La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

100. En attendant l’heure du triomphe

En attendant l’heure du triomphe du Cœur Immaculé de Marie et de la «  divine surprise  » qui redonnera à notre nation un chef d’Etat souverain,

1. La Phalange, d’abord, travaille à la conversion catholique du pays, de ses élites, conversion qui, pour être sincère, doit conduire à la haine de la Révolution, au rejet de la démocratie, à l’aspiration des cœurs et des esprits vers la monarchie. Que d’abord les gens d’Église cessent de nuire à la patrie par leurs compromissions, leurs ralliements et finalement leur hérésie politique, leur apostasie, substituant l’homme à Dieu dans tout le domaine temporel  !

Et déjà ce sera la moitié du travail, car qui a l’Église avec soi est assuré de vaincre.

2. Si nécessaire et si elle en a le moyen par la volonté de Dieu, le moment venu, la Phalange, se formera en Ligue, en mouvement héroïque, nationaliste et entrera dans le combat politique légal pour la conquête du pouvoir, prêchant en un «  complot à ciel ouvert   » le salut national et humain contre les partis démocratiques et les faux frères conservateurs et libéraux.

3. La Phalange exclut par principe, sincèrement et absolument, l’idée d’un coup de force,qui exalte les têtes folles, détourne de la conquête méthodique des élites, provoque des violences incontrôlées, des infiltrations policières, des machinations occultes, enfin déclenche des répressions illimitées. Mais elle pourra faire appel à l’armée, ultime recours de la nationen danger, seule habilitée de droit à s’emparer du pouvoir pour instaurer une légitimité nouvelle.

4. La restauration de l’autorité souveraine, en vue ou non de la restauration de la Monarchie, ne doit, ne peut pas être la création spontanée d’un parti ou d’un peuple, dans l’instant, soulevé en contre-révolution. Elle sera, nous l’avons dit, l’œuvre du Cœur Immaculé de Marie, puisque même le grand œuvre commencé en 1900 par l’Action française de Charles Maurras et de tant d’autres admirables patriotes, catholiques pour la plupart, légitimistes sans peur et sans reproche, n’a pas abouti faute de dévotion vraie au Cœur de Jésus et de Marie. Mais elle sera le beau fruit d’une maturation spirituelle, intellectuelle et morale, magistralement effectuée par l’abbé de Nantes, c’est à cette œuvre catholique et française que s’appliquera la prophétie du saint pape Pie X aux monarchistes français  : «  cette œuvre aboutira  »

Et puis, la France entraînera le monde  !

5. Quand Dieu voudra il rendra au Christ, son Fils, Notre-Seigneur, son royaume de jadis et il l’étendra jusqu’aux extrémités de la terre, plus beau que jamais, royaume saint, Jérusalem céleste. La Chrétienté, «  seule internationale qui tienne   », demain, «  sera le genre humain   ».Le drapeau rouge, frappé du Cœur et de la Croix d’or, symboles de notre salut, étendard de la Phalange, annonce cette victoire dans le Sang du Christ pour la gloire du Dieu des miséricordes.

6. Cela ne sera pas sans de grandes souffrances, persécutions, oppressions et guerres, mais aussi de grands miracles, de grands signes dans le Ciel et une aide visible des légions angéliques, des phalanges célestes, venant au secours des nations chrétiennes. Il faut seulement tenir ferme notre étendard, sans sacrifier aux idoles modernes, sans pactiser avec les oligarchies régnantes, sans rejoindre les masses démoralisées, déchristianisées. Il faut conserver et enrichir notre tradition légitimiste jusqu’à ce que les cœurs changent et que les peuples, acclamant leur Dieu et leurs rois, restaurent l’ordre chrétien universel.

7. C’est l’Église qui détient les clefs de la Renaissance catholique et de la restauration de nos nations. Ce qu’elle ne veut pas n’est pas, ce qu’elle veut se fera. Hors de l’Église, il n’y a pas de salut, ni pour la France, ni pour l’Europe, ni pour le monde. Mais par l’Église le salut viendra à la France, avec une miraculeuse aisance, et par la France aux autres vieilles nations chrétiennes et au monde. Car ce qui a été perdu par elles se retrouvera aussi par elles, selon le dessein de l’infinie sagesse et miséricorde de notre Dieu.