La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

CARÊME 2019
à l’école de sainte Thérèse

INTRODUCTION
Mercredi 6 mars – mercredi des Cendres
Jeudi 7 mars
Vendredi 8 mars
Samedi 9 mars
Dimanche 10 mars – 1er dimanche de Carême
Lundi 11 mars
Mardi 12 mars
Mercredi 13 mars
Jeudi 14 mars
Vendredi 15 mars
Samedi 16 mars
Dimanche 17 mars – 2e dimanche de Carême
Lundi 18 mars
Mardi 19 mars – Fête de saint Joseph
Mercredi 20 mars
Jeudi 21 mars
Vendredi 22 mars
Samedi 23 mars
Dimanche 24 mars – 3e dimanche de Carême
Lundi 25 mars – Annonciation
Mardi 26 mars
Mercredi 27 mars
Jeudi 28 mars
Vendredi 29 mars
Samedi 30 mars
Dimanche 31 mars – Lætare
Lundi 1er avril
Mardi 2 avril
Mercredi 3 avril
Jeudi 4 avril
Vendredi 5 avril – premier vendredi du mois
Samedi 6 avril – premier samedi du mois
Dimanche 7 avril – 1er dimanche de la Passion
Lundi 8 avril
Mardi 9 avril
Mercredi 10 avril
Jeudi 11 avril
Vendredi 12 avril
Samedi 13 avril
Dimanche 14 avril – Dimanche des Rameaux
Lundi saint 15 avril
Mardi saint 16 avril
Mercredi saint 17 avril
Jeudi saint 18 avril
Vendredi saint 19 avril
Samedi saint 20 avril
Dimanche 21 avril

INTRODUCTION

LE 10 janvier 1889, Thérèse Martin recevait l’habit et le nom de sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus, au carmel de Lisieux. Maîtresse des novices, elle enseigna l’enfance spirituelle, sa “ petite voie ”.

L’abbé Georges de Nantes, notre Père, explique que le Saint-Esprit la lui inspira «  pour les pauvres âmes du vingtième siècle qui auront à traverser des combats terrifiants. Pour aller au Ciel, il faut la suivre, obligatoirement.  »

Mettons-nous à son école, sûre de son assistance. Elle confiait en effet à sa sœur, mère Agnès de Jésus  :

«  Après ma mort, je ferai tomber une pluie de roses. Une seule attente fait battre mon cœur  : c’est l’amour que je recevrai et celui que je pourrai donner  ! Je sens que ma mission va commencer, ma mission de faire aimer le Bon Dieu comme je l’aime, de donner ma petite voie aux âmes. Je veux passer mon Ciel à faire du bien sur la terre. Non, je ne pourrai prendre aucun repos jusqu’à la fin du monde  !

– Quelle petite voie voulez-vous donc enseigner aux âmes  ?

Sainte Thérèse et Mère Agnès

– Ma Mère, c’est la voie de l’enfance spirituelle, c’est le chemin de la confiance et du total abandon. Je veux leur indiquer les petits moyens qui m’ont si parfaitement réussi  ; leur dire qu’il n’y a qu’une seule chose à faire ici-bas  : jeter à Jésus les fleurs des petits sacrifices, le prendre par des caresses  ! C’est comme cela que je l’ai pris, et c’est pour cela que je serai si bien reçue  !

Si je vous induis en erreur avec ma petite voie d’amour, ne craignez pas que je vous la laisse suivre longtemps. Je vous apparaîtrais bientôt pour vous dire de prendre une autre route  ; mais, si je ne reviens pas, croyez à la vérité de mes paroles  : on n’a jamais trop de confiance envers le Bon Dieu, si puissant et si miséricordieux  ! On obtient de lui tout autant qu’on en espère  !  »

Sainte Thérèse est revenue… non pour nous dire de prendre une autre route, mais pour nous assurer que sa voie était la «  seule véritable  », et elle l’a prouvé par d’innombrables miracles 1. C’est ce que nous allons découvrir pendant ce Carême.

Mercredi 6 mars – mercredi des Cendres

LA MORT D’AMOUR

JEUDI 30 septembre 1897. Sœur Thérèse a passé sa dernière nuit sur la terre. Contemplant la statue de la Vierge au sourire, elle confie  : «  Oh  ! je l’ai priée avec une ferveur  ! Mais c’est l’agonie toute pure, sans aucun mélange de consolation… L’air de la terre me manque, quand est-ce que j’aurai l’air du Ciel  ?  »

Dans l’après-midi, les symptômes de la dernière agonie se manifestèrent. Dès que la communauté entra dans l’infirmerie, elle la remercia par le plus gracieux sourire. Puis, serrant le crucifix dans ses mains défaillantes, elle se recueillit pour le combat suprême. Une sueur abondante couvrait son visage. Quand la cloche du monastère sonna l’Angélus, elle fixa sur l’Immaculée un inexprimable regard. Se tournant ensuite vers sa supérieure, elle lui demanda  :

«  Ma mère, n’est-ce pas l’agonie  ? Ne vais-je pas mourir  ?

– Oui, mon enfant, c’est l’agonie, mais Jésus veut peut-être la prolonger de quelques heures.

– Eh bienAllonsAllonsOh  ! je ne voudrais pas moins souffrir  !  » Et, regardant son crucifix  : «  Oh  ! je l’aime  ! Mon Dieu, je… vous… aime  !  !  !  »

Ce furent ses dernières paroles. Elle venait à peine de les prononcer qu’à la grande surprise des sœurs, elle s’affaissa tout à coup. Soudain, elle se releva, comme appelée par une voix mystérieuse, ouvrit les yeux et les fixa un peu au-dessus de l’image de Marie, le temps d’un Credo. Puis, son âme bienheureuse s’envola dans les Cieux.

En ce mercredi des Cendres, rappelons-nous que la vie n’est qu’un passage, nous préparant à l’éternité. «  Ce n’est pas la mort qui viendra me chercher. C’est le Bon Dieu. La mort n’est point un fantôme, un spectre horrible comme on la représente sur les images. La mort est la séparation de l’âme et du corps, ce n’est que cela  ! Eh bien, je n’ai pas peur d’une séparation qui me réunira pour toujours au Bon Dieu.  »

Colorier le crucifix accroché au mur de la cellule de la carmélite.

*
*       *

Jeudi 7 mars

PREMIERS MIRACLES

AUSSITÔT, il se produisit dans la communauté des faits extraordinaires. Une religieuse approcha son front des pieds de la défunte. Au même instant, elle se sentit guérie d’une anémie cérébrale qui, depuis plusieurs années, lui interdisait la lecture et l’oraison.

Dans la cellule d’une des carmélites, un parfum de violettes se répandit soudainement, alors qu’il ne s’y trouvait aucune fleur. Une sœur reçut l’impression suave et fraîche d’un baiser donné par un être invisible. Deux autres religieuses aperçurent, l’une un rayon dans le ciel, l’autre une couronne lumineuse qui s’élevait de terre et se perdait dans les hauteurs du firmament.

Le samedi et le dimanche, une foule nombreuse et recueillie se pressa devant la grille du chœur, contemplant dans la majesté de la mort “ la petite reine ”, toujours gracieuse. On lui fit toucher chapelets, médailles, par centaines, et jusqu’à des bijoux  ! Un enfant de dix ans sentit un très fort parfum de lis, alors que tous les lis entourant la dépouille étaient artificiels  !

Le 4 octobre, après avoir été solennellement béni, le précieux corps fut mis en terre par les mains maternelles de la sainte Église.

Commençons notre Carême en prenant la résolution de faire plaisir, à l’exemple de sainte Thérèse.

«  Aussitôt que j’ai commencé à penser sérieusement (ce que j’ai fait bien petite), il suffisait qu’on me dise qu’une chose n’était pas bien, pour que je n’aie pas envie de me le faire répéter deux fois.  »

Colorier quelques violettes.

*
*       *

Vendredi 8 mars

UN OURAGAN DE GLOIRE

SAINTE Thérèse avait été mue par l’Esprit-Saint à régler les événements qui suivraient sa mort. Dès le 7 mars 1898 parut l’Histoire d’une âme. Modestement, on la tira à deux mille exemplaires. À Pâques 1899, la première édition était épuisée. On en imprima une deuxième. Deux ans après la mort de notre sainte, quatre mille exemplaires étaient écoulés.

La guérison d’Anne Fauquet, à quatre ans, sur la tombe de Thérèse, fut le premier miracle, suivi de bien d’autres  ! En 1915, dix millions d’images, munies d’une petite relique, étaient déjà distribuées  !

Le rayonnement de sainte Thérèse touchait toutes les âmes  : les pauvres, les riches, les simples, les grands intellectuels, les grands théologiens. Elle inspirait un amour de Jésus, un désir de servir l’Église et de sauver les âmes. Dans les missions, elle multipliait les miracles.

Confions à sainte Thérèse notre défaut dominant afin qu’elle nous aide à le combattre.

«  Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, exemple de toutes les vertus, priez pour nous  !  »

Colorier quelques roses.

*
*       *

Samedi 9 mars

«  RÉVEILLEZ-VOUS  !  »

LE 12 juillet 1908, Antoinette était admise à l’hospice pour être soignée d’une pleurésie qui se compliqua d’une coxalgie. Elle ne pouvait plus marcher ni même s’asseoir et souffrait beaucoup. Émue de pitié, la religieuse qui la soignait l’engagea à implorer du Ciel sa guérison par l’intercession de sœur Thérèse. On commença aussitôt une neuvaine.

Le septième jour, à 2 heures du matin, Antoinette entendit une voix très douce  : «  Réveillez-vous  ! Réveillez-vous  !  » Surprise, elle se raisonna et tenta de se rendormir. De nouveau, la même voix reprit  : «  Réveillez-vous  ! Réveillez-vous  !  » Entrouvrant les yeux, la jeune fille ne constata rien d’anormal. Mais, pour la troisième fois, la même voix mystérieuse répéta  : «  Réveillez-vous  !  »

Se dressant alors sur son lit, presque effrayée, elle ne vit personne, mais entendit de forts craquements dans sa jambe, sans ressentir la moindre douleur. Son pied, immobile et ankylosé, était mû par une main invisible  ! Elle essaya, avec précautions, de descendre du lit et de faire quelques mouvements. «  Ma Sœur, regardez, je m’appuie sur mon pied  !  » s’écria-t-elle. Elle fit plusieurs pas bien assurés. Puis, elle sauta de joie  !

Non seulement la jeune fille marchait, mais son pied s’était redressé, l’os de la hanche s’était remis en place, le genou avait retrouvé sa souplesse et la jambe s’était allongée. En quelques jours, l’appétit revint ainsi qu’une parfaite santé.

Le corps ne fut pas le seul à éprouver les bienfaisants effets de la céleste visite. La sainte opéra dans l’âme d’Antoinette une transformation plus profonde encore.

Aujourd’hui, j’offrirai mes petites peines sans me plaindre, pensant que le Bon Dieu donne toujours la force de supporter les souffrances qu’Il nous envoie. La souffrance acceptée «  donne une grande gloire au Bon Dieu  ».

Colorier quelques lis.

Dimanche 10 mars – 1er dimanche de Carême

AU CARMEL DE GALLIPOLI

DANS la nuit du 16 janvier 1910, je me trouvais très souffrante et préoccupée de graves difficultés financières. Épuisée, je me soulevai un peu sur mon lit pour mieux respirer.

Vers 3 heures, m’étant endormie, je sentis une main qui arrangeait ma couverture. Je crus qu’une de mes Sœurs me faisait cette charité et, sans ouvrir les yeux, je lui demandai de me laisser  :

«  Le mouvement que vous faites me donne trop d’air.

– Non, c’est une bonne chose que je fais, me répondit une douce voix inconnue. ÉcoutezLe Bon Dieu se sert des habitants célestes comme des terrestres pour secourir ses serviteurs. Voilà 500 lires, avec lesquels vous paierez la dette de votre communauté.

– La dette n’est que de 300 lires.

– Eh bien, le reste sera en plus. Mais, comme vous ne pouvez garder cet argent dans votre cellule, venez avec moi.  »

Comment me lever, étant tout en sueur  ? Pénétrant ma pensée, la céleste vision expliqua, souriante  : «  La bilocation nous viendra en aide.  » Déjà, je me trouvai hors de ma cellule, en compagnie d’une jeune carmélite dont les habits et le voile rayonnaient une clarté de Paradis qui éclaira notre chemin…

Sainte Thérèse nous dit  : «  Quelle grâce quand le matin nous ne nous sentons aucun courage, aucune force pour pratiquer la vertu  ; on est tenté de laisser tout là, mais dans un acte d’amour même pas senti, Jésus nous aide sans en avoir l’air. L’amour peut tout faire, les choses les plus impossibles ne lui semblent pas difficiles.  »

Colorier mère Carmela se levant.

*
*       *

Lundi 11 mars

DES BILLETS MIRACULEUX

ELLE me conduisit dans l’appartement du tour, me fit ouvrir une cassette en bois où il y avait la note de la dette de la communauté, et elle y déposa les 500 lires.

Je la regardai avec admiration et je me prosternai pour la remercier en m’écriant  : «  Ô ma sainte Mère  !…  » Mais elle, m’aidant à me relever et me caressant avec affection, reprit  : «  Non, je ne suis pas notre sainte Mère, je suis la servante de Dieu, sœur Thérèse de Lisieux.  »

Après avoir posé sa main sur mon voile pour l’ajuster et m’avoir fait une caresse fraternelle, elle s’éloigna lentement. «  Attendez, lui dis-je, vous pourriez vous tromper de chemin.  » Mais avec un sourire céleste, elle me rassura  : «  Non, non, ma voie est sûre, et je ne me suis pas trompée en la suivant…  »

Au matin, je me levai, je descendis au chœur et je communiai. Ne me trouvant pas comme à l’habitude, les Sœurs voulaient appeler le médecin. Toutes voulaient absolument m’envoyer au lit. Pour éviter cela, je leur expliquai le rêve que j’avais eu.

Nos deux sacristines me pressèrent alors d’aller voir dans la cassette, mais je répondis qu’il ne fallait pas croire aux rêves. Cependant, sur leurs instances, j’allai au tour, j’ouvris la boîte et… j’y trouvai réellement la somme miraculeuse de 500 lires  !

À l’école de sainte Thérèse, pratiquons la voie d’enfance spirituelle qui consiste à «  rester petit, reconnaître son néant, attendre tout du Bon Dieu, comme un petit enfant attend tout de son Père. C’est ne s’inquiéter de rien, ne point gagner de fortune.  »

Et notre Père précise  : «  La petite voie, c’est de se trouver orgueilleux, même quand cela ne se voit pas. C’est abandonner toute résistance, c’est-à-dire toute considération de soi-même.  »

Colorier le lit de mère Carmela.

*
*       *

Mardi 12 mars

AIDE DANS TOUTES NOS NÉCESSITÉS

Àla fin du mois de janvier, nous avons trouvé, dans nos livres de comptes, un surplus de 25 lires que nous n’avons pu expliquer. Sœur Thérèse l’avait-elle glissé dans notre caisse  ?

En février, mars et avril, nous avons remarqué la même chose étrange  ; seulement la somme variait. Au mois de mai, j’ai revu ma chère sainte. Elle m’a d’abord parlé de choses spirituelles, et m’a prévenue  :

«  Pour vous prouver que c’est bien moi qui vous ai apporté le surplus d’argent constaté à vos différents règlements de comptes, vous trouverez dans la cassette un billet de 50 lires. La parole de Dieu opère ce qu’elle dit.  »

Au mois de juin, nous trouvâmes encore 50 lires de la manière ordinaire. Dans la nuit du 15 au 16 juillet, elle me promit d’apporter bientôt 100 lires. Elle me souhaita ma fête, en me donnant un billet de 5 lires.

Offrons nos sacrifices pour faire plaisir à Jésus, comme sainte Thérèse qui n’avait «  d’autre occupation que celle de cueillir les fleurs de l’amour et du sacrifice et de les offrir au Bon Dieu pour son plaisir  ».

Colorier les billets dans la main de sainte Thérèse.

*
*       *

Mercredi 13 mars

LE BILLET DE CENT LIRES

QUELQUES jours plus tard, notre évêque perdit un billet de 100 lires. Il espérait que sœur Thérèse l’apporterait chez nous. Le 6 août, veille de la fête de Monseigneur (il s’appelle Gaétan), ma Thérèse m’apporta… un billet de 100 lires  !  ! Elle m’expliqua «  que la puissance de Dieu retire ou donne avec la même facilité dans les choses temporelles que dans les choses spirituelles  ». Je me hâtai de faire parvenir cet argent à notre évêque avec les vœux de la communauté. Il me le renvoya aussitôt.

Depuis ce temps, notre chère protectrice ne nous a plus rien apporté, car notre détresse ayant été connue par toutes ces merveilles, nous avons reçu quelques aumônes. Le 5 septembre, veille de son exhumation, elle m’annonça qu’on retrouverait «  à peine ses ossements  », et me fit comprendre quelque chose des prodiges qu’elle opérera à l’avenir. Ses restes feront des miracles éclatants et seront des armes puissantes contre le démon.

«  Être petit, c’est encore ne point s’attribuer à soi-même les vertus que l’on pratique, se croyant incapable de quelque chose, mais reconnaître que le Bon Dieu pose ce trésor de vertu dans la main de son petit enfant, pour qu’il s’en serve quand il en aura besoin  ; et c’est toujours le trésor du Bon Dieu.  »

Colorier les rayons autour de sainte Thérèse.

*
*       *

Jeudi 14 mars

MA VOIE EST SÛRE

LORS de sa première apparition, sainte Thérèse avait affirmé à mère Carmela, qui voulait la guider dans les couloirs du carmel, que sa voie était sûre. L’évêque voulut s’assurer que la sainte parlait bien de sa doctrine spirituelle. Il lui demanda un signe.

Plaçant dans une enveloppe un billet de 500 lires, le prélat y ajouta sa carte de visite sur laquelle il écrivit  : «  Ma voie est sûre, je ne me suis pas trompée.  »

Il laissa cette enveloppe ouverte et la glissa dans une plus grande qu’il ferma soigneusement. Il y apposa un cachet de cire à ses armes et la remit sans plus d’explications à mère Carmela. Il lui recommanda de la déposer dans la fameuse cassette et de l’y laisser jusqu’au 16 janvier (1911), jour où elle devrait l’ouvrir.

Avant cette date, notre sœur eut l’impression que le paquet avait un peu gonflé  ; elle pressentit un nouveau miracle. Aussi, quand le 16 arriva, elle se garda bien de l’ouvrir… L’évêque se présentant au parloir, elle s’y rendit avec le pli cacheté. Quelle ne fut pas leur surprise en constatant qu’au billet de 500 lires se trouvaient joints quatre nouveaux billets  : deux de 100 lires et deux de 50. L’un d’eux exhalait un parfum de roses.

La servante de Dieu confirmait, par ce prodige, le sens spirituel de sa parole  : «  Ma voie est sûre…  »

La petite voie, «  c’est ne point se décourager de ses fautes, car les enfants tombent souvent, mais ils sont trop petits pour se faire beaucoup de mal  ». Reconnaissons humblement nos fautes, et renouvelons nos résolutions de Carême autant de fois qu’il le faudra  !

Colorier sainte Thérèse (robe et voile marrons, manteau blanc).

Vendredi 15 mars

PÊCHE MIRACULEUSE

LE village de Porto di Recanati est habité en grande partie par de pauvres familles de pêcheurs. Or, cette année 1913 avait été particulièrement mauvaise.

Las de risquer sa vie dans les tempêtes et de ramener la barque vide, Nazareno exprima son découragement à sa femme.

«  Ne perdez pas confiance, lui répondit-elle, je vais vous donner le portrait d’une sainte qui accomplit beaucoup de miracles. Vous verrez qu’elle vous fera faire bonne pêche.

– Est-ce qu’une image de sainte peut remplir de poissons un filet  ? Jamais je ne croirai cela  !

– Prenez-la, insista Agata en la glissant dans la poche de Nazareno, et vous verrez que j’ai dit vrai.  »

Moins incrédule qu’il n’en avait l’air, notre pêcheur prit soin de la déposer en sûreté sur sa barque, dans une petite caisse. Arrivés en pleine mer, les mariniers jettent leur filet. Il se remplit immédiatement. Le tirant à eux, ils rapportent non seulement une multitude de poissons, mais un énorme esturgeon de cinquante kilos  ! Or, l’esturgeon fréquente si rarement les côtes de l’Adriatique qu’il est surnommé “ poisson de la fortune ”. En cinquante et un ans, c’était la première fois que Nazareno en voyait un.

Aussitôt, selon l’usage des pêcheurs italiens lorsqu’ils ont fait une prise importante, on hisse le drapeau national au sommet du mât et, triomphalement, l’on fait voile vers Porto di Recanati. Les autres regardaient notre homme avec envie, se demandant par quel miracle il avait obtenu autant de poissons  ! Nazareno s’écria  : «  C’est par l’image d’une sainte que ma femme m’a donnée  !  »

Alors, tous voulurent en avoir une  ! Une pieuse demoiselle, fervente propagatrice de la dévotion à la petite sainte française dut, sur-le-champ, distribuer toutes les images qu’elle avait en réserve. «  J’étais absolument assiégée et n’aurais pu gagner ma maison si la bonne Agata n’était accourue à mon aide pour disperser cette foule enthousiaste.  »

Demandons à sainte Thérèse de mettre dans notre cœur un amour de Jésus semblable à celui qui brûlait le sien, et apprenons à nous oublier nous-mêmes  : «  Jésus fit de moi un pêcheur d’âmes, je sentis un grand désir de travailler à la conversion des pécheurs. Je sentis en un mot la charité entrer dans mon cœur, le besoin de m’oublier pour faire plaisir, et depuis lors je fus heureuse  !  »

Colorier Nazareno tenant son filet.

*
*       *

Samedi 16 mars

LES PERCE-NEIGE DE SAINTE THÉRÈSE

MADAME McNelis se mourait de septicémie après avoir donné le jour, le 24 janvier 1913, à une petite Marie-Françoise-Thérèse. Le 26 janvier, alors que l’enfant recevait le baptême, on administrait l’extrême-onction à sa mère. Tout espoir était perdu.

Cependant, une neuvaine était commencée au carmel de Lisieux. La malade et toute sa famille s’y associaient avec foi. L’une des fillettes, Kathleen, promit d’offrir sa première Communion en l’honneur de sainte Thérèse, si elle lui obtenait la guérison de sa maman.

Le lendemain, la petite apporta six beaux perce-neige. Placés dans un vase, ils ornèrent le petit autel préparé le matin pour la communion en viatique de la mourante.

Soudain, une odeur très exquise et intense attira l’attention de la jeune femme. Elle s’aperçut que le parfum mystérieux s’exhalait des perce-neige, natu- rellement inodores. Où Kathleen les avait-elle pris  ?

Interrogée, la petite raconta «  avoir vu une religieuse descendre du Ciel. Elle avait une belle figure et de très belles mains, et m’a donné ces petites fleurs en me promettant que ma maman guérirait… Puis, elle s’est envolée  !  »

Madame McNelis se trouva, dès cet instant, hors de danger et se rétablit promptement. Quant au parfum, il persista plusieurs jours.

Sainte Thérèse aima beaucoup ses parents et ses sœurs. «  Je leur témoignais ma tendresse de mille manières  », écrira-t-elle. Luttons contre notre égoïsme et, à son exemple, manifestons notre affection à notre famille.

Colorier Agata donnant l’image de sainte Thérèse.

Dimanche 17 mars – 2e dimanche de Carême

«  BONJOUR, MA THÉRÈSE  !  »

CHAQUE matin, Anne-Marie, âgée seulement de deux ans et demi, se mettait sous la protection de sœur Thérèse par cette invocation  : «  Bonjour, ma Thérèse, venez à mon secours  !  »

Un jour, sa mère se sentit tout à coup pressée par une voix intérieure, de retourner au plus vite près de son enfant qu’elle avait laissée endormie à la maison.

«  Quand j’arrivai, je me précipitai dans la chambre de ma fille, au premier étage. Une fumée compacte remplissait la pièce. J’ouvris la fenêtre et la fumée s’échappa. Je jetai des couvertures sur le lit pour étouffer les flammes, et pensai trouver la petite carbonisée… Je sentis alors deux bras s’enlacer autour de mon cou. Anne-Marie m’embrassa en disant  : “ J’ai chaud, maman  ! ” J’étais stupéfaite  ! Elle n’avait pas été atteinte par l’incendie  !

«  Pas un seul de ses cheveux n’était brûlé, sa chemise était absolument intacte, alors que tout flambait autour d’elle  ! L’édredon, les oreillers, les couvertures, les draps et même le matelas  ! La chaleur, si forte, avait dessoudé la monture en fer de la lampe à alcool qui avait éclaté.

«  Sans nul doute, l’enfant avait invoqué sa Thérèse, en se voyant au milieu des flammes. Depuis cet accident, tous les jours, à son lever, Anne-Marie remercie sa céleste protectrice.  »

Prenons l’habitude d’invoquer sainte Thérèse dans nos difficultés et tentations. Prions-la aussi de préserver les âmes du feu éternel.

«  Sainte Thérèse, feu dévorant de l’amour de Dieu, secourez-nous  !  »

Colorier une barque.

*
*       *

Lundi 18 mars

LE PETIT POTTOT

AU mois d’avril 1915, une pauvre ouvrière se présentait chez Constance Cardon, pieuse demoiselle enseignant le catéchisme à de malheureux enfants des rues. La femme portait son garçon de huit ans et demi, réduit à un état pitoyable. Elle supplia de le préparer à sa première Communion avant sa mort.

En effet, Arthur Pottot était atteint d’une tumeur à la joue avec carie de la mâchoire inférieure droite. Ce cancer le martyrisait depuis l’âge de cinq ans. Sa joue était tellement grosse qu’elle retombait sur l’épaule. Le petit ne parlait plus, car l’os sortait de sa bouche, coupant sa lèvre et laissant couler une bave fétide. Il ne se nourrissait que de pain trempé dans du lait. Tous les gens du quartier le regardaient avec compassion et souhaitaient qu’il meure, tant ses souffrances étaient grandes.

«  Au mois de juillet, raconte mademoiselle Cardon, je demandai à mes douze enfants du catéchisme de faire une neuvaine à sœur Thérèse afin que leur camarade pût faire avec eux sa première Communion. C’était demander un miracle, mais la petite Sœur est puissante…  »

Faisons une communion spirituelle, en suivant le conseil que donnait sainte Thérèse à sa cousine Marie  : «  Pense donc que ce doux Jésus est là, dans le Tabernacle, exprès pour toi, pour toi seule, qu’il brûle du désir d’entrer dans ton cœur.  »

Colorier la mer et le ciel.

*
*       *

Mardi 19 mars – Fête de saint Joseph

«  NOUS AVONS FAIT UN MIRACLE  !  »

LE neuvième jour n’amena aucun changement. «  Nous n’étions pas découragés et ne cessions de prier avec une confiance croissante. Quelques jours plus tard, le petit arriva au catéchisme tenant en main ses bandages. Plus d’abcès, plus de suppuration, plus aucune plaie  !

«  En une nuit, la cicatrice s’était formée, complète. Mes enfants et moi, nous nous jetâmes à genoux, pleurant de joie et de reconnaissance, et nous chantâmes le Magnificat. Arthur parlait, chantait. Je lui donnai une tartine qu’il mangea facilement devant nous tous.

«  Trop émue pour leur faire la classe, je les renvoyai chez eux. Alors, dans leur enthousiasme, ils prirent Arthur par la main et, courant par les rues, ouvraient toutes les portes de leur quartier en criant  :

“ Nous avons fait un miracle  ! Venez voir le petit Pottot. Il n’a plus rien  ! Il est guéri  ! ”

Et lui d’expliquer à son tour  : “ Je n’ai plus de mal  ; c’est sainte Thérèse qui m’a guéri  ! ”

«  La veille au soir, tandis que l’enfant dormait d’un profond sommeil, sa grande sœur se sentit poussée, par un désir irrépressible et une voix intérieure, à retirer l’os. Sa mère s’y opposait, craignant de faire souffrir l’enfant  ; mais la jeune fille ne put résister à l’inspiration surnaturelle. Elle tira doucement l’os qui tomba dans sa main.  »

En cette fête de saint Joseph, patron de l’Église, prions beaucoup pour le Saint-Père. À l’école de sainte Thérèse, offrons les petites contrariétés de la journée.

«  Songeant aux peines qui m’attendent, je me lève d’autant plus joyeuse et pleine de courage, que je prévois plus d’occasions de témoigner mon amour à Jésus. Ensuite, je baise mon crucifix, je le pose délicatement sur l’oreiller le temps de m’habiller et je lui dis  : Mon Jésus, vous avez assez travaillé, assez pleuré, pendant les trente-trois années de votre vie sur cette pauvre terre  ! Aujourd’hui, reposez-vous. C’est à mon tour de combattre et de souffrir.  »

Colorier les maisons au loin.

*
*       *

Mercredi 20 mars

BIENVEILLANCE  !

J’AVAIS à la procure un petit bout de crayon que je regardais comme une relique, car il venait de mon père. Un jour, il disparut. Intérieurement, j’accusai une de nos Sœurs qui se sert parfois du matériel à notre usage.

En récréation, je lui demandai un peu vivement si elle ne l’avait pas laissé à l’externat. Elle me répondit qu’elle ne se souvenait pas de ce larcin, mais qu’elle tâcherait d’y remédier. Peu satisfaite, j’exposai ma peine à notre Mère qui m’exhorta au détachement.

Durant la nuit, je vis en rêve sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus. D’un air doux, mais un peu mécontent, elle me réprimanda  : «  Vous avez manqué à la charité en accusant injustement votre Sœur d’avoir pris votre crayon. Le crayon que vous cherchez est dans le tiroir du bureau de la procure, entre le bois et le papier que vous avez mis pour le préserver.  »

En même temps, je vis le tiroir et j’aperçus le crayon à la place indiquée. Après m’avoir encore recommandé la charité, sœur Thérèse disparut et l’Angélus sonna.

Pendant l’oraison, la Messe et l’action de grâces, je ne pensais qu’à ma céleste visiteuse me reprochant ma faute. Au premier moment libre, j’allai à la procure et ce n’est pas sans émotion que je trouvai le crayon exactement à la place où je l’avais vu en songe.

En hâte, je le portai à notre Mère. Émue des attentions de sœur Thérèse, elle me recommanda d’être bien fidèle à suivre les conseils du second “ ange gardien ” que le Bon Dieu m’avait donné.

Soyons bienveillants, excusons toujours les autres.

«  La principale indulgence plénière, celle que tout le monde peut gagner sans les conditions habituelles, c’est l’indulgence de la charité qui couvre la multitude des péchés.  »

Colorier quelques violettes.

*
*       *

Jeudi 21 mars

LA “ VIERGE BLANCHE ”

DANS les derniers jours de sa vie, le 25 juin 1897, sainte Thérèse, après avoir lu le récit de l’apparition d’une sainte, vêtue de blanc, à un tout-petit nouvellement baptisé, confiait à l’une de ses Sœurs  :

«  Moi aussi, plus tard, j’irai comme cela autour des petits enfants baptisés.  » Faisant allusion, une autre fois, à ses grands désirs d’évangélisation, elle s’écria  : «  Ah  ! j’aurai vite fait le tour du monde  !  »

Il semble bien que l’île de Madagascar ait été l’un des premiers champs de mission de sainte Thérèse.

En 1909, mère Saint-Jean-Berchmans a l’inspiration de lui abandonner le succès d’un apostolat rendu impossible par les manœuvres hostiles des sorciers, véritables suppôts de Satan. Pour que la “ Vierge blanche ” prenne possession du pays, cette religieuse distribue ses images dans toutes les cases païennes qu’elle visite. Un soir d’octobre, la missionnaire baptise un petit mourant. L’enfant râle déjà. Elle remet à la maman le portrait de la sainte, l’engageant à l’invoquer avec foi, et s’éloigne de la pitoyable demeure.

La nuit tombe. Le petit baptisé, “ voleur de Paradis ”, meurt.

Soudain, la misérable case s’emplit de clarté… Sainte Thérèse est là, tenant en ses mains une tunique éclatante de blancheur qu’elle dépose sur le cadavre  ! Le petit, souriant, se réveille guéri sous les yeux de sa maman, muette de stupeur  !

Aujourd’hui, je tâcherai de rendre service avec le sourire, en pensant que «  par nos petits actes de charité pratiqués dans l’ombre, nous convertissons au loin les âmes, nous aidons les missionnaires, nous leur attirons d’abondantes aumônes  ; et, par là, nous construisons de véritables demeures spirituelles et matérielles à Jésus-­Hostie  ».

Colorier une barque.

*
*       *

Vendredi 22 mars

À LA VISITATION DE CAEN

EN décembre 1908, sœur Marie-Bénigne commença à souffrir de l’estomac. «  Je pus cependant continuer les travaux de nos Sœurs converses. Mais, en février, le docteur diagnostiqua un ulcère et m’ordonna un repos complet. Les vomissements reprirent. Quatre à cinq fois par jour, je rejetais le peu de lait que je prenais, et chaque vomissement était mêlé de sang.

«  Dans ce triste état, sainte Thérèse m’inspira de la prier. Nous commençâmes une neuvaine le jeudi 24 juin. Les souffrances augmentèrent, mais ma confiance restait inébranlable.

«  Le neuvième jour, vers midi, j’eus une crise très forte  : il me semblait que l’on m’arrachait l’estomac, la douleur était la même dans le dos. Cela dura un quart d’heure à peu près.

«  À 1 heure, sœur Françoise-Thérèse (Léonie) me donna à boire un peu d’eau dans laquelle elle avait mis un pétale de rose dont sœur Thérèse s’était servie pour caresser son crucifix. Au même moment, notre Mère récita un Laudate et un Gloria Patri. Après avoir bu l’eau miraculeuse, je sentis que quelque chose de très doux cicatrisait la plaie.

«  À partir de ce moment, je ne ressentis plus aucune douleur, mais une faim dévorante. Je bus aussitôt une tasse de lait qui passa très bien, puis, jusqu’au soir, j’en bus un litre et j’avais encore faim.

«  Le lendemain, au déjeuner, je mangeai comme tout le monde  : de l’omelette, des pois, de la salade… Je me trouve aujourd’hui dans un état de santé des meilleurs. J’ai remercié ma chère bienfaitrice par une neuvaine d’action de grâces. Ma reconnaissance sera éternelle.  »

Comme l’écrivait sainte Thérèse à sa sœur Léonie  : «  Il est si doux d’aider Jésus à sauver les âmes qu’il a rachetées au prix de son Sang, et qui n’attendent que notre secours pour ne pas tomber dans l’abîme.  »

Aussi, répétons souvent cette invocation  :

«  Père Éternel, donnez-moi autant d’âmes que votre Fils a versé de gouttes de Sang dans sa Passion.  »

Colorier quelques roses.

*
*       *

Samedi 23 mars

DOUBLE GUÉRISON

DÈS l’année 1913, la future patronne des Missions étendit son apostolat au continent africain. Deux vieillards aveugles, qu’animait une foi encore neuve, arrivèrent un jour à la Mission. Se prosternant aux pieds des Pères, ils les conjurèrent de leur rendre la vue.

«  Ils insistèrent tellement, relate le Père Leconte, que je pris une relique de sœur Thérèse (laine de son oreiller). Avec confiance, je leur fis trois signes de croix sur les yeux en invoquant la servante de Dieu. J’avais à peine fini qu’ils s’écrièrent l’un après l’autre  : “ Mais je vois  ! ”

«  Joyeux, les bons vieux décrivirent avec entrain ce qui les entourait. Leur cécité, si grande, ne leur permettait pas auparavant de distinguer les objets dont ils n’étaient distants que de cinquante centimètres à peine.  »

Récitons la prière à sainte Thérèse à l’intention des missionnaires (G 66).

Colorier quelques violettes.

*
*       *

Dimanche 24 mars – 3e dimanche de Carême

LA VOIE DU RENONCEMENT

DÉCOURAGÉ par les difficultés de mon ministère, je me confiais à sœur Thérèse, le front appuyé sur la croix de sa tombe. Subitement, le calme, la paix et l’abandon succédèrent à une angoisse mortelle. Une lumière inonda mon âme de prêtre et la transforma.

Sœur Thérèse me faisait comprendre et m’obtenait la force de suivre la voie du renoncement total et continu. Un vrai miracle  ! À cette même heure, ma mère, restée dans ma paroisse, reçut cette inspiration  : «  Inutile de te préoccuper, ton fils est guéri.  »

Depuis lors, je sens à tout moment l’assistance de quelqu’un qui féconde et conduit mon ministère, mes labeurs et me fait demeurer avec Notre-Seigneur dans une ineffable intimité. Mes plus grosses difficultés sont réduites à néant comme par enchantement. Malgré l’opposition des méchants, le bien s’accentue tous les jours davantage.

Parfois, au moment de prononcer le sermon, une force mystérieuse m’inspire et me dicte des paroles que je trouve étranges, mais que tous apprécient  : «  Mais ce que vous nous avez dit, c’est divin  !  » Il m’est impossible ensuite de me les rappeler pour les mettre par écrit.

Travaillons en présence de Jésus  : Il est toujours près de nous  : «  Oui, la vie coûte, il est pénible de commencer une journée de labeur. Si encore on sentait Jésus, oh  ! on ferait bien tout pour lui, mais non, il paraît à mille lieues, nous sommes seules avec nous-mêmes. Oh  ! l’ennuyeuse compagnie quand Jésus n’est pas là.  »

Colorier l’esturgeon.

*
*       *

Lundi 25 mars – Annonciation

CONFIANCE  !

NON seulement je sens la présence de sœur Thérèse, mais je l’ai vue. La première fois, je récitais mon bréviaire quand, découragé, je l’appelais à mon secours. Je la vis, devant moi. Elle me dit avec autorité  : «  Confiance  !  » Ce seul mot mit fin à mon tourment intime.

La deuxième fois, je revenais de visiter un confrère. Chemin faisant, je songeais aux nombreux obstacles qui surgissaient dans mon ministère paroissial. Le découragement me saisit de nouveau avec une grande violence. Alors, avec la simplicité et l’insistance d’un enfant, j’appelai ma libératrice… Étendant son manteau blanc sur ma paroisse, elle m’adressa ces paroles  :

«  Ce n’est pas vous seulement que je protège, je protège aussi votre peuple. Soyez en paix, je dirigerai tout, je serai votre bouclier.  »

Un autre jour, dans un moment de tentation, elle se précipita sur le démon et le terrassa, puis elle me couvrit de son manteau avec une sollicitude de mère. Oui, cette âme privilégiée est terrible aux démons comme une armée rangée en bataille.

Depuis quelque temps, au commencement de la Messe, je lui demande de m’assister dans l’oblation divine, et elle m’apparaît avec une dignité et une majesté célestes. Elle me fait alors comprendre l’amour infini de Jésus pour l’homme pécheur, et je me sens pénétré de tendresse pour les âmes.

En cette fête de l’Annonciation, chantons le cantique «  Pourquoi je T’aime, ô Marie  » (E 60).

Colorier quelques lis.

*
*       *

Mardi 26 mars

LE SALUT DES PRÊTRES

SŒUR Thérèse m’a aussi donné l’attrait de la vie cachée et oubliée. Elle me fait vivre dans la pratique constante du renoncement absolu et m’a révélé le vrai sens de l’humilité du cœur. Maintenant détaché de tout, je comprends que je suis un instrument indigne entre les mains de Dieu. J’ose dire que mon amour pour Jésus est devenu un feu qui me consume. Cette sainte carmélite aime les prêtres comme elle aimait Jésus sur la terre. On ne connaît pas assez la puissance et le zèle de cette chère religieuse pour la sanctification des prêtres. Elle a daigné me le faire comprendre par une vision spéciale où elle me montrait le Ciel, m’excitant à travailler avec elle à la sanctification de mes frères dans le sacerdoce.

Oui, sœur Thérèse sera le salut des prêtres. C’est la mission qui lui a été confiée par le Seigneur  !

C’est au cours de son voyage en Italie que Thérèse comprit sa vocation de prier pour les prêtres  : «  Pendant un mois, j’ai vécu avec beaucoup de saints prêtres et j’ai vu que, si leur sublime dignité les élève au-dessus des anges, ils n’en sont pas moins des hommes faibles et fragilesL’unique fin de nos prières et de nos sacrifices est d’être l’apôtre des apôtres, priant pour eux pendant qu’ils évangélisent les âmes par leurs paroles et surtout par leurs exemples.  »

Colorier les poissons dans le filet.

*
*       *

Mercredi 27 mars

L’ANGE GARDIEN DES PRÊTRES

CE n’est pas seulement dans l’exercice de leur ministère sacerdotal que notre sainte vient au secours des prêtres. Elle les entoure, en toute occasion, de sa fraternelle et toute-puissante sollicitude.

Le Père Revenant, économe au juniorat de Gallese (Italie), se trouvait, au cours d’un voyage, dans une situation bien périlleuse. Sa voiture filait à toute vitesse, le conducteur ne la maîtrisait plus  !

«  Nous allions tomber dans le précipice quand, brusquement et sans raison apparente, l’automobile s’arrêta, les roues de devant suspendues dans le vide… Or, je venais de me confier à sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus  !  »

En cet anniversaire de l’ordination sacerdotale de notre Père, offrons notre chapelet pour les prêtres. Que sainte Thérèse embrase leurs cœurs d’un désir ardent de sauver les âmes.

«  Je voudrais être missionnaire non seulement pendant quelques années, mais je voudrais l’avoir été depuis la création du monde et l’être jusqu’à la consommation des siècles… Mais je voudrais par-dessus tout, ô mon Bien-Aimé Sauveur, je voudrais verser mon sang pour toi jusqu’à la dernière goutte…  »

Colorier quelques roses.

*
*       *

Jeudi 28 mars

«  JE VEILLE SUR TOI  »

SAINTE Thérèse ne cessa de protéger nos soldats lors de la Grande Guerre. Un soldat du 43e régiment d’infanterie coloniale raconte l’assaut du bois de Maricourt, le 30 septembre 1914  :

«  À peine avions-nous franchi une faible distance que notre marche est arrêtée. L’artillerie ennemie nous envoie des obus de tous calibres. En ce moment critique, me rendant compte du danger, je me mets à prier, me recommandant à sœur Thérèse.

«  À cet instant, l’ordre est donné d’avancer à n’importe quel prix. Je me lève et vois ma bonne petite sœur  ! Elle est revêtue de son manteau et me sourit. Son regard m’encourage, elle semble me dire  : “ Courage, espoir, je veille sur toi  ! ”  »

Sainte Thérèse veut «  toujours nous voir comme un vaillant soldat qui ne se plaint pas de ses peines, qui trouve très graves les blessures de ses frères, et n’estime les siennes que des égratignures  ».

Colorier sainte Thérèse encourageant le soldat.

*
*       *

Vendredi 29 mars

L’ENFANT PRODIGUE

IL y a quatorze ans, le curé de la paroisse nous avertit que notre fils avait de mauvaises dispositions. Je me mis à prier pour obtenir de Dieu un autre enfant que je promis de lui consacrer.

Dix mois plus tard naissait notre second fils. À cette époque, notre aîné commençait déjà à se perdre. Bientôt il nous quitta, tandis que son frère, à peine âgé de sept ans, manifesta le désir d’être prêtre. Je le donnai avec joie au Bon Dieu et il entra au petit séminaire. Mais mon mari voulut l’en retirer.

À Pâques, l’enfant tomba malade. Son père lui raconta alors un rêve mystérieux  :

«  J’ai vu sœur Thérèse avec son manteau blanc  ; elle paraissait triste.

– Papa, c’est parce que tu ne veux pas que je sois prêtre. Je t’en supplie, va la prier sur sa tombe pour ma guérison.  »

Le jour même, mon époux se rendit deux fois au cimetière. Peu après, notre garçon pouvait reprendre ses études. De nouveau, son père refusa de le laisser suivre sa vocation, et déclara qu’il ne s’approcherait pas des sacrements pour la fête de l’Assomption.

Dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 août, il vit en songe notre curé (mort depuis plusieurs années) qui s’était occupé de notre fils aîné. Le bon Père lui serra la main en lui rappelant ses paroles d’autrefois. Comme mon mari y restait indifférent, sœur Thérèse lui déclara d’un ton solennel  :

«  Souvenez-vous de ce qui vous a été prédit, il y a quatorze ans, sur votre fils aîné. Rappelez-vous encore que le second ne vous a été donné que pour répondre au pieux désir de sa mère.  »

Le 15 août au matin, notre homme se confessa et communia.

Je prierai aujourd’hui pour une personne de mon entourage, en offrant quelques sacrifices à son intention.

«  Jésus me fit comprendre que c’était par la croix qu’Il voulait me donner des âmes et mon attrait pour la souffrance grandit à mesure que la souffrance augmentait.  »

Colorier le canon.

*
*       *

Samedi 30 mars

C’EST LA PETITE SŒUR THÉRÈSE  !

LE 4 septembre, mon fils et moi nous rendîmes au cimetière. Arrivé sur la tombe, l’enfant récita avec ferveur un Ave Maria pour la conversion de son frère.

À peine avait-il commencé qu’il sentit un parfum délicieux et inconnu. Au retour, nous sentîmes passer à côté de nous comme un être céleste que je ne saurais pas définir, c’était comme un souffle chaud et embaumé.

Nous restâmes tout impressionnés et le petit me dit  : «  C’est la petite sœur Thérèse  ! Je suis sûr qu’en ce moment mon frère a une bonne inspiration et qu’il vient d’obtenir une grande grâce. Sœur Thérèse vient nous dire que nous sommes exaucés.  »

Le 8 septembre, une lettre nous arrivait. L’enfant prodigue avait obtenu la grâce du repentir au jour et à l’heure même où nous accomplissions pour lui notre pèlerinage. Il nous demandait de l’aider à quitter sa vie coupable et à mettre fin à sa situation irrégulière.

Préparons notre confession et demandons à notre protectrice la grâce d’une sincère contrition. Elle nous y encourage  : «  Quand même j’aurais sur la conscience tous les péchés qui se peuvent commettre, j’irais, le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de Jésus, car je sais combien il chérit l’enfant prodigue qui revient à lui.  »

Colorier le talus sur lequel est tombé le soldat.

*
*       *

Dimanche 31 mars – Lætare

DU SOIN DES CORPS…

DURANT mes cinq années d’étudiant en médecine, j’ai mené une vie dépravée et impie. Non seulement j’offensais Dieu, mais la pensée de son existence excitait presque en mon cœur un sentiment de mépris.

À l’hôpital où j’entrai afin de préparer mon examen de doctorat, je trouvai un malade qui ne s’était pas confessé depuis quarante ans et qui allait mourir. La pensée de son éternité ne me préoccupait nullement. J’allais simplement m’efforcer de lui sauver la vie temporelle.

Or, la religieuse qui le soignait me parla de sainte Thérèse, m’engageant à la prier pour ce malheureux. Touché, adouci, je priai avec ferveur pour mon patient… et pour moi  ! Ce malade se confessa, puis guérit très rapidement.

Le lendemain, vers le soir, je me sentis pris et guidé par une main invisible jusqu’à la chapelle de l’hôpital où avaient lieu les exercices du mois du rosaire. Je restai un quart d’heure. Je me sentais heureux et je suppliai encore la petite Sœur d’intercéder pour moi.

Cependant, je terminai ma journée au théâtre où un ami m’avait invité. C’était mon dernier hommage au démon  ! Une fois seul dans le tramway, un rayon de lumière illumina mes ténèbres. J’éprouvai un bonheur étrange  ; il me semblait être au commencement d’une nouvelle vie.

«  Je comprends si bien qu’il n’y a que l’amour qui puisse nous rendre agréables au Bon Dieu, que cet amour est le seul que j’ambitionne. Jésus se plaît à me montrer l’unique chemin qui conduit à cette fournaise divine, ce chemin c’est l’abandon du petit enfant qui s’endort sans crainte dans les bras de son Père.  »

Colorier le soldat.

*
*       *

Lundi 1er avril

… AU SOIN DES ÂMES  !

LE lendemain je retournai à la chapelle pour le Salut du Saint-Sacrement. Jamais je ne pourrai l’oublier  ! Je me sentis fortifié spirituellement et je pris l’énergique résolution de ne pas sortir de l’hôpital pendant la soirée.

Je venais de prendre cette décision lorsque, subitement, un éclair illumina mon esprit et mon cœur  : je devais me faire prêtre. Devenais-je fou  ? Notre-Seigneur m’appelait-il réellement à tout abandonner pour le suivre  ? Durant plusieurs jours, je goûtai une joie incompréhensible tout en souffrant beaucoup de tentations. J’invoquai Thérèse et je demandai à la sœur infirmière de la prier pour moi.

Bientôt, le doute ne fut plus possible, l’appel de Dieu était certain. Je lui consacrai mon avenir, par les mains de ma chère sainte. Jamais de ma vie je n’avais été aussi heureux  !

J’ouvris mon âme à la bonne religieuse infirmière. Elle me persuada de tout écrire, sur l’heure même, à ma mère. Le lendemain matin, cette mère bien-aimée demandait à me voir. Avec allégresse, elle promit de payer mes dettes.

Quelques mois plus tard, je rentrai au séminaire. Dans cinq ans, j’espère célébrer la Messe à Lisieux.

«  Si toutes les âmes faibles et imparfaites sentaient ce que sent la plus petite de toutes les âmes, l’âme de votre petite Thérèse, pas une seule ne désespérerait d’arriver au sommet de la montagne de l’amour, puisque Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l’abandon et la reconnaissance. Il n’a point besoin de nos œuvres, mais seulement de notre amour.  »

Colorier quelques violettes.

*
*       *

Mardi 2 avril

UNE PLUIE DE ROSES

Àseize ans, Emily se mourait de phtisie. Sa patience et sa résignation édifiaient son entourage. Le 15 juin 1913, elle n’avait plus que quelques jours à vivre. La nouvelle bouleversa sa mère, contrainte de rester chez elle pour garder son jeune enfant.

Dans sa douleur, elle eut recours à sœur Thérèse, la priant de la remplacer auprès de sa fille, de la soutenir et consoler jusqu’au dernier moment.

Le soir du 21 juin, la religieuse garde-malade proposa à la jeune fille de redresser ses oreillers  :

«  Oh non  ! merci, ma sœur, répondit-elle, ce n’est pas la peine, j’attends  !

– Qu’attendez-vous  ?

– J’attends Thérèse qui va venir me chercher  !  »

Elle paraissait radieuse et s’entretenait joyeusement avec les autres malades de l’hôpital. La nuit suivante, elle ne dormit point et parla de temps en temps à l’infirmière assise à côté d’elle. Tout à coup, à 3 heures du matin, elle s’écria  :

«  Oh  ! Regardez toutes ces roses  ! Ramassez-les et donnez-les aux malades.

– De quelles roses parlez-vous  ?

– Mais ne les sentez-vous pas  ? Regardez, mon lit en est couvert.  »

Aussitôt après, elle perdit connaissance  ; puis, sous cette pluie de roses, elle expira doucement et paisiblement, semblable à l’enfant qui s’endort.

Sa mère arriva quelques heures plus tard. Le prodige qui réjouit les derniers instants de sa fille la consola  : «  Je ne peux plus avoir de peine de mon absence, puisque sainte Thérèse m’a si bien remplacée auprès de mon enfant, et elle est venue la chercher  !  »

«  Voilà comment se consumera ma vie… Je n’ai d’autre moyen de te prouver mon amour que de jeter des fleurs, c’est-à-dire de ne laisser échapper aucun petit sacrifice, aucune parole, de profiter de toutes les plus petites choses et de les faire par amour.  »

Accompagnons les sacrifices de cette journée par la prière enseignée par Notre-Dame de Fatima  :

«  Ô Jésus, c’est pour votre amour, en réparation des offenses au Cœur Immaculé de Marie, pour la conversion des pécheurs et pour le Saint-Père  !  »

Colorier Emily (dans son lit).

*
*       *

Mercredi 3 avril

UN LIVRE D’OR

NOUS possédons ici, dans notre carmel d’Espagne, une biographie de sœur Thérèse, en espagnol. La première fois que je lus ce livre, je n’eus pour cette carmélite qu’une grande indifférence. Cette petite sœur est par trop enthousiaste  ! me disais-je. Elle ne me plaît pas  !

Quelque temps après entrait une postulante apportant un exemplaire français de l’Histoire d’une âme. Je ne comprenais pas un seul mot de cette langue, mais, tentée d’une très grande curiosité, je demandais à notre Mère de bien vouloir me permettre de lire ce livre. Surprise, elle demanda  :

«  Permission pour lire ce livre  ? Mais vous ne comprenez pas le français  !

– Je ne sais quelle force intérieure m’attire et me dit de le lire.  »

La permission me fut accordée. Quelle allégresse  ! En commençant ce livre d’or, je compris dans la perfection la langue française  !  ! La communauté en resta stupéfaite. Que de lumières ai-je reçues en lisant ces pages  ! Que de grâces intimes, connues de Jésus seul  ! Lorsque mon esprit se trouve dans la sécheresse, quelques pages de la vie de Thérèse suffisent pour enflammer mon âme de l’amour divin.

«  Ce que je relis dans ce cahier, c’est si bien mon âme  ! Ma Mère, ces pages feront beaucoup de bien. On connaîtra mieux ensuite la douceur du Bon Dieu.  »

«  Sainte Thérèse, humble servante de Dieu, priez pour nous  !  »

Colorier quelques roses tombant des mains de sainte Thérèse.

Jeudi 4 avril

MAÎTRESSE DE FRANÇAIS  !

TOUTE l’indifférence que j’avais pour elle se transforma en amour reconnaissant. Que de fois lui ai-je demandé pardon de ma faute  ! Qu’elle m’accorde la grâce d’aimer Jésus comme elle l’a aimé, afin qu’un jour je sois une petite victime de l’Amour divin.

Comment ai-je pu écrire en français ce récit  ? C’était une continuation de la faveur reçue. Je ne savais pas si, à Lisieux, vous arriveriez à lire ma lettre. Je la croyais remplie de fautes, car je n’avais jamais écrit un seul mot de français. De même qu’avant de lire l’Histoire d’une âme, je n’avais jamais lu un mot de cette langue. C’est par un effet de la même grâce que j’ai pu lire et écrire.

Sœur Thérèse a été ma seule maîtresse de français. Cette faveur m’en a procuré une autre incomparablement plus grande, celle de l’avoir pour maîtresse en sa petite voie d’enfance spirituelle.

Récitons notre chapelet sans gesticuler. Quand nous avons des distractions, rappelons-nous que sainte Thérèse aussi en «  avait beaucoup  », et suivons son conseil  :

«  Aussitôt que je m’en aperçois, je prie pour les personnes qui m’occupent l’imagination, et ainsi elles bénéficient de mes distractions. J’accepte tout pour l’amour du Bon Dieu, même les pensées les plus extravagantes qui me viennent à l’esprit.  »

Colorier sainte Thérèse faisant tomber les roses.

Vendredi 5 avril – premier vendredi du mois

LA VOIE DE L’AMOUR

JE souffrais d’un grand mal de tête et des jambes depuis plusieurs jours. Me sentant de plus en plus mal, je mis la relique de votre chère sainte sur mon front. Je guéris aussitôt. Je me levai et je repris mon travail de servante sans éprouver aucune fatigue.

Mais je reçus une autre grâce bien plus grande. Depuis vingt-deux ans, j’éprouvais des doutes contre la foi. J’en étais réduite à aimer le Bon Dieu, à le servir au cas où Il existerait. J’avais une grande soif de Dieu, sans parvenir à le trouver. Cela me faisait penser aux souffrances des damnés dans l’enfer.

Or, ce que je lus de l’Amour miséricordieux chassa mes doutes. La reconnaissance et la confiance envahirent mon âme. Je me suis livrée totalement et irrévocablement à sainte Thérèse pour qu’elle me donne au Bon Dieu. Je ne cesse d’éprouver sa bienfaisante influence.

En ce premier vendredi du mois, remercions Jésus de son pardon qu’Il nous a obtenu par sa Croix. Tâchons de lui rendre amour pour Amour.

«  Il me semble qu’à chaque instant l’Amour miséricordieux me renouvelle, purifie mon âme et n’y laisse aucune trace de péché, aussi je ne puis craindre le purgatoire. Oh  ! qu’elle est douce la voie de l’Amour  ! Comme je veux m’appliquer à faire toujours, avec le plus grand abandon, la volonté du Bon Dieu  !  »

Colorier les roses sur le lit.

Samedi 6 avril – premier samedi du mois

CONSOLATRICE DES AFFLIGÉS

UNE de nos sœurs souffrait depuis dix ans de peines morales qui la torturaient. Elle délaissait la sainte communion des semaines entières. Aimant beaucoup sainte Thérèse, elle lui adressa plusieurs neuvaines.

Il y a trois semaines, se rendant à l’oraison encore plus bouleversée que d’habitude et tout à fait découragée, elle redoubla de ferveur et de supplication, priant devant l’image de sa chère protectrice et baisant sa relique.

Subitement, elle se trouva remplie de paix et de consolation. La sainte carmélite, passant près d’elle, lui avait ôté comme un lourd vêtement. Elle ne pouvait même plus se rappeler ce qui avait tant de fois tourmenté son âme  ! «  Alors, j’aurais voulu pouvoir communier deux fois au lieu d’une  !  »

Elle est toute changée. Son visage, autrefois si triste, reflète une joie profonde.

Pour consoler le Cœur de Jésus-Marie, accomplissons nos exercices du premier samedi avec ferveur.

«  Ne crains pas d’aimer trop la Sainte Vierge  ; jamais tu ne l’aimeras assez et Jésus sera bien content puisque la Sainte Vierge est sa Mère.  »

Colorier le lit d’Emily.

*
*       *

Dimanche 7 avril – 1er dimanche de la Passion

AU CARMEL D’OLORON

C’ÉTAIT à l’automne 1910. Nous manquions d’eau pour nos lessives et l’arrosage du jardin de notre carmel. Ce n’est pas que l’eau faisait défaut dans notre grand enclos, mais les sources s’étaient détournées peu à peu.

Nous avions confié notre souci à sainte Thérèse, et à elle seule. Aussi, quelle ne fut pas notre surprise quand une dame nous apporta cent francs à cette intention. Je lui promis que son aumône servirait aux premiers frais de l’examen de notre terrain.

J’écrivis à un prêtre de la région qui a un talent rare pour ce genre de travaux. Comme je n’étais pas certaine de son adresse postale, j’eus soin de glisser dans l’enveloppe une image de notre sainte, en l’invoquant  : «  Sœur Thérèse, allez droit au but  !  »

L’abbé était parti pour l’Autriche où mon courrier le rejoignit, mais il ne donna pas signe de vie. De retour en France, il hésitait à venir nous voir, à Oloron (Basses-Pyrénées). Or, dans la nuit, une religieuse lui apparut, majestueuse, dans un rayon de lumière  :

«  Monsieur l’abbé, vous oubliez les carmélites d’Oloron qui ont besoin de vous  ! Allez au carmel d’Oloron, on vous attend.  »

L’ecclésiastique reconnut aussitôt la carmélite, grâce à l’image que j’avais jointe à ma lettre  ! Il n’hésita plus. Dès son arrivée, il s’aperçut que les sources avaient dévié, ce qui entraînait une humidité excessive à la chapelle, au chœur et dans presque toute la maison.

«  Sainte Thérèse, vous toute dévouée pour le prochain, priez pour nous  !  »

Colorier quelques roses (dans la frise).

*
*       *

Lundi 8 avril

CHOISISSEZ MA PETITE VOIE  !

J’AVAIS acheté l’Histoire d’une âme le jour même où se terminait une neuvaine à sainte Thérèse, faite à mon insu par des amis. Je l’ouvris au hasard et m’arrêtai devant la beauté et l’originalité des pensées. C’était l’œuvre d’un génie, aussi bien que celle d’une théologienne et d’un grand poète.

Je revins alors au commencement du livre et je le lus en entier. J’eus l’impression de vivre en présence de son auteur  ! La pensée de cette belle âme me hantait. À certaines heures, il me semblait que je lui rendais un culte qui touchait presque à l’idolâtrie, tant elle m’apparaissait aimable.

Effrayé, je m’arrêtai sur cette voie dangereuse pour un protestant, m’accusant d’être un superstitieux… Bientôt son image revint à mon esprit et mon cœur était de nouveau son esclave, car elle refusait absolument de me quitter, disant  :

«  C’est ainsi que les saints aiment en Jésus-Christ. Écoutez-moi  ! Choisissez ma petite voie, car elle est sûre et c’est la seule véritable.  »

«  Pour être à Jésus, il faut être petit, petit comme une goutte de rosée  ! Oh  ! Qu’il y a peu d’âmes qui aspirent à rester petites  ! Notre Bien-Aimé n’a pas besoin de nos belles pensées, de nos œuvres éclatantes. Il ne s’est fait la fleur des champs qu’afin de nous montrer combien Il chérit la simplicité.  »

Colorier quelques violettes.

*
*       *

Mardi 9 avril

L’IMMACULÉE ET SA MINIATURE

POUR un ministre protestant, ce n’était pas chose facile de suivre sa “ petite voie ”. Mes préjugés cinquantenaires me le défendaient. Après quelques efforts, je continuais cependant avec une joie que je renonce à décrire.

Un jour, je m’apprêtais à la prier lorsque sainte Thérèse me déclara  : «  Pourquoi me demandez-vous de prier pour vous, si vous ne voulez pas connaître et invoquer la Sainte Vierge  ?  »

Je compris alors combien il était peu logique d’invoquer Thérèse et de négliger la Mère de Dieu. Aussitôt, je m’adressai à Notre-Dame. La promptitude de la réponse m’étonna. Mes préjugés disparurent, et je ne doutai plus qu’il me fallait être avec Marie comme un enfant caresse sa Mère. Je m’élançai dans une étude plus sérieuse et plus approfondie de la foi catholique.

Toutefois, j’étais bien loin d’embrasser la vraie religion. La lutte devenait aiguë. Bien des fois, Satan me souffla que tout cela était de la folie, que je n’y gagnerais absolument rien. Je faillis perdre la raison et rebrousser chemin. Alors Thérèse intervenait et me disait tout bas  : «  Suivez-moi  ! Ma voie est sûre  !  »

Elle triompha  ! Je me suis décidé à entrer dans la vraie Église et, pour couper court une fois pour toutes aux attaques de l’ennemi, j’ai aussitôt écrit à mes supérieurs, annonçant que mes rapports avec l’Église protestante étaient terminés.

C’est le 9 avril, jour où Thérèse brisa les liens qui la retenaient loin du Carmel, que j’ai rompu les miens pour me sauver dans l’Arche bénie de l’Église catholique. Après quelques jours d’instruction, j’entrai dans la seule vraie bergerie, prenant comme nom de baptême ceux de ma céleste libératrice  : François-Marie-Thérèse.

En ce jour anniversaire de l’entrée de Thérèse au Carmel, récitons notre chapelet afin que les âmes appelées à la vie religieuse répondent à leur vocation.

«  Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, ennemie du monde et de ses vanités, priez pour nous  !  »

Colorier quelques lis.

Mercredi 10 avril

LE RÉGIMENT DE TIRAILLEURS

LE sergent Diez était chargé de défendre la tête d’un boyau. «  Or, le 14 octobre 1917, vers 3 heures du matin, une grande clarté argentée m’éblouit. Je vis sœur Thérèse. Elle allait de gauche à droite, tenant à la main un sabre très court. Force me fut de la suivre, et je me trouvai face à un marais qui formait une défense naturelle, situé derrière nos lignes.

«  Je repris ma place, et la revis, faisant le même trajet. Alors je compris que c’était un avertissement du Ciel. Je passai une inspection rapide à mon poste, et je fis déboucher mes grenades. Je surveillais le côté du marais lorsque je vis glisser une ombre, puis deux, puis trois, en file indienne. “ Voilà l’ennemi  ! Bombardez, les grenadiers  ! ”

«  Un Allemand s’avança vers moi, je le tuai d’un coup de pistolet. Ce fut un échange formidable de grenades. Blessé, je continuais à commander  : “ Bombardez  ! ” Bientôt, l’ennemi cessa de répliquer, tout redevint calme. L’avertissement céleste avait été pour nous le salut.  »

«  Sainte Thérèse, vous si puissante dans le Ciel, secourez-nous  !  »

Colorier le sabre dans la main de sainte Thérèse.

*
*       *

Jeudi 11 avril

IL FAUT ENVOYER SŒUR THÉRÈSE  !

LE 17 septembre 1914, près de Reims, une pluie d’obus atteignit Roger Lefebvre. Six éclats lui coupèrent plusieurs veines du cou, le blessèrent à la tête, au visage, à la cuisse et lui firent au pied une terrible entaille. Il tomba et perdit connaissance.

Revenant à lui après plusieurs heures, il appela sœur Thérèse à son secours. Aussitôt, il la vit belle et compatissante. Elle tenait d’une main un grand crucifix et de l’autre, prenant avec tendresse le bras droit du mourant, elle le releva, lui sourit et disparut.

À cet instant, le soldat se trouva guéri. Le sang cessa de couler. Sans plus ressentir la moindre douleur, il courut à un poste de secours qui se trouvait à quatre cents mètres du champ de bataille  !

Sainte Thérèse raconta un jour à sa supérieure  : «  Je me suis endormie une seconde pendant l’oraison. J’ai rêvé qu’on manquait de soldats pour une guerre. Vous avez dit  : Il faut envoyer sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus. J’ai répondu que j’aurais bien préféré que ce fût pour une guerre sainte. Enfin, je suis partie tout de même. Oh  ! non, je n’aurais pas eu peur d’aller à la guerre. Avec quel bonheur, par exemple au temps des Croisades, je serais partie pour combattre les hérétiques. Allez  ! Je n’aurais pas eu peur d’attraper une balle  !  »

Prions-la pour tous nos soldats en opération.

Colorier les rayons autour de sainte Thérèse.

Vendredi 12 avril

TROP VIEUX POUR SE CONVERTIR  ?

MADAME Ligthwood, protestante, était mariée depuis dix ans avec un protestant aussi hostile qu’elle à la religion catholique. Cet homme, s’adonnant à la boisson, rendait son épouse très malheureuse.

Une parente, madame Horan, priait avec ferveur pour leur conversion. Elle les engagea à suivre une mission. Ils consentirent à écouter plusieurs instructions et à porter sur eux deux petites photographies de sœur Thérèse.

Le 29 septembre au soir, le prédicateur traita de la Primauté et de l’Infaillibilité papales. La grâce toucha monsieur Ligthwood. Cependant, le démon lui représentait qu’il était trop vieux pour changer de religion (il avait trente-quatre ans  !) et il demeurait dans une douloureuse perplexité.

Le lendemain, notre sainte mit fin à son hésitation en lui inspirant de tout avouer à sa femme. Alors, elle lui révéla à son tour qu’elle voulait se faire catholique  !

Rendons service en famille, sans rechigner et sans compter par rapport à nos frères et sœurs, car «  lorsqu’on aime réellement, on se réjouit du bonheur de la personne aimée, on fait tous les sacrifices pour le lui procurer  ».

Colorier la tranchée.

*
*       *

Samedi 13 avril

THÉRÈSE VOUS REGARDE  !

EN abjurant le protestantisme, monsieur Ligthwood renonça à sa triste habitude, et devint un modèle d’époux et de père. Sa femme et lui ne cessent de prier sainte Thérèse à qui ils doivent tout. Monsieur a demandé à sa chère médiatrice de penser continuellement au Bon Dieu. Il a été exaucé. Désormais, il désire le servir par amour. Il communie tous les jours, ainsi que ses trois aînées.

En effet, sœur Thérèse a également converti les quatre fillettes dont trois ont reçu au baptême les noms de Marie, Françoise et Thérèse.

Quand les enfants se disputent, il suffit d’un mot de leur mère  : «  Que faites-vous  ? La petite Thérèse vous regarde  !  » pour que tout rentre dans l’ordre immédiatement.

La pieuse convertie avoue que son foyer est devenu «  un vrai Ciel où l’on sent que Thérèse est vivante  ».

Luttons contre notre égoïsme en prêtant nos affaires avec gentillesse. Sainte Thérèse nous y encourage  :

«  Si c’est difficile de donner à quiconque demande, ce l’est bien plus de laisser prendre sans redemander. Je dois prendre mon courage à deux mains pour ne pas réclamer avec amertume les objets qui me manquent  ; au contraire, avoir l’air heureux d’en être débarrassée.  »

Colorier quelques violettes.

Dimanche 14 avril – Dimanche des Rameaux

PATRONNE DES MISSIONS

LE Père Mulder s’était dépensé sans compter au service de la Mission de Lokandu (Congo belge). En juillet 1919, il était épuisé, à bout de forces. Dès le 5 juillet, il fut pris de fièvre et de vomissements  : c’était une première crise d’hématurie.

Le zélé missionnaire supporta ce pénible état, mais le mal s’aggrava rapidement. Le Père était perdu, et à brève échéance. Songeant à la pénurie d’ouvriers apostoliques dont lui-même avait tant souffert, notre malade suggéra à son confrère d’entreprendre avec les chrétiens de la Mission, une neuvaine à sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus pour implorer sa guérison, si elle était utile au bien des âmes.

Une image de la servante de Dieu fut déposée près du Tabernacle, une autre demeura à portée de vue du Père qui ne cessait de supplier l’aimable sainte.

«  Or, le deuxième jour de la neuvaine, à 6 heures du soir, pendant que mes fidèles priaient à l’église et que je m’unissais à eux, l’image de sœur Thérèse que j’avais sous les yeux grandit et m’apparut vivante. J’entendis alors une voix très distincte me dire avec douceur  : “ Non, mon Père, vous ne mourrez pas encore, il vous faut continuer de travailler pour les Noirs. ”  »

À la fin de la neuvaine, il se leva, guéri  ! Dès ce jour, il reprit son labeur apostolique, se consacrant avec une infatigable ardeur à la conversion des Congolais et à l’extension du règne de Dieu sur la terre.

Luttons contre notre paresse. Par exemple, en nous levant promptement le matin. Offrons ce sacrifice pour les missionnaires.

«  Quand je prie pour mes frères missionnaires, je dis tout simplement  : Mon Dieu, donnez-leur tout ce que je désire pour moi.  »

Colorier un soldat allemand rampant vers la tranchée.

*
*       *

Lundi saint 15 avril

UN COURAGEUX CATÉCHUMÈNE

CATÉCHUMÈNE, Mêtamêhou se dévouait auprès des missionnaires du Bénin. Il accourait à l’arrivée des trains pour décharger les bagages des Pères, et leur offrait ensuite la plus cordiale hospitalité.

Dans l’exercice de cette charité, notre homme désirait être chrétien, mais il fallait se résigner au sacrifice des fétiches, et ce n’est point chose facile aux pauvres Béninois.

Cependant, il triompha de ses dernières superstitions et promit à Mgr Steinmetz de lui apporter son mobilier fétichiste. Il se rendit à la maison familiale et remplit une caisse de ces maudites idoles. Il s’apprêtait à s’enfuir avec son butin, quand ses parents le surprirent et s’insurgèrent contre cette violation hardie.

«  Depuis un temps immémorial, ces divinités sont en honneur dans la famille  ; elles se vengeront de cet acte téméraire  !  » Sa mère lui barra le passage, mais il parvint à s’échapper avec son lourd fardeau, au milieu d’un déluge d’imprécations.

Le démon ne voulut pas si facilement lâcher sa proie. Tandis que Mêtamêhou s’enfuyait, un chien se jeta sur lui et le mordit profondément à la jambe. La douleur, si vive, le contraignit à s’arrêter un instant. Mais il devait tenir sa promesse, aussi reprit-il courageusement sa route. Arrivé à la Mission, Monseigneur le félicita de sa valeureuse conduite  !

Cependant, le membre blessé enfla de façon inquiétante. La fièvre ne quitta plus notre brave Béninois, ses jours semblaient comptés. Le Père Barril lui remit une relique de sainte Thérèse, l’invitant à la prier avec confiance pour obtenir sa guérison.

«  Quelques jours plus tard, raconte le Père, il me dit sa joie d’avoir rejeté le culte des idoles. Apercevant alors un grand portrait de sœur Thérèse qui se trouvait dans ma chambre, il lui parla comme à une personne vivante, et la conjura de le guérir. C’était le 29 août 1915.  »

Pendant la Semaine sainte, méditons la Passion en contemplant sa Sainte Face de Jésus, guidés par sainte Thérèse.

«  Jésus brûle d’amour pour nous… Regarde sa Face adorable  ! Regarde ces yeux éteints et baissés  ! Regarde ces plaies. Regarde Jésus dans sa Face. Là, tu verras comme Il nous aime.  »

Colorier quelques lis.

Mardi saint 16 avril

RESSEMBLER À SAINTE THÉRÈSE

DANS la nuit, Notre-Seigneur apparut en songe à Mêtamêhou. À ses côtés se tenait la sainte qu’il avait priée la veille. Elle était d’une beauté ravissante. Le Sauveur la présenta au malade tandis que l’aimable carmélite, posant la main sur sa tête, se nommait elle-même, en béninois  :

«  Je suis la petite sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus, envoyée pour te guérir  ; j’ai prié pour toi et te voilà délivré de ton mal.  »

La céleste visiteuse ajouta  : «  Le Bon Dieu m’a rendue très puissante parce que, pour son amour, j’ai su rester toute petite  ; bientôt il me glorifiera et fera pour moi de plus grandes choses encore.  »

Elle achevait ces paroles quand l’heureux privilégié s’éveilla, rempli de joie et parfaitement guéri.

Le 8 septembre 1915, Mêtamêhou était baptisé. Le 28 mai 1916, il recevait la sainte communion et le sacrement de confirmation.

Devenu apôtre volontaire, il convertit sa mère et toute sa famille. Dans chacune des pièces de sa maison, jadis hantée par les idoles, règne maintenant le portrait de la petite sainte. Mieux encore, Mêtamêhou lui consacra sa vie, s’engageant, «  pour mieux lui ressembler  », à ne pas se marier  ; ce qui est un fait à peu près inouï chez les peuplades béninoises.

«  Ô Face adorable de Jésus, seule beauté qui ravit mon cœur, daigne imprimer en moi ta divine ressemblance.  »

Colorier quelques roses.

*
*       *

Mercredi saint 17 avril

L’ASSISTANCE DE SŒUR THÉRÈSE

M’APPRÊTANT à prêcher une mission, je la mis sous la protection de sœur Thérèse et les pécheurs se convertirent en grand nombre. Nous étions très surpris, mon confrère et moi, des accents que le divin Maître mettait sur nos lèvres pour tenir notre auditoire attentif, de façon soutenue.

Une femme âgée, en état de péché mortel dès avant sa première communion, menait une vie de désordres, de scandales et de sacrilèges. Elle se sentit prise d’un tel repentir, après avoir contemplé cinq minutes l’image de la Sainte Face peinte par une de vos Sœurs ­carmélites, qu’elle a fondu en larmes et a voulu faire au plus tôt sa confession générale.

Un père de famille vivait depuis seize ans loin des sacrements et ne voulait rien entendre à ce sujet. Je le confiais à l’aimable sainte. Le lendemain, il m’avoua  :

«  Cette année, je veux faire mes Pâques et désormais je m’approcherai plus souvent des sacrements.  »

C’était le Mercredi saint. Tout transformé, tout joyeux, il communia le Jeudi saint. Maintenant, il communie tous les mois.

«  Père Éternel, je vous offre la très sainte Face de Jésus  ; elle est pour le pauvre pécheur la pièce d’or qui peut seule acquitter ses dettes.  »

Colorier l’autre soldat allemand rampant vers la tranchée.

*
*       *

Jeudi saint 18 avril

MARCHE  !

UNE petite infirme de treize ans, Marie Lesigne, ne pouvait se tenir sur ses jambes. Sa mère avait adressé déjà trois neuvaines à sœur Thérèse pour obtenir sa guérison.

Au matin du 29 décembre 1917, elle se proposa de la conduire à Lisieux malgré la neige et le verglas.

«  Moquez-vous de moi tant que vous voudrez, répondit-elle aux nombreuses personnes qui la raillaient, je m’en vais au tombeau de la petite sœur, avec Marie  ; je l’y porterai sur mon dos, mais je suis sûre que je ne la rapporterai pas ainsi et qu’elle reviendra sur ses pieds  !  »

Au retour de ce pèlerinage, Marie embrassait une image de sœur Thérèse lorsqu’elle entendit distinctement une douce voix lui dire  : «  Marche  !  » Aussitôt, regardant sa mère avec un sourire inaccoutumé  : «  Maman, je vais marcher, la petite sœur Thérèse vient de me le dire.  » Effrayée, madame Lesigne voulut l’arrêter, mais l’enfant était déjà près d’elle après avoir traversé toute la pièce. La pauvre femme n’en croyait pas ses yeux  ! Elle courut chercher les voisins qui demeurèrent stupéfaits.

Le lendemain, la fillette se promena toute la journée, accompagnant son heureuse mère aux offices, allant visiter des parents. Dès le 31 décembre, toutes deux se rendaient à Lisieux en action de grâces.

Marie resta fidèle à sa céleste protectrice et dépensa avec un dévouement sans limites les forces qu’elle lui devait, cumulant le soin du ménage et les travaux pénibles des champs, pour assister sa mère et remplacer un frère aîné, mort prématurément.

Par toutes les souffrances de sa Passion, Jésus nous a manifesté de quel amour infini Il nous aimait  :

«  Le seul crime qui fut reproché à Jésus par Hérode fut celui d’être fou… Jésus était bien fou et nous ne pourrons jamais faire pour Lui les folies qu’Il a faites pour nous.  »

Mais nous pouvons le consoler en contemplant sa sainte Face  :

«  Ô Face chérie de Jésus  ! En attendant le jour éternel où nous contemplerons votre gloire infinie, notre unique désir est de charmer vos yeux divins en cachant aussi notre visage afin qu’ici-bas personne ne puisse nous reconnaître. Votre regard voilé, voilà notre Ciel, ô Jésus  !  »

Colorier quelques lis.

Vendredi saint 19 avril

PREMIÈRE COMMUNION SUR LE FRONT

UN camarade m’avait parlé de sainte Thérèse et je l’ai priée pendant le combat. Déjà, quelques jours avant, je l’avais vue pendant mon sommeil. Elle me disait avec beaucoup d’insistance  : «  Il faut faire ta première Communion.  »

J’ai été frappé et je l’ai écoutée. J’ai fait ma première Communion sous le feu de l’ennemi, à l’âge de trente-trois ans.

Je suis né à La Désirade (Guadeloupe). Orphelin, je me suis engagé comme mousse, et c’est pourquoi je n’ai pu aller à l’école ni au catéchisme. C’est à la guerre que mes compagnons m’ont appris un peu à écrire.

J’étais catholique et j’allais à la Messe, mais il me manquait le courage pour vaincre mon respect humain. Thérèse me l’a donné, et le bon camarade Lucien Thomas, qui m’avait passé son image et la médaille, m’amena au soldat curé. Je me suis confessé, plein de honte et de regret, au Chemin des Dames, sous une pluie d’obus. Le lendemain, je reçus la communion, dans les ruines de Cerny. À présent, je suis heureux et reconnaissant.

Avant de connaître sœur Thérèse, j’étais souvent découragé et je me laissais aller à la tristesse quand je me voyais seul et loin de mon pays. Depuis qu’elle s’occupe de moi, je suis complètement guéri de ces tentations et je me sens fort dans les épreuves.

«  Le cri de Jésus sur la Croix retentissait continuellement dans mon cœur  : J’ai soif  ! Ces paroles allumaient en moi une ardeur inconnue et très vive. Je voulais donner à boire à mon Bien-Aimé et je me sentais moi-même dévorée de la soif des âmes.

«  Oh  ! je ne veux pas laisser perdre ce Sang Précieux. Je passerai ma vie à le recueillir pour les âmes.  »

«  Sainte Face de Jésus recouverte du Suaire et imprimant votre Image sacrée sur le lin, je vous adore et je vous aime  !  »

Colorier l’Hostie et le Calice.

*
*       *

Samedi saint 20 avril

SUIVEZ-MOI

EN lisant l’Histoire d’une âme, je ressentis une émotion profonde. Voyant que sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus voulait employer sa vie du Ciel à convertir les pécheurs, je la priai d’avoir pitié de moi, car j’en étais… Je lui demandai d’être ma médiatrice près du Bon Dieu, d’être mon guide.

Bientôt, je désirai un signe de sa protection  : «  Si je pouvais la voir, je serais certain alors qu’elle veut bien être ma protectrice et mon guide  !  »

Mais je me repentis de ce désir que je trouvai présomptueux, et n’y pensai plus.

Or, quelques jours plus tard, vers 3 heures du matin, alors que je dormais, j’aperçus au fond de ma chambre une nuée lumineuse et j’entendis un appel. Je me dirigeai vers cet être mystérieux, et comme j’approchais, la nuée s’ouvrit.

Je me trouvai en présence d’une jeune religieuse brillante de lumière et couronnée d’un nimbe d’or. Ses traits et ses vêtements étaient ceux des portraits de sœur Thérèse  ; son regard était très vif et son visage étincelant. Elle s’avança vers moi et me dit  : «  Monsieur, suivez-moi  !  »

Puis elle disparut. La lumière argentée qui l’enveloppait s’évanouit à son tour.

Je m’éveillai très ému et réfléchis à la signification de cette vision. C’était la réponse à ma prière quotidienne. Maintenant je comprends parfaitement que, pour aller au Ciel je dois suivre sa voie d’humilité, de confiance, d’amour.

«  Les épreuves de Jésus, quel mystère  ! Il a donc des épreuves, Lui aussi  ? Oui, Il en a et souvent Il est seul. Il cherche des consolateurs et ne peut pas en trouver… Beaucoup servent Jésus quand Il les console, mais peu consentent à tenir compagnie à Jésus souffrant au jardin de l’Agonie. Qui donc voudra servir Jésus pour lui-même  ?  »

«  Sainte Face de Jésus, titre de noblesse de votre petite reine sainte Thérèse, je vous adore et je vous aime  !  »

Colorier quelques violettes.

Dimanche 21 avril

PÂQUES

J’AVAIS reçu une éducation chrétienne chez les sœurs. Rentrée dans le monde, j’abandonnai bientôt les pratiques de notre religion. Je revins, quelques années après, pensionnaire dans le même couvent et l’on me prêta l’Histoire d’une âme.

Machinalement, car je n’avais aucun attrait pour tout ce qui était religieux, je lus ce livre. Je l’avais fini le jour même. Mes sentiments, durant cette lecture, ne changèrent pas. Pourtant, je me sentis attirée vers cette âme si pure et si sainte. Le soir, un quelque chose d’indéfinissable s’emparait de mon âme.

Le lendemain, mon esprit était encore plus fortement préoccupé. En même temps, le regret de mes fautes passées entrait dans mon cœur et l’appel divin se faisait entendre.

Une lutte acharnée s’engagea entre la nature et la grâce. Le monde m’appelait en me montrant tous ses charmes, tandis que Jésus m’invitait à le suivre en me faisant voir sa Croix et son Amour. Je ne pourrai jamais exprimer ce que je ressentis en cette inoubliable journée  !

Enfin, vaincue par la grâce, j’allai confier mon bonheur à une religieuse. Je lui racontai le miracle que sœur Thérèse venait d’opérer, je lui dis le désir que j’avais de me donner entièrement à Notre-Seigneur. Je fis une confession générale. J’appartenais à Jésus  ! Aujourd’hui, j’ai revêtu le saint habit.

En cette fête de la Résurrection, laissons notre Père conclure  : «  Nous pouvons et nous devons croire à la très puissante intercession de sainte Thérèse, conformément à sa promesse  : “ Je reviendrai. Je vous enverrai des lumières, des grâces. Je ne vous quitterai pas d’une semelle. ”

«  De la “ pluie de roses ” promise, nous n’avons encore vu que quelques pétales. C’est trop de perfection, trop de doctrine forte, trop d’amour et de grâce pour ne pas être prometteur encore de bienfaits nombreux.

«  Puisque sainte Thérèse désirait tellement vivre au temps de l’apostasie générale, elle viendra à notre secours.  »

Colorier quelques roses.


[1] Les récits de ces miracles sont extraits des lettres écrites par les miraculés eux-mêmes ou les témoins, et adressées au carmel de Lisieux. Ils sont rassemblés dans “  Les pluies de roses  ”.