La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly

EXPLICATION DU CREDO
Je crois en Dieu, Père Tout-Puissant,
Créateur de l’univers des corps et des esprits

Père éternelFils de l’Église catholique, je professe, comme le principe et la fin de toute sagesse, ma foi «  en un seul Dieu, Père Tout-Puissant, Créateur du Ciel et de la terre des êtres visibles et invisibles  ».

L’existence de Dieu s’impose à tout esprit droit à la simple constatation de l’existence contingente, de la bonté et de la beauté des êtres de l’univers. Ils ne se sont pas faits eux-mêmes, et seul un Créateur infiniment sage, bon et puissant a pu leur donner d’être et d’exister les uns pour les autres, dans leur distinction et l’admirable complémentarité inscrite à l’intime de leur nature. C’est pourquoi l’Église nous enseigne que «  Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine, à partir des choses créées  : “ Depuis la création du monde, ses perfections invisibles se laissent voir à l’intelligence par ses œuvres ”, Rm 1, 20.  » (Premier Concile du Vatican)

Manifesté par toute la création, Dieu a aussi parlé aux hommes par ses prophètes, leur révélant progressivement son mystère et ses desseins surnaturels. Et  : «  Après avoir à maintes reprises et sous maintes formes, jadis, parlé à nos Pères par les Prophètes, Il nous a parlé par son Fils, en ces jours qui sont les derniers  » (He 1, 1), accréditant toujours à nos yeux ses apparitions et ses oracles par des signes éclatants et indubitables  : les miracles et les prophéties. Nous savons ainsi qu’il est réellement intervenu dans notre histoire  ; apparaissant à nos Premiers parents, aux Patriarches, aux Prophètes, annonçant la venue de son propre Fils, sa Parole unique et éternelle.

À cette double source de sa connaissance de Dieu, la Raison et la Révélation, l’Église puise son enseignement touchant ses divines perfections, et le double mystère de sa Sainteté et de son Amour.

Nous adorons sa Sainteté, sa transcendance ineffable  : Il est l’Incréé, l’Absolu qui seul peut déclarer souverainement «   JE SUIS  ». Il est l’Éternel, l’Immuable, «  chez qui n’existe aucun changement ni l’ombre d’une variation   » (Jc 1, 17). Et cependant, il est le «  Dieu vivant  », la source unique «  en qui nous avons la vie, le mouvement et l’être  » (Ac 17, 28). Sagesse infinie, volonté toute-puissante, «  Dieu est Esprit  » (Jn 4, 24). Invisible, «  il habite une lumière inaccessible  ; nul homme ne l’a vu ni ne peut le voir   » (I Tm 6, 16).

«  Ce bienheureux et unique Souverain, Roi des rois et Seigneur des seigneurs  » (ibid., 15), Jésus nous a révélé qu’il est aussi notre Père infiniment bon qui a créé toutes choses par amour, en vue de faire partager sa gloire et sa béatitude éternelles à des myriades de personnes faites à sa ressemblance. Il est le Créateur tout proche de chacun de nous, la Providence attentive et fidèle qui maintient à chaque instant dans l’être les moindres de ses créatures et les conduit à l’accomplissement de leur destin. Il est partout agissant, il sait tout, il voit tout. C’est un Père miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour. Sa colère même et sa justice qui châtie sont encore les marques de son amour jaloux. «  Dieu est amour  » (I Jn 4,8).

Extraits de Toute notre religion, p. 18-20

 Pour en savoir plus >