La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

Dimanche 8 juin

Pour le Saint-Père

NICOLAS Furey de Limerick partit de bon cœur au combat. Âgé de seize ans, «  je ne savais pas trop charger mon fusil  ; le commandant m’avait bien recommandé de ne pas mettre la balle avant la poudre  ; je regardais comment faisaient les autres, et je m’efforçais de me battre de mon mieux. Je n’entendis pas sonner la retraite, j’étais seul en avant, je fus blessé à la cuisse  ; je tombai près d’une meule de paille enflammée par les coups de feu. J’allais être rôti quand un camarade, en passant, me tira par les pieds et me jeta dans un fossé. Je restai là couché sur le dos et comme le soleil me gênait, je mis mon képi sur mes yeux et j’attendis en disant mes prières.  »

Lorsque le chirurgien lui annonça qu’il devrait l’amputer, l’enfant répondit  : «  J’avais sacrifié tout mon corps pour la cause du Pape, je puis bien lui donner ma jambe.  »

À sa demande, l’aumônier lui lut, pendant l’opération, la Passion de Notre-Seigneur.

En cette fête de la Pentecôte, demandons au Saint-Esprit la force de «  renoncer à nous-mêmes pour prendre la Croix et la porter avec Jésus. Pour le chrétien, il n’y a pas d’autre chemin  », a expliqué le Pape.

Cœur de Jésus, brûlant d’amour pour la Croix, ayez pitié de nous.

Colorier quelques flammes (du Sacré-Cœur).

Précédent    -    Suivant