La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly

47. Œcuménisme catholique :
II. Monde juif, monde anglo-saxon

1. La conversion des peuples germaniques et nordiques de leur luthéranisme, celle des peuples anglo-saxons de leur calvinisme anglican, puritain, etc., au catholicisme présenteront des difficultés considérables. Le libre examen originel a donné lieu à deux attitudes intellectuelles absolument étrangères et contraires à la foi catholique, le subjectivisme libéral, aboutissant généralement à un pragmatisme sans dogmes ni morale, et l’idéalisme totalitaire, fabriquant en série des fanatismes idéologiques et des collectivismes inhumains.

La conversion des nations protestantes au Credo catholique et à l’ordre romain, leur insertion dans la Chrétienté seront donc très difficiles. En revanche elles auront des effets décisifs, si l’on songe à la puissance terrestre sans égale de ces nations occidentales. «  Églises de Paul  », comme on les a dites, terres des Gentils pour être plus vrai, leur renoncement aux erreurs des divers protestantismes et leur réunion aux Églises de Pierre et de Jean, provoqueront une soudaine explosion de vie et de mission, présageant l’expansion de la Chrétienté au monde entier.

Cependant, la place prise par le judaïsme et son instrument de règne, la franc-maçonnerie, dans le monde anglo-saxon porte à subordonner cette conversion à celle, combien plus mystérieuse, du peuple juif lui-même au Christ, son Messie et son Roi éternel.

2. Car le drame majeur, le plus profond, celui qui traverse toute l’histoire, demeure celui de l’incrédulité juive. Il y a là un fait de haine et d’aveuglement, générateur de toutes les Contre-Églises, hérétiques et schismatiques, mais aussi un mystère d’élection en attente de son ultime accomplissement (Rom. Il,15).

Il est doublement certain que la conversion du peuple juif au Christ annoncera le triomphe mondial de la Croix, et sans doute en un temps d’apostasie générale des nations – mais nous y sommes -, parce que la nation la plus dure et la plus organisée aura cessé son opposition, et parce que le peuple juif doit rendre au Christ le témoignage le plus fort, venant de l’adversaire le plus autorisé, le seul qui ait en dépôt la véritable parole de Dieu que, dans sa perfidie, il revendique en gloire sans vouloir l’entendre.

3. Le phalangiste saura donc sagement combattre sans esprit de conciliation le judaïsme talmudique, religion antichrist dans son essence, la puissance raciale juive, ennemie jurée de la Chrétienté, sans renier pour autant le judaïsme biblique, source première et garantie indiscutable de notre foi, ni rejeter le peuple juif, porteur d’une immense espérance pour notre propre salut et celui du monde entier, lors de sa conversion dernière, selon les Écritures.

Peuple qu’il ne faut pas anéantir mais convertir, et non pas haïr ni mépriser mais aimer et appeler inlassablement à l’Église du Christ, mère de tous les hommes pour leur salut.

Précédent    -    Suivant