La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

36. La charité et la mission

1. Le phalangiste appartient d’âme et de corps à l’Église catholique par son entrée dans cette communion visible, hiérarchique et fraternelle, instituée par Jésus-Christ, et par sa participation spirituelle active à la vie profonde de ce Corps mystique, qui lui procure en abondance la grâce sacramentelle et les dons intimes de l’Esprit-Saint.

À la réalité spirituelle il a part, dans une mesure cachée qui dépend des libéralités mystérieuses de Dieu et de sa libre réponse  : c’est l’ordre de la charité. À la communauté visible il a part selon la discipline hiérarchique, par les fonctions qui lui sont commises et les services qu’il est appelé à y rendre, c’est l’ordre de la mission.

2. Très soucieux de fidélité à l’Esprit-Saint et de juste discipline consentie au Christ et à l’Église, le phalangiste s’efforce de progresser dans la charité par une constante application à la prière, à la pénitence, aux vertus chrétiennes et au don de soi qui les couronne toutes. Mais en outre, il veut servir la sainte Église à sa juste place, dans l’obéissance à la hiérarchie selon les fonctions qui lui seront assignées. Il se souviendra toujours du primat de la discipline dans le service de la communauté chrétienne, mais du primat souverain de la charité dans le royaume des Cieux.

3. La Phalange elle-même doit mériter par son attitude et son dévouement sa place dans la communauté hiérarchiquement organisée  ; avec respect, avec obéissance, elle se consacre totalement au service de l’Église, tout en constituant une société de personnes de l’ordre de la charité appliquée au progrès de ses membres.

Mais comme l’Église semble, ces temps-ci, tombée entre les mains d’un parti pour le plus grand dommage de son unité, de sa sainteté, de son apostolicité et de sa catholicité, il est certain que la Phalange ne doit pas attendre de la bonne disposition spontanée des pasteurs de l’Église sa mission au service de ses frères. Elle doit la revendiquer en manifestant l’orthodoxie de sa doctrine, sa volonté de sainte charité et son zèle respectueux de la hiérarchie, et son désir véhément de porter aide spirituelle et temporelle à un monde en perdition.

Précédent    -    Suivant