La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Nouveautés sur le site

logo-ligue

La Ligue  : «  Phalange au combat…  »

Depuis le péché originel, sous la gouverne du diable, les conservateurs du “ désordre établi ” ne savent faire qu’une chose : se maintenir au pouvoir. Récit de nos dernières activités dominées par l’angoisse de la patrie et le souci de voir le Saint-Père obéir aux demandes du Ciel.

Angor Patriæ

Le quinquennat Hollande s’achève sur un désastre comparable à celui de 1940 hérité du Front populaire, y compris l’invasion étrangère, celle d’un islam conquérant dont le totalitarisme ne cède en rien à celui du nazisme. Pour faire face, un seul homme a le courage de se dresser : François Fillon.

La naissance de l’Islam et la genèse du Coran

Il nous faut retrouver “ l’histoire vraie ” de l’Arabie des septième et huitième siècles pour tâcher de comprendre comment sont apparus le Coran et l’Islam, dans un terreau chrétien. Puis nous considérerons quelques aspects significatifs la domination des arabes dans tout le Proche et le Moyen-Orient pour, enfin nous intéresser à la nouvelle “ hérésie des Ismaélites ”.

Contre-révolution mariale (4)

Frère Bruno continue de nous préparer à notre pèlerinage par la méditation du Message, à travers des textes de Sœur Lucie ; cette fois, sur la mort, le Cœur Immaculé de Marie en grand chagrin, la dévotion réparatrice, le Ciel et le purgatoire, la prière pour le Saint-Père et le mystère de la Très Sainte Trinité.

Quatrième supplique au pape François

Le 15 mars 2017, des pèlerins chinois, visiblement très émus, ont salué le pape François, lui tendant une grande statue de Notre-Dame de Fatima. Plus éloquente que toutes les “ suppliques ” est cette statue de l’Immaculée présentée par les chrétiens persécutés et victimes des « erreurs de la Russie » dont a hérité le gouvernement de la Chine communiste. Le Pape a-t-il saisi le “ Message ” ? Pour ma part, j’ai adressé une quatrième supplication au Saint-Père.

N° 174 – Avril 2017

Sommaire du numéro 174 d’avril 2017 de notre bulletin mensuel Il est ressuscité !

La guérison de l’aveugle-né  : révélation du Cœur de Jésus

En remarquant cet amour qui sort du Cœur de Jésus pour rejoindre cet aveugle, le saisir de reconnaissance au point qu’il veuille s’attacher à Jésus pour toujours, nous penserons au bien que Jésus a fait pour nous et dans le secret de la communion nous aurons pour Lui les mêmes sentiments chaleureux que l’aveugle-né de l’Évangile a eus pour son Sauveur.

La Samaritaine. La foi des humbles.

L’épisode de la Samaritaine que l’Église nous donne à méditer en ce troisième dimanche du carême est une belle page d’Évangile. Ce récit se lit aisément et nous tient sous le charme autant qu’il nous instruit. Jésus y est proclamé par les Samaritains le “ Sauveur du monde ”. Nous apprenons de cette Samaritaine à correspondre à la pédagogie du Seigneur qui nous conduit d’une foi imparfaite à la foi parfaite qui croit à la parole de Jésus et contemple son mystère divin, faisant de l’âme ainsi conquise, une disciple du Christ.

Benoît XVI et Fatima

« Notre-Dame n’est pas sensationnaliste, Notre-Dame ne provoque pas la peur, Notre-Dame ne fait pas de prévisions apocalyptiques mais elle conduit à son Fils et ainsi à l’essentiel ». Ainsi parlait le cardinal Ratzinger à Fatima en 1996. Devenu Benoît XVI, pouvait-il vraiment se ranger à l’obéissance de notre Mère du Ciel ? Voici un aperçu de ses relations avec Fatima tout au long de sa longue carrière.

Jésus transfiguré

Si nous voulons marcher courageusement à la suite du Christ, il faut le regarder dans sa gloire pour savoir quel est le bonheur qui nous est préparé. Mais il faut aussi l’écouter nous parler de le suivre chaque jour en portant notre croix et par notre propre mort, nous associer à son Sacrifice pour entrer dans la vie éternelle.

logo-ligue

La Ligue  : Rome et la France en péril

Pour faire front à l’Esprit du mal, qui est en pleine effervescence tant en France qu’à Rome, frère Bruno nous encourage à espérer et militer pour le meilleur, non au moyen de quelques artifices humains, mais à la seule lumière de la Parole de Dieu. Il nous engage à le suivre dans son accompagnement vigilant et son service des deux hommes providentiels, le pape François et monsieur François Fillon qui incarnent aujourd’hui, comme sa conférence d’actualité le démontre, toute notre espérance catholique et française.

Troisième supplique au pape François

Je reviens vers vous, tel la veuve importune de la parabole que vous nous avez donné en exemple… N’avez-vous pas dit vous-même que la Sainte Vierge était au-dessus du Pape ? C’est ce qui me donne la hardiesse d’oser supplier Votre Sainteté d’obéir à Notre-Dame, notre Mère à tous, à jamais. Il y va du salut des âmes et de la paix du monde !

Contre-révolution mariale (3)

Frère Bruno continue cette suite de méditations nourries du message de Notre-Dame à Fatima et des écrits de sœur Lucie, sur la messe, la mort, le purgatoire et l’enfer, la vocation religieuse, le chapelet, la vie religieuse de la voyante et le secret du Cœur Immaculé de Marie.

L’apogée de la Chrétienté

La Chrétienté est une société sacrale, fortement organisée, selon une double hiérarchie, temporelle et spirituelle. Ses institutions civiles sont imprégnées par la foi chrétienne, de telle sorte que, pour ainsi dire, la loi du Christ prend chair en engendre le surcroît promis dans l’Évangile : une civilisation particulièrement harmonieuse.

La vie en Chrétienté, en présence de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit

La Chrétienté médiévale est un “ corps mystique ”, selon l’expression du juriste Jean de Terrevermeille. Qu’est-ce à dire ? Cela signifie que tous les membres de la société font un seul Corps, dont le Saint-Esprit est l’âme. Il le dirige et l’inspire par l’Église et ses institutions, par ses saints et ses moines.

N° 173 – Mars 2017

Sommaire du numéro 173 de mars 2017 de notre bulletin mensuel Il est ressuscité !

Carême 2017 avec sœur Lucie

Cette année 2017 marque le centenaire des apparitions de Notre-Dame à Fatima. Sœur Lucie, l’aînée des trois voyants, nous a livré sa méditation sur l’importance du Message de l’Immaculée. Préparons-nous à notre grand pèlerinage du mois de mai, « par notre chapelet quotidien à l’intention du Saint-Père, et nos sacrifices, pour obtenir du Cœur de Jésus que brille enfin “ la grâce de la vérité ” du Message de Notre-Dame aux pèlerins de Fatima, et la grâce de la volonté, pour notre Saint-Père le pape François, d’obéir à notre unique Souveraine… Alors viendra le retour de la paix dans le monde, comme Elle l’a promis.  »

Cherchez le Royaume de Dieu et le reste vous sera donné par surcroît…

Les événements que nous vivons et vivrons, matériellement sont difficiles, mais Jésus, notre Maître, nous dit : « Ne craignez pas, faites comme les oiseaux du Ciel, les lis des champs, soyez parfaitement conformes à la nature que Dieu vous a donnée, ayez les vertus de votre nature, et Dieu s’occupe du reste. » Pour ce qui est de votre salut éternel, il se peut très bien que cette apostasie où nous sommes devienne plus terrible qu’elle n’est déjà, et cependant nous n’avons pas de raison de désespérer, nous trouverons toujours dans les moyens surnaturels que l’Église nous donne ce qui nous est nécessaire, car pour le reste Dieu s’en occupe.

Deux conseils pour devenir parfait

C’est là une vérité trop méconnue : nous sommes tous appelés à la perfection de la charité dès cette vie. Il ne faut pas remettre au moment de la mort ni au temps du purgatoire ces ultimes progrès qui seuls nous rendront pleinement fils de Dieu. C’est dire que notre vocation terrestre à tous est d’atteindre à la sainteté qui fait passer de la terre au sein de Dieu dans la béatitude céleste, d’une course directe. En vérité, la Providence nous ménage à tous un sentier qui monte directement vers Dieu et que nous avons le pouvoir de suivre sans défaillance jusqu’à son terme merveilleux.

Une morale de l’intention du cœur

Au cours des dimanches précédents, nous avons vu combien Notre-Seigneur était soucieux de soulager les pauvres et les malades, de libérer les possédés, de pardonner les péchés, de rendre les gens heureux en améliorant leur condition misérable. Mais tout cela n’est pas le fond de l’Évangile. Jésus est venu nous délivrer un autre message qui est la nouveauté absolue de l’Évangile : celui des Béatitudes. En enseignant cela, Notre-Seigneur se fait un Maître plus exigeant que Moïse.