La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly

103. Une écologie catholique

1. Notre religion catholique libère pleinement l’intérêt familial temporel, en lui reconnaissant sa juste place et sa valeur morale positive dérivée de la justice sociale et de la charité fraternelle. Si la morale évangélique appelle les disciples du Christ à se renoncer et à tout quitter pour suivre leur Maître, c’est pour se vouer, à son exemple, au service de Dieu et du prochain, chacun selon sa situation naturelle et ses engagements.

2. Bien que l’écologie soit un humanisme, celui-ci demeure cependant profondément et presque nécessairement chrétien. Il subordonne l’écologie à la théologie, l’économie à la morale catholique, dans la mesure où la bonne vie familiale trouve sa lumière et sa force, son but et sa règle obligés dans l’amour de Dieu et du prochain, dans la recherche du salut éternel et l’esprit de sacrifice en vue d’un bien surnaturel. L’esprit chrétien, la vie de religion sont donc, non des parties intégrantes de la science écologique et de la pratique économique, mais des aides extérieures indispensables.

Tout ce qui peut se faire dans l’intérêt matériel des familles n’est pas forcément bon et permis pour le salut des âmes  ; sous cet aspect, économie et morale s’opposent. Mais plus souvent encore, celle-ci aide et porte celle-là. Il faut la lumière supérieure de la foi, les énergies de l’espérance et de la charité, le recours aux prières et aux sacrements de l’Église, pour que l’égoïsme individuel et toutes les frénésies des passions le cèdent à l’intérêt des familles, à l’idéal de la vie communautaire heureuse que définissent et imposent l’écologie et l’économie scientifiques  ! Preuve nouvelle qu’il n’y a d’humanisme que chrétien  !

3. C’est pourquoi «  la révolution sociale que nous voulons sera morale ou elle ne sera pas   » (Soloviev, Péguy). Elle sera écologique, donc humaniste, indépendante, ouverte à tout homme civilisé. Elle n’en exigera pas moins des lumières surnaturelles et des vertus chrétiennes pour se définir et s’accomplir. Ou elle échouera.

Précédent    -    Suivant