénité et confiance.