La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Démocratie

Cabinet Viviani

5. La République dans la guerre (1914-1915)

Jusqu’ici nous avons suivi surtout les événements militaires parce qu’ils étaient d’une importance absolument capitale. Maintenant, nous allons étudier ce que le pays légal, ce que la France dans ses institutions, son gouvernement, devenaient à travers ce cataclysme. Dans une deuxième partie nous évoquerons les opérations sur le front d’Orient.

Point 117. Le socialisme complice, la sociale-démocratie

Quand l’insurrection sociale s’est déchaînée, le capitalisme s’est fait un allié du socialisme pour canaliser la révolution populaire contre les forces sociales qui sont les défenseurs naturels et légitimes du peuple : l’Église, l’Armée, la Monarchie.

Point 108. La démocratie économique est athéiste

L’émancipation de tout cadre social pour la satisfaction souveraine de son égoïsme, que la démocratie économique lui prêche comme son premier droit et son plus grand devoir, provoque en l’homme moderne un rejet radical, haineux, ou pire, froid et dur, de Dieu, de Jésus-Christ, de l’Église.

Point 106. La démocratie économique est asociale

La revendication utopique du bonheur matériel immédiat pour tous provoque la dissolution de la société, du fait que chaque individu reçoit pour règle suprême de tirer parti de tout pour lui seul, sans respect de rien ni crainte d’aucune sanction, sans amour de personne. La démocratie économique est asociale.

Point 107. La démocratie économique est apatride

La dissolution des liens familiaux et, par suite, des communautés naturelles, sous la poussée de l’individualisme, ne peut aller sans une totale désaffection pour la nation. L’économie démocratique est foncièrement destructrice de tout civisme.

Point 89. Mieux que les élections

Alors que dans le système politique démocratique traditionnel,  l’élection de ses représentants est pour le peuple l’exercice habituel de son pouvoir démocratique, dans un régime de gouvernement où le pouvoir central se trouve concentré en une autorité souveraine légitime, la représentation populaire sera avantageusement remplacée par un contact constant, souvent direct, avec les autorités civiles, économiques et sociales qui gèrent l’ensemble des activités du pays.

Point 80. …Et donc antidémocratique

En face du régime démocratique, l’excellence du pouvoir personnel n’est pas à démontrer. Le monarque, dictateur et roi, libre souverain, chef-né ou même usurpateur, gouverne au-dessus des intérêts particuliers, des puissances d’argent et des pressions partisanes.

150POINTS-chapeau

LES 150 POINTS DE LA PHALANGE
Point 70. Comment subsistent les démocraties

Toute démocratie dure par sa majorité centriste, union du capitalisme libéral et du socialisme bureaucratique. Le lien de cette droite conservatrice et de cette gauche modérée, c’est « le centre », cette frange de l’électorat dont le vote fait pencher la balance tantôt pour un parti tantôt pour l’autre.

150POINTS-chapeau

LES 150 POINTS DE LA PHALANGE
Point 66. L’invention de Satan  : III. La démocratie

Pour séduire les peuples et les empêcher de revenir à l’ordre politique chrétien, la démocratie a été instituée comme une véritable religion, un idéal, une perfection. C’est aujourd’hui une évidence pour tout le monde : la démocratie c’est LE Bien. On ne peut plus imaginer d’autre régime qui soit légitime.

150POINTS-chapeau

LES 150 POINTS DE LA PHALANGE
Point 67. Les quatre partis

Tout pays démocratique se gouverne par ses propres représentants. Ces représentants ne représentent pas, malgré leur nom impressionnant de « représentation nationale », les convictions supérieures et les intérêts permanents de la nation, mais les opinions et les volontés, ou les intérêts, que coalisent les partis.

Page 1 sur 212