La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

EXPLICATION DU CREDO
Le Seigneur Jésus, juge des vivants et des morts

La Croix du Christ est la victoire décisive de la famille humaine sur Satan, le chef des milices infernales et le Prince de ce monde. La Rédemption est accomplie, expiation du péché du monde et pardon divin universel. L’humanité est délivrée, elle respire. Déjà la grâce coule du côté du Christ transpercé  ; de son Sacré-Cœur, l’eau et le sang, symboles du Baptême et de l’Eucharistie, coulent à flots et donnent la vie surnaturelle aux morts, à ceux que le péché avait séparés de Dieu. C’est tout un peuple qu’il appartient au Christ de ramener à son Père, comme sa conquête.

Descente aux enfers - Angelico

IL EST DESCENDU AUX ENFERS

«  Ces mots veulent dire qu’après la mort de Jésus-Christ, son âme est descendue dans les Limbes pour visiter les âmes des justes morts depuis Adam, et leur annoncer leur prochaine venue au Ciel   », enseigne le catéchisme (q. 101). Saint Pierre est plus explicite  :

«  Le Christ lui-même est mort une fois pour les péchés, juste pour des injustes, afin de nous mener à Dieu. Mis à mort selon la chair, il a été vivifié selon l’esprit. C’est en lui qu’il s’en alla prêcher aux esprits en prison, à ceux qui jadis avaient refusé de croire lorsque temporisait la longanimité de Dieu, aux jours où Noé construisait l’Arche… Ce qui y correspond, c’est le baptême qui vous sauve à présent… par la Résurrection de Jésus-Christ, lui qui, passé au ciel, est à la droite de Dieu après s’être soumis les Anges, les Dominations et les Puissances.  » (I P 3, 18-22)

Évidemment, les enfants du catéchisme sont trop jeunes pour qu’on leur explique tout cela. Mais ce sont des vérités indispensables à la cohérence intellectuelle et cordiale de notre foi. Jésus descend aux enfers pour «  prêcher  » l’Évangile aux hommes des siècles passés, leur donnant la grâce d’entrer dans la voie du salut par la foi en son Mystère enfin révélé à leurs yeux. Quant aux hommes de l’avenir, c’est l’Église qui doit leur «  prêcher  » le salut et donner le Baptême à ceux qui croiront pour les faire entrer dans son Arche mystique «  en avant de tous les déluges  »  ! Enfin, n’oublions pas que Jésus, «  debout à la droite de Dieu  », selon la vision de saint Étienne (Ac 7, 56), peut librement «  prêcher  » encore les milliards d’âmes qui arrivent devant son trône céleste sans avoir jamais rien entendu, durant leur vie mortelle, de l’Annonce évangélique. Apaisante perspective que cet entretien, cet examen de passage, cette proposition ultime du salut faite aux âmes des païens par Jésus Lui-même… Car il n’y a pas de jugement sans prédication de la foi.

IL EST ASSIS À LA DROITE DE DIEU

Le Seigneur est monté aux cieux et désormais il est établi maître de la terre et juge souverain des nations, «  Seigneur des seigneurs et Roi des rois  ». Déjà, toute l’histoire antérieure avait été gouvernée par Dieu, «  à main forte et à bras étendu  », pour conduire au Christ et à l’instauration de son Royaume. Maintenant, Lui-même est le «  Juge  » et le «  Roi  » nouveau et éternel qui doit régir le monde «  avec une verge de fer  ». Comme les Juges de l’Ancien Testament, Gédéon, Jephté, Samson, comme Moïse le Législateur, comme les rois David, Salomon, Ezéchias, Josias, ses ancêtres, Jésus gouverne son Peuple saint et mène victorieusement les combats de Dieu.

Jugement dernierLui-même annonça le premier éclat de ses Jugements  : la chute de Jérusalem, comme la manifestation de sa gloire et déjà son retour en vainqueur (Mt 16, 27-28; 23, 39; 24, 30; 26, 64). L’Apocalypse annonça le second  : la chute de la grande Babylone, la Rome païenne, comme une vengeance divine du sang des martyrs… Aussi doit-on être audacieux, avec prudence, dans l’interprétation de cet article de notre Credo. Le retour de Jésus en Juge, qui vient au secours des justes persécutés et terrasse les impies ramassés contre Lui, a eu lieu, aura lieu encore en de nombreuses étapes de l’histoire. Ainsi, de victoire en victoire, il instaurera son règne universel effectif, il dominera tous les peuples d’un pôle du monde à l’autre, accomplissant les prophéties. Nous n’avons encore rien vu, en comparaison de ce que nos yeux verront et peut-être déjà de notre vivant…

D’OÙ IL REVIENDRA JUGER LES VIVANTS ET LES MORTS

Mais enfin, à la fin des fins, indubitablement, ç’en sera fini du monde présent et de son histoire. La terre brûlera, les cieux seront roulés comme une toile. Alors «  “ le Fils de l’Homme ” apparaîtra sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire  » (Mt 24, 30),pour juger les vivants et les morts. Les vivants et les morts, cela veut dire ceux qui vivront encore et ceux qui, alors, ressusciteront du tombeau, mais aussi les âmes vivantes et les âmes mortes, les justes et les impies.

Quant à ce jugement, c’est Lui, le Christ-Jésus, qui le fera, selon sa Vérité, selon sa Volonté, selon sa Loi. C’est de son Cœur que procédera la sentence de salut pour ceux qui auront cru en son Nom, espéré son Règne, aimé ses préceptes. Comme la sentence de condamnation pour ceux qui ne l’auront pas reçu Lui-même par la foi, et son Royaume dans l’espérance, et ses saints avec charité. Alors il y aura de nouveaux cieux et une nouvelle terre. Toutes choses seront renouvelées et Notre Seigneur Jésus-Christ offrira son Royaume à son Père.

Extraits de Toute notre religion, p. 35-36

 Pour en savoir plus >
Précédent    -    Suivant