La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

79. La restauration d’une autorité souveraine et légitime

La «  divine surprise  » que nous accordera notre Mère Immaculée sera donc d’abord la restauration de l’autorité politique. Elle la fera en Russie tout d’abord pour inaugurer le temps de paix qui sera donné au monde, elle l’opèrera aussi en France certainement, puis dans d’autres pays selon les desseins de la Providence divine pour instaurer le règne universel du Christ-Roi.

Le pouvoir de ce souverain voué au bien communde la nation sera légitime, c’est-à-dire qu’il pourra justifier son autorité et obtenir le consentement du peuple qui y verra une réalité fondamentale, une vérité, une bonté, une beauté souveraines.

Cette légitimité peut résulter, tout d’abord, du simple rétablissement de l’ordre et de la paix par la force. C’est la légitimité antérieure. Dans le chaos, la ruine, le plus fort, roi, dictateur ou chef, bon ou mauvais, impose sa loi.

Cependant, aucun pouvoir ne pouvant durer en s’appuyant uniquement sur la force, il lui faut acquérir une légitimité naturellepar les services rendus à son peuple qui, en retour, lui manifeste une reconnaissance capable de consacrer son autorité. Ces services concernent les nécessités naturelles  : gérer l’ordre, faire respecter la justice, défendre le peuple contre les ennemis, assurer les conditions de la prospérité du pays.

Cette légitimité naturelle est déjà de droit divin, car l’auteur des lois naturelles des États est Dieu lui-même. Si bien que le peuple ne doit pas seulement trouver intérêt à être sagement gouverné, mais, plus profondément, il doit éprouver le sentiment religieux de la soumission due à une autorité en laquelle se manifeste la puissance divine pour son bien et pour aider au salut des âmes.

Cependant, cette légitimité naturelle ne change en rien l’homme qui en est investi, cela ne le “ sanctifie ” pas nécessairement et nous sommes encore à ce point au niveau de la nature commune, à ne pas confondre avec la grâce du Christ et la vie surnaturelle  ! qui interviennent dans une troisième sorte de légitimité  : la légitimité mystique chrétienne.

Cette dernière repose sur la fidélité populaire enracinée dans la foi catholique  : la vertu d’obéissance religieuse que pratique le fidèle entraîne dans son sillage l’obéissance politique, et la transforme, la “ surnaturalise ”. Dans ce cas, c’est la foi au Christ qui conduit à la fidélité au souverain.

Précédent    -    Suivant