La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Monarchie

Charles Maurras

Enquête sur la monarchie

Analyse de l’Enquête sur la monarchie, de Charles Maurras.

Sacre de Clovis

La royauté sacrale

Cours de politique totale de l’abbé Georges de Nantes.

Point 91. La réforme de la justice I. L’autorité souveraine légitime contre toute injustice

L’autorité souveraine devra revendiquer d’être le premier magistrat de France. En particulier, si elle est royale et indépendante par son sacre, elle seule peut faire la force et assurer la liberté de la magistrature nationale, dans sa particulière et avouée dépendance à un pouvoir dédié au bien commun.

Point 92. La réforme de la justice II. La magistrature et les tribunaux

En pleine possession de leur honneur et de leurs charges, les magistrats se verront garantir leur liberté personnelle, non plus par un statut qui les assimile en fait à des fonctionnaires, mais organisés en Ordre indépendant.

Point 93. La réforme de l’enseignement

L’autorité souveraine veillera à faire du système scolaire dans son ensemble un instrument de la restauration nationale, ce qui ne se fera pas sans prudence et sans une politique à long terme, tant l’esprit républicain imprègne le corps enseignant.

Point 83. Un pouvoir paternel et non tyrannique

La vraie promesse de liberté populaire se trouve dans la plénitude de souveraineté du monarque absolu de droit divin. Il n’a nul besoin d’alourdir sa charge de ce qui ne lui est pas nécessaire. Son grand désir, sa noble ambition est de voir ses sujets s’activer librement au bien, en confiance, sous son regard, comme un père de famille ses enfants majeurs.

Point 84. Ce sera le bienfait des gens d’Église

Certaines nations, et la France en tout premier, par leur histoire et l’action conjointe de l’Église ont acquis un caractère propre. Pour elles, l’autorité souveraine ne pourra pas se contenter d’être indépendante, antidémocratique, démophile, paternelle et non tyrannique : entre le chef de l’État et la nation, il faudra un degré éminent d’union.

Point 85. Les trois fonctions du souverain

L’autorité souveraine, qu’elle ne soit encore que restauratrice de la nation ou, idéalement,  chef sacré de celle-ci, doit exercer trois fonctions.

Point 82. Un pouvoir démophile

Il y a deux manières d’être populaire, pour une autorité paternelle, patronale ou royale. Celle du choix arbitraire et celle du consentement, celle de l’élection et celle de l’adhésion.

Point 81. Un pouvoir personnel et pérenne

Le phalangiste mesure le risque que comportent tout pouvoir et toute sujétion, mais il sait aussi qu’il est inhérent à la condition de l’homme vivant en société. Et dans un sage réalisme, il est plus disposé à donner sa foi à une personne, la personne royale, libre conscience de chrétien, qu’à une multitude démocratique anonyme, irresponsable, en grande partie inconsciente des enjeux.

Page 1 sur 212