La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle

Nouveautés sur le site

Cherchez le Royaume de Dieu et le reste vous sera donné par surcroît…

Les événements que nous vivons et vivrons, matériellement sont difficiles, mais Jésus, notre Maître, nous dit : « Ne craignez pas, faites comme les oiseaux du Ciel, les lis des champs, soyez parfaitement conformes à la nature que Dieu vous a donnée, ayez les vertus de votre nature, et Dieu s’occupe du reste. » Pour ce qui est de votre salut éternel, il se peut très bien que cette apostasie où nous sommes devienne plus terrible qu’elle n’est déjà, et cependant nous n’avons pas de raison de désespérer, nous trouverons toujours dans les moyens surnaturels que l’Église nous donne ce qui nous est nécessaire, car pour le reste Dieu s’en occupe.

Deux conseils pour devenir parfait

C’est là une vérité trop méconnue : nous sommes tous appelés à la perfection de la charité dès cette vie. Il ne faut pas remettre au moment de la mort ni au temps du purgatoire ces ultimes progrès qui seuls nous rendront pleinement fils de Dieu. C’est dire que notre vocation terrestre à tous est d’atteindre à la sainteté qui fait passer de la terre au sein de Dieu dans la béatitude céleste, d’une course directe. En vérité, la Providence nous ménage à tous un sentier qui monte directement vers Dieu et que nous avons le pouvoir de suivre sans défaillance jusqu’à son terme merveilleux.

Une morale de l’intention du cœur

Au cours des dimanches précédents, nous avons vu combien Notre-Seigneur était soucieux de soulager les pauvres et les malades, de libérer les possédés, de pardonner les péchés, de rendre les gens heureux en améliorant leur condition misérable. Mais tout cela n’est pas le fond de l’Évangile. Jésus est venu nous délivrer un autre message qui est la nouveauté absolue de l’Évangile : celui des Béatitudes. En enseignant cela, Notre-Seigneur se fait un Maître plus exigeant que Moïse.

logo-ligue

La Ligue  : «  Pourquoi tarder encore  ? Allons  !  »

Le pape François est écartelé entre son amour de la Madone, et l’impératif catégorique, antimarial, du pacte conciliaire. Obéir vraiment à Notre-Dame de Fatima, c’est bien évidemment “ trahir ” Vatican II, c’est aussi et surtout se montrer « serviteur du Christ ! ». Pour nous, le choix est fait : compte-rendu du pèlerinage à Pontmain et de la journée champenoise avec ses « actualités ».

De saint Grégoire à l’an mille  : l’essor de la Chrétienté

À la fin du VIe siècle, les invasions barbares, des cataclysmes et la peste firent croire à la fin du monde imminente. Ce n’était que la fin d’un monde cependant, car au cours des quatorze années qui suivirent l’Église catholique s’est affermie, organisée et a retrouvé sa force missionnaire, aménageant les bases de ce que saint Augustin appelait de ses vœux : la Chrétienté.

Contre-révolution mariale (2)

L’Épiphanie de notre temps, c’est Fatima. Le « pouvoir sur les nations », qu’annonce la visite des mages, Jésus-Christ l’a reçu de son Père, dès sa naissance, selon la prophétie du psalmiste : « Demande et je te donnerai les nations pour héritage, et pour domaine les extrémités de la terre. »

Deuxième supplique au pape François

En ce début de l’année du centenaire des apparitions de Notre-Dame de Fatima, Russes et Turcs sont alliés pour la paix en Syrie, Israéliens et Américains renouent depuis l’investiture de Donald Trump, lui-même se montrant favorable à un rapprochement avec Vladimir Poutine ; une seule personne est au centre de cette nouvelle géopolitique, c’est vous, Très Saint Père, à qui Notre-Dame demande de consacrer la Russie à son Cœur Immaculé.

Saint Paul, lumière du monde, sel de la terre

Quelle est cette « lumière du monde » dont parle le Christ ? Est-ce celle des Apôtres d’hier ou celle des “ apôtres ” d’aujourd’hui ? S’il est un Apôtre dont nous connaissons par le menu toutes les péripéties, c’est bien saint Paul. Si parmi les églises qu’il a fondées il en est une qui ressemble à ce que nous voyons aujourd’hui en fait d’orgueil et d’immoralité, c’est bien l’Église de Corinthe. Voyons comment dans des conditions si difficiles l’Apôtre du Christ s’est montré « lumière du monde » et « sel de la terre » 

Les béatitudes, une invitation à l’amour

Méditation sur le bienfait surnaturel des épreuves dans notre vie. Il nous est bon de souffrir pour entrer avec Jésus dans le mystère de l’Amour qui accepte joyeusement et de la Gloire qui en résulte. Car l’Époux n’a de joie qu’il n’ait vu jaillir du cœur de l’épouse un amour égal au sien et cela jusque dans les larmes des souffrances communes partagées.

La douceur du Cœur de Jésus

Il faut que nous soyons enthousiastes de penser à ce commencement heureux, merveilleux, de la vie publique de Notre Seigneur. Il a mis sa puissance, non pas à lever une armée contre les Romains, ni à se soulever contre les pharisiens, mais à s’occuper des pauvres gens. Comme il est merveilleux de penser au ravissement de ces grandes foules qui profitaient de la Présence de notre divin Sauveur !

7. Les années Pétain (II) – 1917  : La Gloire tragique

Le 15 mai, après un mois de carnage, quand tout semble perdu, quand les soldats, par bataillons entiers, refusent de marcher, Nivelle est enfin écarté. Pétain prend le commandement. Il ne pourra pas renverser la situation sans que beaucoup de sang coule encore mais, déjà, après 10 jours, le vent a tourné, la situation est stabilisée. Comment a-t-il fait ? C’est le miracle de Pétain, le miracle de la grande guerre !

logo-ligue

La Ligue  : Fatima, mystère d’Épiphanie

Les 7 et 8 janvier furent, sous le regard maternel de Notre-Dame de Fatima, des journées plus du Ciel que de la terre ; consolantes pour son Cœur Immaculé, car c’est pour Lui que nos amis sont venus nombreux afin de le prier en esprit de réparation ; consolantes pour eux, car que de grâces, que de charités, que de vérités s’échangèrent fraternellement tout au long de ces deux jours.

La doctrine missionnaire et coloniale de l’abbé de Nantes (2)

Pour savoir comment les missionnaires ont été livrés aux assauts du modernisme qui envahit l’Église et même les congrégations missionnaires à la faveur du libéralisme de Léon XIII. La subversion des missions en Chine qui en résulta fut un prélude à la décolonisation que Benoit XV et Pie XI semblent avoir anticipée en soutenant « l’action diabolique du Père Lebbe. » (Mgr Jarlin)

Le témoignage de saint Jean-Baptiste

Quand on situe cette scène évangélique dans son contexte psychologique, quand on la revit, elle a quelque chose d’admirable ! Ce Précurseur qui a été si grand, de son propre gré s’efface, et il consent à voir les gens venir moins nombreux vers lui. Et les gens se détacheront peu à peu de lui, le laissant dans sa solitude tout heureux d’avoir contribué à la joie de l’Époux, parce qu’il sait que, là-bas commence l’Évangile. Que tout cela est beau ! Que l’âme de ce Précurseur du Messie est belle !

Litanies du saint Enfant-Jésus

Enfant-Jésus, notre Roi, nous vous en conjurons, prosternés devant votre sainte image, jetez un regard de clémence sur nos cœurs suppliants et pleins d’angoisses. Que votre Cœur si bon, incliné à la pitié, se tourne vers nous et nous accorde les grâces que nous lui demandons avec confiance.

Le Sauveur et libérateur du monde

Le Christ est toujours aussi fort. La société de demain sera une merveille, cent mille fois plus belle que la société d’autrefois. C’est cela que Dieu veut pour son Fils et pour sa Sainte Mère : cette explosion de vertu, de gloire humaine, de civilisation, de beauté sous tous les rapports, de perfection. L’humanité crèvera d’allégresse dans cette gloire de Dieu ! Voilà ce à quoi nous sommes appelés, chacun dans notre condition, tel est l’enseignement plein d’espérance que nous livre cette fête de l’Épiphanie.

Contre-révolution mariale (1)

Notre situation actuelle ressemble étonnamment à celle du Portugal en 1917, alors que la victoire de la maçonnerie était complète. Certains patriotes avaient compris l’ampleur du combat et sa portée spirituelle puisque, en face de tant de ruines, aussi bien politiques que morales et religieuses, ils pressentaient que le salut de la nation ne pouvait plus venir que du Ciel…

Le Cœur Immaculé de Marie est notre refuge dans le déluge universel de l’apostasie envahissante

Aujourd’hui, plus que jamais, le Cœur Immaculé de Marie est notre Arche de salut, notre Arche de Noé, notre refuge dans le déluge universel de l’apostasie envahissante. Quiconque n’a pas la dévotion au Cœur immaculé de Marie périra, sera noyé. La Sainte Vierge est non seulement notre Arche de Noé, notre échelle qui nous élève jusqu’à Dieu ; mais Dieu Lui-même s’appuie sur elle pour descendre jusqu’à nous et nous faire partager ses grâces. Elle est la Médiatrice obligée, universelle, hors de laquelle il n’y a pas de communication entre le Ciel et la terre.

2017

Méditations de l’année 2017