La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Méditations

Deux conseils pour devenir parfait

C’est là une vérité trop méconnue : nous sommes tous appelés à la perfection de la charité dès cette vie. Il ne faut pas remettre au moment de la mort ni au temps du purgatoire ces ultimes progrès qui seuls nous rendront pleinement fils de Dieu. C’est dire que notre vocation terrestre à tous est d’atteindre à la sainteté qui fait passer de la terre au sein de Dieu dans la béatitude céleste, d’une course directe. En vérité, la Providence nous ménage à tous un sentier qui monte directement vers Dieu et que nous avons le pouvoir de suivre sans défaillance jusqu’à son terme merveilleux.

Une morale de l’intention du cœur

Au cours des dimanches précédents, nous avons vu combien Notre-Seigneur était soucieux de soulager les pauvres et les malades, de libérer les possédés, de pardonner les péchés, de rendre les gens heureux en améliorant leur condition misérable. Mais tout cela n’est pas le fond de l’Évangile. Jésus est venu nous délivrer un autre message qui est la nouveauté absolue de l’Évangile : celui des Béatitudes. En enseignant cela, Notre-Seigneur se fait un Maître plus exigeant que Moïse.

Il est ressuscité  ! n° 172 – Février 2017

Deuxième supplique au pape François

En ce début de l’année du centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima, Russes et Turcs sont alliés pour la paix en Syrie, Israéliens et Américains renouent depuis l’investiture de Donald Trump, lui-même se montrant favorable à un rapprochement avec Vladimir Poutine ; une seule personne est au centre de cette nouvelle géopolitique, c’est vous, Très Saint Père, à qui Notre-Dame demande de consacrer la Russie à son Cœur Immaculé.

Contre-révolution mariale (2)

L’Épiphanie de notre temps, c’est Fatima. Le « pouvoir sur les nations », qu’annonce la visite des mages, Jésus-Christ l’a reçu de son Père, dès sa naissance, selon la prophétie du psalmiste : « Demande et je te donnerai les nations pour héritage, et pour domaine les extrémités de la terre. »

De saint Grégoire à l’an mille  : l’essor de la Chrétienté

À la fin du VIe siècle, les invasions barbares, des cataclysmes et la peste firent croire à la fin du monde imminente. Ce n’était que la fin d’un monde cependant, car au cours des quatorze années qui suivirent l’Église catholique s’est affermie, organisée et a retrouvé sa force missionnaire, aménageant les bases de ce que saint Augustin appelait de ses vœux : la Chrétienté.

logo-ligue

La Ligue  : «  Pourquoi tarder encore  ? Allons  !  »

Le pape François est écartelé entre son amour de la Madone, et l’impératif catégorique, antimarial, du pacte conciliaire. Obéir vraiment à Notre-Dame de Fatima, c’est bien évidemment “ trahir ” Vatican II, c’est aussi et surtout se montrer « serviteur du Christ ! ». Pour nous, le choix est fait : compte-rendu du pèlerinage à Pontmain et de la journée champenoise avec ses « actualités ».

Il est ressuscité  ! n° 171 – Janvier 2017

Supplique à Notre-Dame

Puisque notre Saint-Père le Pape fait la sourde oreille, il nous faut nous tourner vers la Sainte Vierge notre divine Mère. Il nous faut entrer dans le mystère de vos deux Cœurs, ô Jésus ! ô Marie ! dont le message est l’expression solennelle et infaillible, divine, du dogme de la foi : à savoir qu’Ils sont en famille au Ciel… et chacun ne supporte pas de voir l’autre en grand chagrin.

Le pape et la paix

Dans son Message pour la cinquantième journée mondiale de la Paix, le pape François nous fait le tableau des fruits du Message de Paul VI : « Aujourd’hui, malheureusement, nous sommes aux prises avec une terrible guerre mondiale par morceaux. » Il est donc grand temps d’écouter le Message que nous adressait il y a cent ans Celle que le pape Benoit XV venait d’invoquer sous le vocable de Reine de la Paix, comme l’Archevêque d’Alep vient de le faire, hâtant ainsi l’heure de la libération de sa ville.

Contre-révolution mariale (1)

Notre situation actuelle ressemble étonnamment à celle du Portugal en 1917, alors que la victoire de la maçonnerie était complète. Certains patriotes avaient compris l’ampleur du combat et sa portée spirituelle puisque, en face de tant de ruines, aussi bien politiques que morales et religieuses, ils pressentaient que le salut de la nation ne pouvait plus venir que du Ciel…

La doctrine missionnaire et coloniale de l’abbé de Nantes (2)

Pour savoir comment les missionnaires ont été livrés aux assauts du modernisme qui envahit l’Église et même les congrégations missionnaires à la faveur du libéralisme de Léon XIII. La subversion des missions en Chine qui en résulta fut un prélude à la décolonisation que Benoit XV et Pie XI semblent avoir anticipée en soutenant « l’action diabolique du Père Lebbe. » (Mgr Jarlin)

logo-ligue

La Ligue  : Fatima, mystère d’Épiphanie

Les 7 et 8 janvier furent, sous le regard maternel de Notre-Dame de Fatima, des journées plus du Ciel que de la terre ; consolantes pour son Cœur Immaculé, car c’est pour Lui que nos amis sont venus nombreux afin de le prier en esprit de réparation ; consolantes pour eux, car que de grâces, que de charités, que de vérités s’échangèrent fraternellement tout au long de ces deux jours.

La Renaissance catholique au Canada

La bataille de l’autonomie provinciale

Entre les nationalistes idéologues, tels Bourassa et Groulx, et les politiciens retors comme Georges-Étienne Cartier, Honoré Mercier et Wilfrid Laurier, Duplessis fut le premier homme politique à faire œuvre vraiment constructive, utile au Canada français catholique, avec lequel il se trouva en parfaite syntonie. Malheureusement, elle suscita une opposition idéologique.

Il est ressuscité  ! n° 170 – Décembre 2016

Le pape François et le MASDU

Chacune des catéchèses, ou homélies et Angélus de notre Saint Père le pape François, est une profession de foi, une preuve d’orthodoxie. Mais il continue de plus belle à manifester dans sa “ pastorale ” une “ hétéropraxie ” inaugurée par les papes Jean XXIII et Paul VI, aujourd’hui respectivement canonisé et béatifié pour mettre le comble à notre « désorientation », qui, pour être conciliaire, n’en est pas moins « diabolique ».

Charles de Foucauld

L’histoire personnelle du Bx Charles est à elle seule une récapitulation de l’histoire de France. Moine, soldat, martyr lui-même, il assume tout l’héritage. « Nos devoirs de chrétiens ne se bornent pas à notre propre âme, ni aux âmes de notre famille : ils s’étendent aux âmes du peuple au milieu duquel nous vivons, d’abord, et ensuite aux âmes de tous les humains. »

La doctrine missionnaire et coloniale de l’abbé de Nantes (1)

selon le Père de Foucauld contre les erreurs modernes

L’abbé de Nantes est le seul à avoir réfuté l’erreur de la missiologie moderne selon laquelle le déclin des missions serait lié à la colonisation et à la condamnation des rites autochtones au 18e siècle. Le Père de Foucauld arrive providentiellement en renfort de cette réfutation magistrale.

logo-ligue

La Ligue  : Noël, Noël, entends-tu cet appel  ?

Les articles de ce numéro et les activités du mois qui vient de s’écouler sont une fois de plus d’une prodigieuse actualité mystique et politique. Ah ! si le pape François et François Fillon pouvaient, d’une manière ou d’une autre venir un peu “ crècher à la maison Saint-Joseph ”, que de lumières et de principes ils puiseraient afin de devenir de bons instruments du Règne de Dieu, en France et dans l’Église.

Nouvelles rubriques publiées

Dom Paul Bellot et la renaissance de l’architecture religieuse

Dom Paul Bellot, moine bénédictin est l’architecte d’une œuvre importante en Europe et au Québec, notamment la basilique de l’Oratoire Saint-Joseph et l’abbaye Saint-Benoît-du-Lac. Il tenta de réintroduire dans son art des principes pour provoquer renaissance de l’architecture religieuse, la révolution conciliaire la fit avorter, mais il n’est pas dit qu’elle ne retrouvera pas toute son actualité.

Le bienheureux

Michel Rua

À Turin dans la basilique Marie-Auxiliatrice, auprès de son bien-aimé père saint Jean Bosco, repose le bienheureux Michel Rua qui le seconda dans le développement prodigieux de ses œuvres avant de lui succéder. Parcourons son histoire pour admirer ce magnifique exemple de circumincessante charité paternelle et filiale, fruit du Précieux Sang de Jésus par la médiation de Marie-Auxiliatrice, pour le salut des âmes et les combats de l’Église.

Centenaire de la Grande Guerre de 1914-1918

7. LES ANNÉES PÉTAIN
II. 1917 : La Gloire tragique

Le 15 mai, après un mois de carnage, quand tout semble perdu, quand les soldats, par bataillons entiers, refusent de marcher, Nivelle est enfin écarté. Pétain prend le commandement. Il ne pourra pas renverser la situation sans que beaucoup de sang coule encore mais, déjà, après 10 jours, le vent a tourné, la situation est stabilisée. Comment a-t-il fait ? C’est le miracle de Pétain, le miracle de la grande guerre !

6. LES ANNÉES PÉTAIN
I. VERDUN, LA GLOIRE HÉROÏQUE (1916)

Tandis que le généralissime Joffre et, dans son ombre, se voyant déjà le grand victorieux, Foch, préparaient leur grande offensive sur la Somme, Pétain, lui, était beaucoup plus réservé. L’année 1916 s’annonçait mal. D’inquiétants craquements commençaient déjà à se faire sentir du côté où Joffre ne voulait pas les voir : Verdun.

Cabinet Viviani

5. La République dans la guerre (1914-1915)

Jusqu’ici nous avons suivi surtout les événements militaires parce qu’ils étaient d’une importance absolument capitale. Maintenant, nous allons étudier ce que le pays légal, ce que la France dans ses institutions, son gouvernement, devenaient à travers ce cataclysme. Dans une deuxième partie nous évoquerons les opérations sur le front d’Orient.

Vidéos du catéchisme

40E LEÇON : NOTRE RELIGION EST UN AMOUR : LE CŒUR IMMACULÉ DE MARIE.

Toute notre religion se résume en un symbole, celui de l’union du Cœur de Jésus et de Marie. Après la dévotion au Sacré-Cœur, notre Père explique la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, révélée par Notre-Dame de Fatima, et comment nous devons y correspondre.

39e leçon : Notre religion est un amour : le Sacré-Cœur de Jésus

Notre religion est un amour et c’est bien pourquoi notre Père aura à coeur de bien expliquer aux enfants les tenants et aboutissants de la dévotion au Sacré-Coeur, telle qu’elle a été révélée à sainte Marguerite-Marie, et pratiquée par le bienheureux Père de Foucauld.