La Contre-Réforme catholique au XXIe siècle
Print Friendly, PDF & Email

SAINTE MARGUERITE-MARIE

JÉSUS, révélant les secrets de son Cœur à sainte Marguerite-Marie, lui dit un jour  : «  Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes…  » Et en une autre occasion, Il ajoutait  : «  … mais ils n’ont que des froideurs et du rebut pour tous mes empressements à leur faire du bien. Mais, du moins, donne-moi ce plaisir de suppléer à leurs ingratitudes autant que tu pourras en être capable.   »

Portrait authentique de sainte Marguerite-Marie Alacoque

Portrait authentique de
sainte Marguerite-Marie Alacoque

Cette confidence du Cœur de Jésus, à Paray-le-Monial, prépare celle du Cœur Immaculé de Marie à sœur Marie-Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé, la dernière voyante de Fatima, comme si le Cœur de Jésus s’effaçait devant le Cœur de sa Mère  : «  Vois ma fille, mon Cœur entouré d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler…  »

Ces deux dévotions ont trouvé, d’ordre du Ciel, la même manière de s’exprimer  : elles doivent être “ amende honorable ”, c’est-à-dire que nous sommes appelés à faire de petites prières, de petits actes, par compassion pour ces Cœurs tout déchirés par le péché.

Sainte Marguerite-Marie a eu pour vocation propre de revivre la Passion de Notre-Seigneur, par compassion pour son Cœur souffrant  : «   Je veux ton cœur et un amour non partagé  ».

En retour, Jésus l’a établie dispensatrice des trésors infinis de son Cœur et lui a révélé ses desseins de miséricorde pour la France, tout particulièrement pour son Roi que Jésus appelle «  le fils aîné de mon Sacré-Cœur  », pour l’Église, et pour chacun d’entre nous, à condition de correspondre à ses Volontés.

Il fait bon, en ces temps d’apostasie, se rappeler la promesse du Sacré-Cœur à sa disciple bien-aimée  : «  Je régnerai malgré mes ennemis…  », parole pleine d’espérance, indissociable de celle du Cœur Immaculé de Marie, à Fatima  : «  À la fin, mon Cœur Immaculé triomphera  !  »

Abbé Georges de Nantes
Résumé de la retraite d’automne 1985  :
S 86  : Le secret de Paray-le-Monial

 Pour en savoir plus >
Précédent    -    Suivant