La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

La Renaissance catholique au Canada

Le Canada et la Grande Guerre  : Victoires militaires, défaite nationale

La victoire de Courcelette, le 16 septembre 1916, et d’autres, moins importantes, en octobre et en novembre, consolidèrent la réputation du corps d’armée canadien et de son commandant anglais, le général Byng, dont la tactique pour emporter les tranchées ennemies se révéla fort efficace, en même temps qu’économe en vies humaines. Au pays, les anglophones ne pouvaient plus considérer les Canadiens-français comme des lâches ou des traîtres. Il aurait donc été possible de favoriser une réconciliation des deux « peuples fondateurs ». Il n’en a rien été…

Il est ressuscité  ! n° 177 – Juillet 2017

«  Pauvre Saint-Père  ! Il faut beaucoup prier pour le Saint-Père.  »

La Guerre des Six Jours éclata au lendemain du pèlerinage de Paul VI à Fatima. Cinquante ans après, le pèlerinage du pape François, marqué par la même indifférence aux volontés de la Très Sainte Vierge, porte les mêmes fruits, au même moment où, bafouant son autorité, le “ Pape noir ” multiplie les prises de positions scandaleuses.

PÉTAIN À DOUAUMONT !

VERDUN 1916 : L’HONNEUR DE PÉTAIN, LE DÉSHONNEUR DE JOFFRE

Le vrai vainqueur de Verdun, c’est le soldat français, mais la France réelle a toujours proclamé que le meilleur de ses soldats, le plus sage, le plus avisé, le plus appliqué à sa tâche, stratège incomparable, le plus loyal vis-à-vis de ses supérieurs, sans autre ambition que le salut de la France, et le plus économe du sang de ses hommes, c’est Pétain.

1917  : Pétain sauve l’armée et prépare la victoire

Le 13 mai 1917, Painlevé, ministre de la guerre, appelait Pétain et lui demandait de remplacer Nivelle à la tête de nos armées. Ce chef impose alors sa doctrine et met en place les moyens de la victoire. On passe d’une guerre désordonnée où l’on « dépensait » des troupes, à une guerre réfléchie et faite de patience, une guerre “ industrielle ”, au service d’une géniale stratégie de reconquête.

logo-ligue

La Ligue  : «  Dans une lumière immense  »

Peu importe que la Phalange de l’Immaculée passe pour un groupuscule “ déconnecté ” qui se cramponne à des fidélités honteuses et sans avenir : Pétain et Fatima. Grâce à notre bienheureux Père, nous marchons « dans la lumière ». Ainsi en a-t-il été par la prédication de frère Bruno lors des prises d’habit ou de la passionnante visite de l’exposition sur ”le baroque au temps des Lumières ”, ainsi en sera-t-il de nos jeunes durant les camps de juillet.

Méditations

La parabole du Semeur

En ce 16e dimanche du temps ordinaire, l’Église nous donne à méditer la parabole du Semeur. Qu’est-ce qu’une parabole ? Et pourquoi Jésus s’adresse-t-il à son auditoire en paraboles ? La parabole du Semeur nous invite à entrer dans la bienveillance de Notre Seigneur pour le supplier de semer en nos cœurs la bonne semence afin qu’elle produise du fruit au centuple et que nous ayons le bonheur d’être comptés parmi les élus qui iront dans les demeures éternelles.

Descendre et s’humilier est l’unique chemin pour parvenir à la contemplation de Dieu

L’Église en ce 14e dimanche du temps ordinaire nous fait méditer sur la prière que Notre-Seigneur adresse à son Père céleste pour le remercier d’avoir révélé sa sagesse, non pas aux sages et aux savants, mais aux tout-petits. Cette émouvante prière est suivie d’une promesse bien consolante que j’aimerai vous commenter à la lumière de saint Augustin et qui rejoint admirablement l’enseignement de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus sur la petite voie d’enfance.

Nouvelles rubriques publiées

Sœur Lucie  : biographie “  officielle  ”. Complot contre la messagère du Ciel

Le titre de cette biographie “ officielle ” révèle déjà une orientation tendancieuse : Sœur Lucie y apparaît comme une sainte religieuse vivant sous l’œil de Marie, mais on ne la voit guère agir en messagère de l’Immaculée, on ne comprend pas sa préoccupation constante de transmettre à la hiérarchie le message de Notre-Dame... C’est peut-être en recherchant et en retrouvant tout ce qui a été censuré que nous ressusciterons “ la vraie Lucie ”.

Le Père Jongen, apôtre du règne de Marie

Le Père Jongen prêchait la « consécration parfaite » à la Sainte Vierge : « Je me suis consacré à Marie. Je suis devenu par là sa propriété, son serviteur. Or, le service de Marie est un service militaire. Parce qu’elle a été chargée par Dieu d’écraser la tête du Serpent. Elle s’acquitte de cette charge par l’intermédiaire de sa “ race ”, c’est-à-dire de ses fidèles enfants et serviteurs. Ils sont le talon de la Femme, instrument de son triomphe sur l’ennemi. »

Il est ressuscité  ! n° 176 – Juin 2017

Le pape François vers le plus grand MASDU

Le Message de Fatima n’a rien de commun avec « le modèle d’Église “ en sortie ” du pape François », inauguré par le pape Paul VI “ hors les murs ”, se rendant à l’Onu le 4 octobre 1965 pour y proclamer la liberté religieuse et son corollaire : une « fraternité » fallacieuse condamnée par saint Pie X.

La confrontation du pontife et de la Vierge

À la différence de Paul VI qui, en 1967, pour le cinquantenaire, ne s’était même pas rendu au lieu des apparitions, à la Capelinha, François a commencé par là. Émouvante confrontation de notre « Évêque vêtu de Blanc » avec Notre-Dame de Fatima. Il lui adresse la parole avec une connaissance évidente de ses manifestations.

Le pape François me répond

Le pape François substitue sa médiation à celle du Cœur Immaculé de Marie. Ce “ coup d’État ” restera l’événement dominant de la célébration du 13 mai 2017. Comme une “ révélation privée ” – « Je sens que Jésus vous a confiés à moi » – prolongeant l’œcuménisme de Vatican II. Nécessité “ christocentrique ” oblige…

Avec sœur Lucie  : pèlerinage de réparation

Nous voilà habités par une force et une espérance surnaturelles pour tenir bon dans le combat qui continue, car Notre-Dame ne se laisse pas vaincre en générosité, et ce, avec la joie intime d’avoir fait ce qui était en notre pouvoir pour contribuer au salut du monde, selon les demandes de la Vierge Immaculée : la conversion des pécheurs par l’intercession de son Cœur Immaculé.

Sermons et chemin de croix de notre pèlerinage

Du sermon d’ouverture nous donnant les trois mots qui fixent le thème de nos méditations : adoration, réparation, consécration, à celui de clôture affirmant le règne actuel de notre Reine qui non seulement sera victorieuse, mais qui l’est, actuellement, distribuant ses grâces et donnant ses ordres. En passant par le chemin de croix, nous faisant méditer sur les souffrances de Notre-Seigneur et celles de la Messagère de Notre-Dame qui lui a été configurée.

Carnet du Sacré-Cœur 2017

Sacré-Cœur 2017 avec les Vendéens

Au milieu de l’horreur de cette Révolution sanglante brille d’un éclat céleste la destinée tragique de Louis-Charles, dauphin de France. Les Vendéens, ces Croisés du Sacré-Cœur, restèrent fidèles à leur petit Roi : ils luttèrent en héros pour conserver la foi catholique, délivrer Louis XVII et sauver le Royaume. À la lumière de cette mission, et au-delà des causes humaines, nous découvrirons peu à peu la raison providentielle de leur apparent échec. Les Vendéens furent des martyrs. Leur histoire est un mystère de Rédemption.

Il est ressuscité  ! n° 175 – Mai 2017

Le Cœur Immaculé de Marie, notre refuge, ultime recours.

François Fillon était le seul à dire la vérité, dans cette grande bataille politique qui s’achève dans l’incontestable défaite du « parti du Tout », comme l’appelait Charles Maurras, autrement dit : du “ Sens Commun ”… Ce parti qui, par définition, ne veut s’occuper que de la France, de son bien commun immédiat et lointain, était trop peu nombreux, étouffé et divisé. Sa défaite, la nôtre, est celle de la nation entière et pour longtemps.

Les Mémoires de sœur Lucie

Sœur Lucie a beaucoup écrit pour diffuser les volontés de Notre-Dame de Fatima. Elle a, entre autres, publié six Mémoires qui rassemblent ses souvenirs sur plusieurs personnes et les événements liés aux apparitions. C’est à partir de la publication de ses premiers ouvrages que les opposants à Fatima, en réalité une petite minorité de théologiens, engagèrent la lutte, puisque les thèmes de cette révélation nouvelle prenaient le contre-pied de leur idéologie.

CONTROVERSE SUR LE TÉMOIGNAGE DE SŒUR LUCIE

LES MENSONGES DU PÈRE DHANIS

Le jésuite Édouard Dhanis, professeur à l’université de Louvain, a accusé dès 1944 sœur Lucie d’avoir eu une « propension à la fabulation inconsciente » dans ses Mémoires. Il en résulterait une « nouvelle histoire de Fatima » qui aurait donné au message son caractère politique. En cette année du centenaire, des théologiens allemands et autrichiens réfutent la thèse moderniste du Père Dhanis, mais ils n’osent pas dénoncer sa mauvaise foi criante avec laquelle il a menti en calomniant sœur Lucie, sans jamais se rétracter, alors qu’on lui montrait par des raisons contraignantes ses erreurs.

Contre-révolution mariale (5)

Frère Bruno de Jésus-Marie nous présente là une méditation des quinze mystères du Rosaire riche de sa science de l’Écriture sainte et de sa connaissance du Message de Notre-Dame de Fatima. Il nous fait comprendre que la dévotion au Cœur Immaculé de Marie que Dieu veut établir dans le monde n’est pas une dévotion surérogatoire, qui s’ajouterait à toutes celles qui existent déjà, mais elle est l’entrée dans la Maison de Dieu. C’est le lieu le plus sûr, où l’amour peut s’épanouir.

La Ligue

Apocalypse du «  malheur  »

Les activités de la CRC et l’enseignement de notre frère Prieur rendent témoignage à cette divine espérance : les Saints Cœurs de Jésus et de Marie régneront malgré leurs ennemis, dans l’Église d’abord, puis en France et dans le monde entier : retraite de Semaine sainte, conférence d’actualité, triple prise d’habit, et analyse critique du film « Silence ».

Centenaire de la Grande Guerre de 1914-1918

7. LES ANNÉES PÉTAIN
II. 1917 : La Gloire tragique

Le 15 mai, après un mois de carnage, quand tout semble perdu, quand les soldats, par bataillons entiers, refusent de marcher, Nivelle est enfin écarté. Pétain prend le commandement. Il ne pourra pas renverser la situation sans que beaucoup de sang coule encore mais, déjà, après 10 jours, le vent a tourné, la situation est stabilisée. Comment a-t-il fait ? C’est le miracle de Pétain, le miracle de la grande guerre !

6. LES ANNÉES PÉTAIN
I. VERDUN, LA GLOIRE HÉROÏQUE (1916)

Tandis que le généralissime Joffre et, dans son ombre, se voyant déjà le grand victorieux, Foch, préparaient leur grande offensive sur la Somme, Pétain, lui, était beaucoup plus réservé. L’année 1916 s’annonçait mal. D’inquiétants craquements commençaient déjà à se faire sentir du côté où Joffre ne voulait pas les voir : Verdun.

Cabinet Viviani

5. La République dans la guerre (1914-1915)

Jusqu’ici nous avons suivi surtout les événements militaires parce qu’ils étaient d’une importance absolument capitale. Maintenant, nous allons étudier ce que le pays légal, ce que la France dans ses institutions, son gouvernement, devenaient à travers ce cataclysme. Dans une deuxième partie nous évoquerons les opérations sur le front d’Orient.

Vidéos du catéchisme

40E LEÇON : NOTRE RELIGION EST UN AMOUR : LE CŒUR IMMACULÉ DE MARIE.

Toute notre religion se résume en un symbole, celui de l’union du Cœur de Jésus et de Marie. Après la dévotion au Sacré-Cœur, notre Père explique la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, révélée par Notre-Dame de Fatima, et comment nous devons y correspondre.

39e leçon : Notre religion est un amour : le Sacré-Cœur de Jésus

Notre religion est un amour et c’est bien pourquoi notre Père aura à coeur de bien expliquer aux enfants les tenants et aboutissants de la dévotion au Sacré-Coeur, telle qu’elle a été révélée à sainte Marguerite-Marie, et pratiquée par le bienheureux Père de Foucauld.