La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly

42. L’accroissement de la charité

Le Pape, les évêques, les curés sont les ministres principaux, immédiats et indispensables de la communauté chrétienne, du peuple fidèle. C’est pourquoi la pleine autorité personnelle sur leur troupeau de ces pasteurs, hiérarchiquement ordonnés et envoyés, fait la tranquillité de l’institution ecclésiastique. Les ordres et congrégations de religieux, les groupements laïcs de perfection et d’apostolat ne doivent pas les supplanter, les concurrencer ni les gêner, mais au contraire les aider, comme le sel de la terre au milieu du peuple fidèle.

C’est en suite de l’appel du Seigneur à la vie parfaite selon les conseils évangéliques, et sous l’inspiration certaine de l’Esprit-Saint, qu’à la hiérarchie des ministères ecclésiastiques se sont adjoints une multitude d’instituts de perfection, imposant à leurs membres des exigences de sainteté particulières et leur offrant des conditions de vie plus propres à leur observation.

1. Les ordres religieux attirent ainsi à eux, de la masse fidèle pratiquant dans le monde la religion commune, les êtres les plus généreux auxquels ils donnent la possibilité d’une vie plus donnée à Dieu, plus parfaite et immanquablement plus féconde. Loin d’appauvrir la communauté chrétienne à laquelle ils paraissent enlevés, ils l’enrichissent des trésors de leurs prières, de leurs mérites, de leurs exemples, de leur aide. Modèles de vie contemplative, encourageant à l’héroïsme des vertus, par leur charisme d’enseignement, de dévouement, de zèle apostolique, ils sont un ferment indispensable dans la pâte chrétienne.

2. Les tiers ordres et instituts séculiers sont le prolongement et comme les ramifications innombrables des grands instituts de perfection. Leurs membres, en effet, reçoivent de ceux-ci l’impulsion spirituelle nécessaire à l’observation des conseils évangéliques et à la recherche de la perfection, pour les exercer jusque dans le monde au sein du peuple chrétien et dans toutes les conditions et activités temporelles.

Ainsi la Phalange sera le tiers ordre des Petits frères et Petites sœurs du Sacré-Cœur qui lui donneront lumière et énergie pour son action, selon l’esprit du frère Charles de Jésus, le Père de Foucauld.

Précédent    -    Suivant