La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Bien commun

Le bien commun national

Cours de politique totale de l’abbé Georges de Nantes.

Point 87. La réforme du gouvernement

À l’appareil gouvernemental de nos démocraties où se juxtaposent technocrates et politiciens soumis au diktat des partis, pour élaborer des politiques et des législations centralisatrices répondant aux préoccupations électorales, devra succéder une administration vouée au bien commun, respectant au plus près la nation dans sa diversité.

Point 88. La réforme des collectivités locales

Les régions, les départements, les arrondissements et les cantons sont des circonscriptions administratives artificielles nées de la Révolution pour les besoins du centralisme jacobin, ils seront donc supprimés au bénéfice d’un retour aux entités traditionnelles dont les plus récentes études sociologiques et démographiques constatent l’étonnante pérennité.

Point 80. …Et donc antidémocratique

En face du régime démocratique, l’excellence du pouvoir personnel n’est pas à démontrer. Le monarque, dictateur et roi, libre souverain, chef-né ou même usurpateur, gouverne au-dessus des intérêts particuliers, des puissances d’argent et des pressions partisanes.

Point 79. La restauration d’une autorité souveraine et légitime

Le pouvoir de ce souverain voué au bien commun de la nation sera  légitime, c’est-à-dire qu’il pourra justifier son autorité et obtenir le consentement du peuple qui y verra une réalité fondamentale, une vérité, une bonté, une beauté souveraines.

Point 78. Le bien commun  : la paix

Connaître et respecter l’ordre naturel ne suffit pas, encore faut-il que la nation soit protégée contre ses ennemis. La survie quotidienne de la nation et la paix est le second bien commun.

Point 77. Le bien commun  : l’ordre

Il y a une nécessité du pouvoir, une nécessité du gouvernement pour conserver la société dans l’ordre et la paix. C’est une leçon de l’histoire, corroborée a contrario par nos malheurs actuels qui résultent de la déliquescence du pouvoir politique souverain.

150POINTS-chapeau

LES 150 POINTS DE LA PHALANGE
Point 62. Contre les utopies de solidarité universelle

Si l’Église, fidèle au commandement de la charité fraternelle, ne peut que réprouver toutes les idéologies de la haine et du mépris, cela ne signifie pas qu’elle peut approuver toutes les idéologies ou systèmes politiques prônant la paix universelle ou le mondialisme.