La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

La guerre d’Algérie

Notre-Dame d'Afrique à AlgerA PRÈS avoir débuté à Alger, puis dévasté la métropole et l’Indochine, la révolution de 1944 est de retour en Algérie en 1954 pour la mettre à feu et à sang.

Comme l’écrivait l’abbé de Nantes pendant cette guerre, en défendant “ l’ordre français en Algérie ”, ce n’était pas notre “ opinion ” de citoyens-rois que nous défendions, mais la vie même de notre prochain.

Les prises de position de l’abbé de Nantes lui valurent de douloureuses sanctions, dont nous sommes fiers  : la suspense ab officio qui le privait de sa charge de curé de Villemaur, en même temps que nos directeurs de séminaire nous refusaient les ordres, à nous ses disciples. Je dis que nous en sommes fiers parce que nous n’avons à rougir de rien de ce qu’il a fait, ou dit ou écrit, en ces tragiques circonstances.

Il a dit la vérité, premièrement sur les faits eux-mêmes, envers et contre une montagne de mensonges, deuxièmement sur la conduite à tenir, à l’encontre d’une morale falsifiée ne distinguant plus le bien du mal, ou plutôt  : appelant “ bien ” le mal, et “ mal ” le bien, comme en 1944  ! Le prêtre qui s’est dressé en France pour sauver la chrétienté d’Algérie, c’est lui, pour l’honneur de l’Église, pour notre fierté… et pour sa gloire  !

Cinquante ans après, l’Algérie française, ce n’est pas une “ hypothèse ” historique ou une “ théorie ” géopolitique. C’était, c’est encore, «  une communauté historique à sauver   ».

Frère Bruno de Jésus-Marie

 Pour en savoir plus >
Précédent    -    Suivant