La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly

43. Contre la dite
« Action catholique spécialisée »

1. L’Action catholique dite spécialisée, créée de toutes pièces contre l’Action française, dans les années 1920-1930, selon l’esprit du temps qui était tout à la fois démocratique et totalitaire, monolithique dans l’organisation et les effets de masse, anarchique dans la doctrine et dans la vie, est à l’opposé des principes constitutifs de l’Église. N’étant point amendable, on ne peut rien attendre d’autre d’elle que ce qu’elle a fait depuis son apparition, c’est-à-dire désorganiser la hiérarchie, comme un état dans l’État, corrompre la doctrine et les mœurs catholiques par une surenchère démagogique constante.

2. Sa spécialisation par classes socio-professionnelles est absolument anticatholique et d’ailleurs aberrante  ; elle mène à la lutte des classes, y entraîne les prêtres qui s’y dévouent, et sépare les militants laïcs de leur clergé et de leurs paroisses qui sont au service de tous.

Sa méthode d’apostolat «  du milieu par le milieu  » est laïciste, démocratique et foncièrement immanentiste. Elle est contraire à l’unité et à la sainteté de l’Église, dont le ministère s’est toujours fait par autorité hiérarchique et par influence de sainteté. D’ailleurs, un cléricalisme réservé à un parti de prêtres et de religieux «  spécialisés  » et un élitisme confisqué au profit du parti démocrate-chrétien ont fait de l’Action catholique une secte aux objectifs hérétiques et schismatiques.

Ses tentatives, d’ailleurs infructueuses, de séduction des masses dites populaires par la présentation d’un «  Évangile  » falsifié, répondant à leurs aspirations culturelles, à leurs revendications de dignité, de justice, de participation aux affaires et à la politique, se sont avérées contraires à la foi, à la loi et à la charité enseignées par l’Église. Déjà gagnée au modernisme et au progressisme, l’Action catholique spécialisée a sombré dans un matérialisme pratiquement athée ou agnostique et dans le combat révolutionnaire aux côtés des militants communistes. Le progrès humain, passant d’abord, a fini par faire oublier complètement l’œuvre divine du salut éternel.

3. La Phalange entend bien s’édifier comme mouvement d’Action catholique sur de tout autres bases, surnaturelles, traditionnelles, canoniques. Elle est ouverte à tous les catholiques, de tous âges, milieux ou professions. Et de tous pays. Elle cherche d’abord la perfection religieuse de ses membres et ensuite elle propose une aide disciplinée à l’apostolat de l’Église, sans que ses autres activités s’éloignent de la pureté d’une vie, d’une voie, d’une vérité chrétienne catholique qui en demeure le principe et la fin.

Précédent    -    Suivant