La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Capitalisme

Capitalisme

Le capitalisme et le socialisme au 19e siècle

Études sur le capitalisme et le socialisme au 19e siècle.

Point 118. Capitalisme, communisme, même révolution

Capitalisme, communisme, c’est la même révolution, de l’homme contre Dieu, contre le Roi et finalement contre soi ; la mort de Dieu, la mort du Roi annoncent et préfigurent la mort de l’homme.

Point 119. La victoire du capitalisme

La mondialisation est le dernier avatar en date du capitalisme libéral. Annoncée depuis longtemps comme l’idéal de la domination de la finance internationale sur le monde, elle est devenue réalité à la fin des années soixante-dix par le biais de la commission Trilatérale.

Point 111. La science économique… n’est pas innocente

Depuis que le libéralisme isole le marché et le prive de toute règle extérieure, son libre jeu est devenu l’objet d’une science économique moderne très mensongère  qui est la connaissance systématique et pratique des mécanismes du marché.

Point 112. L’imprudence du capitalisme libéral

L’imprudence capitaliste impardonnable est dans son aveugle obstination à détruire toutes les forces qui ne sont pas d’argent et à écraser, exploiter, consumer toutes les faiblesses dont il se croit le maître.

Point 108. La démocratie économique est athéiste

L’émancipation de tout cadre social pour la satisfaction souveraine de son égoïsme, que la démocratie économique lui prêche comme son premier droit et son plus grand devoir, provoque en l’homme moderne un rejet radical, haineux, ou pire, froid et dur, de Dieu, de Jésus-Christ, de l’Église.

Point 109. Une liberté théorique

Le libéralisme économique est né de deux subversions modernes menées la première contre Dieu, la seconde contre les rois ; il constitue la troisième menée contre les communautés humaines. Il est anti-écologique.

Point 110. L’universel marché

Le libéral fixe son attention sur le “marché” qu’il interprète comme la rencontre de simples forces économiques, sans frein, sans réserves morales, sans visage humain. Le capitalisme libéral a détruit toutes les barrières qui freinaient son expansion.

Point 105. Le péché originel du capitalisme

C’est parce que tout son pouvoir est assis sur la Révolution de 1789 et la destruction de la religion, de la monarchie, des élites, de la classe militaire, des communautés de métier et de village, que le capitalisme est incapable de réformes qui changeraient sa nature. Tel est son péché originel.

Point 106. La démocratie économique est asociale

La revendication utopique du bonheur matériel immédiat pour tous provoque la dissolution de la société, du fait que chaque individu reçoit pour règle suprême de tirer parti de tout pour lui seul, sans respect de rien ni crainte d’aucune sanction, sans amour de personne. La démocratie économique est asociale.

Page 1 sur 212