La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly

23. La joie dans la croix

Le phalangiste connaît le Père dans le Fils et il puise sa joie dans la gloire qui paraît sur la Face de Jésus crucifié, ressuscité, monté aux Cieux d’où il reviendra pour rechercher les siens et les conduire à leur béatitude éternelle.

1. L’inspiration majeure de la Phalange se lit donc sur la Face du Christ, elle écoute les leçons de son Sacré-Cœur et elle en trouve l’illustration dans la Vierge Marie au Cœur Immaculé, dans le disciple bien-aimé du Seigneur, en sainte Marie-Madeleine, pénitente et mystique, et dans tant d’autres saints.

Aliments de piété personnelle du phalangiste, ces dévotions donnent à la Phalange sa spiritualité qui est celle même du Père de Foucauld  : la croix en cette vie pour la gloire céleste, la vie héroïque et mystique ouverte à tous,… pour le combat de la Contre-Réforme et de la Contre-Révolution, mais aussi bien dans la renaissance à venir de l’Église et la restauration de la Chrétienté, au jour du triomphe mondial du Christ-Roi.

2. Le phalangiste vénérera donc indissociablement le Cœur et la Croix de Jésus, c’est-à-dire la souffrance et la mort par amour, la beauté dans la douleur, la joie dans la peine, l’honneur dans le service, la gloire dans l’humiliation, la béatitude ultime dans la persécution et le martyre.

Le phalangiste, dont l’étendard est marqué du Cœur et de la Croix, se souviendra sans cesse que le sacrifice d’orgueil, voulu sans amour, est stérile  ; que l’amour égoïste, sans sacrifice consenti, est mensonger. Il apprendra la mortification de la chair et le renoncement de l’esprit, sans pour autant perdre la paix de l’âme, le sentiment exaltant de la vie et de la gloire éternelles déjà commencées.

3. Le Saint-Sacrifice de la messe sera pour lui quotidiennement, qu’il y participe de fait ou d’intention, le mémorial du mystère de Jésus, renouvellement de sa passion et de sa mort qu’Il opère lui-même dans son Église pour en rappeler constamment la leçon et en communiquer la grâce et la force à tous ses frères.

Précédent    -    Suivant