Il est ressuscité !

N° 253 – Mars 2024

Rédaction : Frère Bruno Bonnet-Eymard


François, un réformisme gnostique

DE L’UNANIMISME WOJTYLIEN À FIDUCIA SUPPLICANS

« NOUS sommes plus importants pour Dieu que tous les péchés que nous pouvons commettre, car Il est père, Il est mère, Il est amour pur, Il nous a bénis pour toujours. Et Il ne cessera jamais de nous bénir. »

Ainsi s’est exprimé le pape François lors de la catéchèse du 2 décembre 2020. Comment le Successeur de Pierre, sans la moindre protestation de quiconque, a-t-il pu tenir de tels propos qui nient la damnation possible des âmes des pauvres pécheurs que Dieu cesse de bénir lorsqu’il les envoie au feu éternel ? C’est la négation par le Saint-Père de l’enfer, ce que prévoyait d’ailleurs avec angoisse Notre-Dame au point de l’avoir montré à trois enfants lors de son apparition du 13 juillet 1917 à Fatima, comme nous l’avons rappelé plus haut (p. 2).

Le pape François prétend s’appuyer sur l’Écriture sainte : « C’est Dieu qui bénit. Dans les premières pages de la Bible, c’est une répétition incessante de bénédiction. » Dieu bénit, certes ! Mais dans ces mêmes premières pages de la Bible, c’est-à-dire dans le Livre de la Genèse, Il cesse aussi de bénir et en maintes et dramatiques occasions. Il maudit le Serpent, le tentateur de nos premiers parents et lui annonce que « la Femme lui écrasera la tête ». Il maudit Adam et Ève, pour leur désobéissance forcenée. Il maudit même la terre pour que l’homme n’y trouve sa subsistance que dans la souffrance et le labeur (Gn 3, 14-19). Plus loin encore, il maudit Sodome et Gomorrhe et détruit par le soufre et le feu ces villes de dépravation (Gn 19, 1-28).

De cette catéchèse frelatée du Saint-Père à laquelle il se réfère explicitement dans la Déclaration Fiducia supplicans sur la signification pastorale des bénédictions publiée le 18 décembre 2023, le cardinal Fernandez en vient à concéder aux pécheurs publics les plus scandaleux cette incroyable faveur : « Il est possible de bénir les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe (...). Ces formes de bénédiction expriment une supplication à Dieu pour qu’il accorde les aides qui proviennent des impulsions de son Esprit (...) afin que les relations humaines puissent mûrir et grandir dans la fidélité au message de l’Évangile, se libérer de leurs imperfections et de leurs fragilités et s’exprimer dans la dimension toujours plus grande de l’amour divin. »

Pour nous, petit troupeau au milieu de l’Église, qui voulons demeurer fidèles à la Loi de l’Évangile, il est urgent de prier, de supplier, de se sacrifier, de réparer, comme Notre-Dame de Fatima nous y exhorte aujourd’hui de façon si instante, pour que Dieu notre Père, horriblement outragé par ces propos bien dignes d’un pharisien, ne fasse pas jaillir de son épée de feu les flammes de sa sainte colère et ne réserve pas à la Cité sainte du Vatican le terrible sort qui fut celui de Sodome et Gomorrhe. Mais il nous faut aussi dénoncer, faire comprendre que ces propos sont l’aboutissement logique, prévisible de la réforme de l’Église engagée de force lors du concile Vatican II et vis-à-vis de laquelle la pastorale du pape François prend place dans une continuité parfaite.

APRES SOIXANTE ANS DE CORRUPTION DE LA FOI.

L’abbé de Nantes, notre Père, a très bien compris et expliqué que les Pères du concile Vatican II, lors de l’élaboration de la constitution Dei verbum, ont gauchi la doctrine traditionnelle sur la Révélation divine par une exaltation surprenante de l’Écriture et une présentation de la “ Parole de Dieu ” actuellement prononcée par les hommes d’Église comme d’une présence réelle et actuelle du Christ vivant et agissant, émancipée de la tradition ecclésiastique. Le but de cette réforme ? S’affranchir du dogme de la foi au nom de “ l’expérience vitale ” des chrétiens actuels.

Tout fidèle serait en mesure de comprendre et d’interpréter les Écritures par les lumières que lui donnerait directement et personnellement l’Esprit, sans plus de nécessité de la médiation du pouvoir d’enseignement de la Hiérarchie. Ainsi, à la Tradition a été substituée une prétendue “ Tradition vivante ” qui consisterait à “ écouter ” la “ parole de Dieu ” révélée à l’intime de la conscience de chacun. C’est le règne de « “ l’immanentisme ” le plus absolu, expliquait notre Père. Ce qui passe de génération en génération, ce n’est plus la vérité d’une doctrine claire, l’enseignement de Jésus-Christ à ses Apôtres, dont le Magistère a la garde. C’est une vie, un mystère, une conscience chrétienne, ce sont des expériences divines dont la hiérarchie n’a qu’à être le récipiendaire et le témoin, à charge pour elle de bien faire ce travail de représentation des masses divinisées, en s’aidant de l’Écriture. “ Aime, et crois ce que tu veux ”, enseignait le Père de Lubac. » (Préparer Vatican III, p. 51)

Les mauvais fruits de pareille réforme pastorale dans la présentation du dogme de la foi ne se firent pas attendre avec le délitement du pouvoir d’enseignement traditionnel de l’Église au profit d’un “ Évangile vivant ”, d’une Révélation du Christ adaptée au monde de ce temps, avec à la clé une immense et scandaleuse confusion du langage, une substitution de cent opinions individuelles à l’unique Credo et l’émiettement de la Foi. Dans l’Église conciliaire, depuis la proclamation de la liberté religieuse, chacun a “ son petit religion ”, sa gnose personnelle, mélange de vrai et de faux, selon ce qu’il a compris et admis tout à la fois des enseignements novateurs et de la Tradition. D’où cette altération irréparable de la pureté, de la Vérité de la foi révélée par Notre-Seigneur Jésus-Christ, confiée en dépôt à ses Apôtres et parvenue jusqu’à nous au terme d’une transmission fidèle, continue et même adorante par tous leurs successeurs, jusqu’au Concile Vatican II.

En effet, Paul VI et Jean-Paul II, ainsi émancipés du Dogme de la foi, ont développé leurs thèses novatrices, ce dont notre Père l’abbé de Nantes les a accusés canoniquement, sans jamais recevoir ni démenti ni sanction. Ces enseignements nouveaux ont remplacé et corrompu la doctrine catholique traditionnelle, et donc altéré toute la Religion, au point que la Lumière de la Vérité divine semble sur le point de s’éteindre aujourd’hui, sous nos yeux, sous le règne du pape François, qui a reçu toute sa formation ecclésiastique dans cette Église “ réformée ”. Force est de constater que sa pensée est empreinte du venin de Dei Verbum ; certes, il ne parle que “ d’Évangile ”, mais c’est pour se mettre à l’écoute du Peuple, afin de savoir « ce que l’Esprit dit à l’Église aujourd’hui ». Il est également rempli des doctrines de Paul VI et Jean-Paul II, à qui il fait constamment référence, comme nous allons le voir.

 PRINCIPE ET FONDEMENT ” : 
ACCOMPLIR LA FRATERNITE UNIVERSELLE

La prédication du pape François, dès le lendemain de son élection, parut un retour à l’Amour de notre Dieu, après cinquante ans de “ culte de l’homme ”. « Dans la  modernité ”, on a cherché à construire la fraternité universelle entre les hommes, en la fondant sur leur égalité. Peu à peu, cependant, nous avons compris que cette fraternité, privée de la référence à un Père commun comme son fondement ultime, ne réussit pas à subsister. Il faut donc revenir à la vraie racine de la fraternité. » (encyclique Lumen Fidei du 29 juin 2013, n° 54)

Et quelle est cette « vraie racine de la fraternité » ?

« L’histoire de la foi, depuis son début, est une histoire de fraternité, même si elle n’est pas exempte de conflits. Dieu appelle Abraham à quitter son pays et promet de faire de lui une seule grande nation, un grand peuple, sur lequel repose la Bénédiction divine (cf. Gn 12, 1-3). Au fil de l’histoire du salut, l’homme découvre que Dieu veut faire participer tous, en tant que frères, à l’unique bénédiction, qui atteint sa plénitude en Jésus, afin que tous ne fassent qu’un. » (ibid.)

Cette dernière phrase est terriblement ambiguë.

Le Saint-Père continue : « L’amour inépuisable du Père commun nous est communiqué, en Jésus, à travers aussi la présence du frère. La foi nous enseigne à voir que dans chaque homme il y a une bénédiction pour moi, que la lumière du visage de Dieu m’illumine à travers le visage du frère. » (ibid.)

À cette précision « dans chaque homme », l’on comprend que le pape François ne limite pas son discours aux frontières de l’Église et à ses enfants. Il vise tout le genre humain, considéré comme une seule famille avec à sa tête un même Père. Tous les hommes seraient donc enfants de Dieu, de naissance ? Ce n’est pas ce que nous lisons dans l’Évangile :  « Le Verbe donna le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son Nom. » (Jn 1, 12)

Mais si tous les hommes sont, de par leur seule naissance, fils du Père éternel, alors l’œuvre du Christ est vaine, la Foi en Lui n’apporte rien, la Rédemption, l’Église, le Baptême... toute notre religion est anéantie.

Affirmer que « tous les hommes sont frères, parce qu’ils ont tous Dieu pour Père », c’est professer “ l’hérésie personnelle de Paul VI ” que lui reprocha notre Père dans son premier Livre d’accusation (cf. p. 24-25). Ce slogan fit florès parmi les Pères du Concile qui y trouvèrent la justification de leurs amours adultères, d’un dialogue sans précédent avec toutes les religions (cf. Nostra ætate n° 5) et même avec le Monde pourtant sous l’empire de Satan (cf. Gaudium et spes). Or ce slogan donné en guise d’enseignement par l’Église conciliaire n’est rien de moins que la négation du dogme du péché originel.

Dieu, comme Père unique et commun à tous, a certes créé les hommes dans le dessein qu’Adam et Ève et leurs descendants appartiennent à une même famille qui serait demeurée, tout au long des générations, dans ce merveilleux paradis terrestre. « Adam et Ève, premiers parents de tout l’humain lignage, écrivait notre Père, furent créés par Dieu “ saints et heureux ”. Placés par Lui dans un paradis de délices, ils ne devaient connaître, par privilèges préternaturels, ni la concupiscence, ni la maladie, ni la mort. Mais le don le plus précieux que Dieu leur avait fait, était celui de la grâce sanctifiante qui les faisait vivre en société avec Lui. Ainsi Adam était-il “ fils de Dieu ” (Lc 3, 38), image créée du Verbe éternel, lieutenant de Dieu dans l’univers, chef de toute la race humaine... Il lui suffisait d’être fidèle à Dieu dans l’amour pour transmettre tous ses privilèges à ses descendants. » (La Contre-­Réforme catholique n° 183, novembre 1982, p. 4)

Mais nos premiers parents, par leur péché, leur désobéissance, leur révolte ont tout à la fois rejeté cette Paternité divine et brisé irrémédiablement l’unité de la famille humaine, car la haine envers Dieu conduit à la haine envers le prochain. « Le troisième chapitre de la Genèse, que saint Paul d’abord et le Magistère de l’Église à sa suite nous font un devoir de prendre pour un récit historique inspiré, d’une importance dogmatique capitale, nous enseigne la tentation d’Ève par le diable, “ Vous serez comme des dieux ”, sa chute et par elle, celle d’Adam, tombés tous deux dans la même désobéissance orgueilleuse, infiniment injurieuse à leur Père très bon et qui leur attira sa juste Colère. Ils perdirent tout : la Vie surnaturelle et les privilèges dont ils jouissaient. Chassés du Paradis terrestre, ils tombèrent dans l’esclavage du démon ; voués à l’ignorance, aux concupiscences, à la maladie et à la mort, ils vivraient dans une nature hostile, en un perpétuel combat (Rm 7, 15).

« Adam, Chef de la race humaine [et non plus de la “ famille ” humaine] tête de ce grand corps, allait transmettre avec la vie son péché et ses tares à toute sa descendance. Désormais les fils d’Adam naîtraient dans le péché, marqués par la révolte et l’injustice originelles devenues “ propres à chacun ” selon le concile de Trente. “ Par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et ainsi la mort a passé en tous les hommes du fait que tous ont péché. ” (Rm 5, 12) » (ibid.)

Dieu chassa Adam et Ève du Paradis terrestre, mais il leur promit un Sauveur. Et en réalisation de cette promesse, advint le Messie, Jésus-Christ Fils de Dieu fait homme. Il restaure l’unité fraternelle, fondée sur la foi en son mystère de réconciliation des hommes avec Dieu par sa Croix. Mais Il est venu sur la terre avec le glaive de sa Vérité et de sa Sainteté, qui est la révélation des cœurs, le partage entre ceux qui le rejettent, pour leur malédiction, et ceux qui croient en Lui, pour leur retour dans la Famille divine, appelés à ne faire qu’UN dans l’Amour.

Dans l’Église romaine, unis par l’Esprit-Saint répandu dans leurs cœurs, les catholiques retrouvent l’antique fraternité que nos premiers parents avaient perdue par leur faute. Par la manducation des très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, ils sont appelés à ne faire qu’un Corps mystique, un Royaume qui doit conquérir la terre entière.

LE RÊVE DE DIEU ? LE MASDU !

Le plus grave est que le pape François connaît parfaitement cette vérité découlant du dogme du péché originel pour l’avoir enseignée dans une homélie du 31 décembre 2014. « Dieu est le Père de tous ceux qui viennent au monde. » Mais il précise : « Nous étions fils, mais nous sommes devenus esclaves, en suivant la voix du Malin. Personne d’autre ne nous rachète de cet esclavage substantiel sinon Jésus, qui a assumé notre chair dans la Vierge Marie et qui est mort sur la croix pour nous libérer, nous libérer de l’esclavage du péché et nous restituer notre condition filiale perdue. »

Voilà qui est catholique, à condition de préciser que Jésus a libéré tous les hommes du péché en droit, mais qu’il faut encore, pour chacun de nous, acquérir en fait cette Rédemption, par l’obéissance de la Foi, par la grâce baptismale, par la médiation de l’Église et du Cœur Immaculé de Marie. Le “ nous ” imprécis employé par le Saint-Père voile cette distinction cruciale.

En fait, pour le pape François, l’humanité tout entière est une grande famille, considérée avec bienveillance par Dieu qui veut que tous ses membres s’aiment les uns les autres. C’est pourquoi il n’a de cesse de vouloir établir entre tous les hommes, dans un irréalisme total, des relations d’amour fraternel. Il poursuit en cela le grand dessein de Paul VI : le MASDU, Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle, mais en le considérant comme une Volonté, un “ rêve ” de Dieu qui, dans son Amour pour tous les hommes, – un “ Amour ” inconditionnel, aveugle, et sans préférence – tiendrait davantage à la communion, la fraternité entre tous, ainsi qu’à leur liberté de conscience, plutôt qu’à leur union dans la Foi à son Fils Jésus-Christ. Cela le conduira le 4 février 2019 à la signature avec le Grand Iman d’Al-Azhar, Ahmad Al-Tayeb, du Document sur la fraternité humaine. Acte d’apostasie dans lequel le Vicaire du Christ a cosigné avec un musulman cette affirmation :

« Dieu a créé tous les êtres humains égaux en droits, en devoirs et en dignité, et les a appelés à coexister comme des frères entre eux. »

Nouvel acte d’apostasie le 3 octobre 2020 avec la publication de l’encyclique Fratelli tutti, évangile nouveau à l’adresse de toute l’humanité pour lui annoncer « qu’il suffirait juste d’être animé du désir spontané, pur et simple de vouloir constituer un peuple, d’être constant et infatigable dans le travail d’inclure, d’intégrer et de relever celui qui gît à terre » ( n° 77).

Sans Jésus-Christ ?

Au 271e numéro de cette encyclique (qui en compte 287), le pape François en vient à parler « des religions au service de la Fraternité dans le monde ». Il écrit :

« Nous, croyants, nous pensons que, sans une ouverture au Père de tous, il n’y aura pas de raisons solides et stables à l’appel à la fraternité. » Et, si « d’autres s’abreuvent à d’autres sources, pour nous, cette source de dignité humaine et de fraternité se trouve dans l’Évangile de Jésus-Christ. C’est de là que surgit  pour la pensée chrétienne et pour l’action de l’Église le primat donné à la relation, à la rencontre avec le mystère sacré de l’autre, à la communion universelle avec l’humanité tout entière comme vocation de tous ”. » ( n° 277)

Cet “ Évangile ”, source de la « dignité humaine », du « primat donné à la rencontre avec le mystère sacré de l’autre » et à la « communion universelle avec l’humanité tout entière » auquel se réfère le pape François, n’est pas l’Évangile de Jésus-Christ, mais “ l’Évangile ” selon Jean-Paul II.

L’ÉVANGILE GNOSTIQUE DU PAPE FRANÇOIS

« L’annonce fondamentale [de l’Évangile est] : l’amour personnel de Dieu qui s’est fait homme, s’est livré pour nous, et qui, vivant, offre son salut et son amitié. » (Evangelii gaudium n° 128)

Tel est le “ kérygme ” dont se sert François pour résumer toute la révélation du Nouveau Testament. Plus loin, il écrit : « Confesser un Père qui aime infiniment chaque être humain implique de découvrir  qu’ il lui accorde par cet amour une dignité infinie ” [Jean-Paul II, message à un groupe de personnes handicapées à Osnabrück, 16 nov. 1980]. »

Ce n° 178 d’Evangelii Gaudium est crucial. Il manifeste l’adhésion de François à la Gnose de Jean-Paul II. Il l’a lui-même avoué, revenant sur la période des années 1990 – il était alors évêque auxiliaire de Buenos Aires – au cours de laquelle Jean-Paul II publia un grand nombre d’encycliques : « Je me suis simplement toujours senti en accord profond avec ce que le Pape a dit durant ces années-là. » (cf. Saint Jean-Paul II le grand, entretiens avec Luigi-Maria Epicoco, Mame, 2020)

Il continue : « Confesser que le Fils de Dieu a assumé notre chair signifie que chaque personne humaine a été élevée jusqu’au cœur même de Dieu. Confesser que Jésus a donné son sang pour nous nous empêche de maintenir le moindre doute sur l’amour sans limites qui ennoblit tout être humain. » (Evangelii Gaudium n° 178)

François reprend l’affirmation, d’un génie diabolique, insérée par Mgr Wojtyla dans la Constitution Gaudium et spes, afin de justifier le “ culte de l’homme ” de notre société moderne : « Par son Incarnation, le Fils de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. » (GS 22, 2) Une fois devenu Pape, il n’a eu de cesse de répéter, de développer cette théorie personnelle, clairement hérétique et fondement de sa gnose. « Chacun a été inclus dans le mystère de la Rédemption, et Jésus-Christ s’est uni à chacun, pour toujours, à travers ce mystère. » (Redemptor hominis, n° 13)

Notre Père a dénoncé cette hérésie, en particulier dans son Deuxième livre d’accusation à l’encontre de Jean-Paul II porté à Rome le 13 mai 1983 (cf. p. 75) et dans son Troisième livre d’accusation à l’encontre de l’Auteur du prétendu Catéchisme de l’Église catholique (cf. p. 10 et 11). Il la réfuta magistralement dans son livre Vatican II Autodafé. « Si “ tous les hommes ont été par le fait même de l’Incarnation du Fils de Dieu, en quelque sorte unis dans leur humanité à la sienne, et par là physiquement élevés jusqu’à partager sa dignité de Fils de Dieu et son destin ”, le problème du salut est réglé. Plus d’enfer, plus de purgatoire, plus de morale, plus rien. Et il n’y a même plus besoin de Rédemption par la Croix de Jésus ni de réparation par nos pénitences et nos pauvres mérites. Jadis, tout était fondé sur notre union morale au Christ-Dieu : union morale veut dire union des volontés... désormais nous sommes au Christ comme des frères siamois, indétachables de lui, quelle que soit notre moralité. » (p. 367)

François n’est pas en reste, affirmant que « confesser que l’Esprit-Saint agit en tous implique de reconnaître qu’il cherche à pénétrer dans chaque situation humaine et dans tous les liens sociaux :  L’Esprit-Saint possède une imagination infinie, précisément de l’Esprit divin, qui sait dénouer les nœuds même les plus complexes et les plus inextricables de l’histoire humaine. ” [Jean-Paul II, catéchèse du 24 avril 1991] L’évangélisation cherche à coopérer aussi à cette action libératrice de l’Esprit. » (Evangelii Gaudium n° 178)

François est donc dans la droite ligne du paragraphe 22 de Gaudium et spes et des encycliques wojtyliennes : le Saint-Esprit, donné à tous, en vertu de la Rédemption acquise pour tous par le Christ, travaille dans le monde entier, bien au-delà des frontières de l’Église, à libérer les hommes, à les unir, à les rendre plus fraternels. Ce que notre Père explique très bien. « Nous faisons enfin connaissance, grâce au Concile, avec un nouvel Esprit tout à fait émancipé des religions ou convictions, ami de l’Homme, vivant en tous, leur garantissant les mêmes dons et privilèges qu’autrefois il fallait se gagner par la foi et par la Croix, et surtout, sans les chipoter sur leurs opinions. Aussi le Concile ne se terminera pas sans qu’une réconciliation et un accord solennels ne soient proclamés entre l’Église et le monde sous les ailes de cet Esprit dont on ne sait d’où il vient ni où il va... du moins savons-nous qu’il ne vient pas du Père ni du Fils, et qu’il n’y mène pas le monde, non ! Il serait plutôt l’Esprit du Prince de ce monde acharné à la ruine de l’Église pour la construction du Temple de Satan. » (Vatican II autodafé, p. 376 et 377)

DIEU AU SERVICE DE L’HOMME.

Le pape François conclut : « Le mystère même de la Trinité nous rappelle que nous avons été créés à l’image de la communion divine, pour laquelle nous ne pouvons nous réaliser ni nous sauver tout seuls. À partir du cœur de l’Évangile, nous reconnaissons la connexion intime entre évangélisation et promotion humaine, qui doit nécessairement s’exprimer et se développer dans toute l’action évangélisatrice. L’acceptation de la première annonce, qui invite à se laisser aimer de Dieu et à l’aimer avec l’amour que lui-même nous communique, provoque dans la vie de la personne et dans ses actions une réaction première et fondamentale : désirer, chercher et avoir à cœur le bien des autres. » (Evangelii gaudium n° 178)

C’est le “ bien des autres ”, la “ promotion humaine ” et non pas le salut des âmes pour les conduire au Ciel. La morale de cet Évangile gnostique de François est donc le dévouement fraternel, humanitaire, une charitable action sociale, comme elle le fut pour Jean-Paul II. Il s’agit de faire du bien aux hommes dans une perspective horizontale, terrestre, dans le but de parvenir enfin à cette civilisation de l’amour, le vrai bonheur que Dieu veut pour sa créature et à laquelle il nous demande de travailler. Ce mensonge de l’union à Dieu de tous les hommes, “ surnaturalisation du naturel ”, aboutit à une complète “ naturalisation du surnaturel ”.

Il faut mesurer la gravité de cette hérésie qui substitue la dignité de l’homme à la Sainteté de justice de Dieu. Si l’Amour de Dieu pour les hommes témoigne de leur « dignité infinie », si « chaque personne humaine a été élevée jusqu’au Cœur même de Dieu » par le seul fait de l’Incarnation, comment Celui-ci pourrait-il condamner, châtier, et maudire ses créatures rebelles ? Dans ce “ système ” gnostique, il n’y a pas, il ne peut y avoir d’âmes révoltées contre leur Créateur, soumises à Satan et damnées éternellement. Tous les hommes sont considérés comme plus ou moins “ proches ” de Dieu, mais tous “ en chemin ” vers Lui, n’attendant que de le connaître pour que leurs secrètes aspirations soient comblées. Notre religion serait donc réduite à « un Amour informel, inconditionnel, illimité, comme serait l’Amour en Dieu, et l’offre d’une joie en Jésus-Christ qu’on promet, dès son acceptation et sans effort, une béatitude actuelle et perpétuelle dans la certitude d’une résurrection universelle » (La voie large d’un Pape gnostique, CRC n° 273, mai 1991, p. 10). C’est précisément le titre du texte-­programme de François : La joie de l’Évangile, Evangelii gaudium.

De la “ gnose wojtylienne ”, plutôt que la dialectique allemande, et l’obsession pour la liberté humaine, François a retenu cette illusion d’un Amour inconditionnel, infini, presque servile, de Dieu pour tous les hommes, quel que soit l’état de leur âme, ainsi que leur “ salut ” acquis par “ l’incarnation rédemptrice ” de Jésus-Christ. Ce que notre Père dénonçait comme “ l’unanimisme wojtylien ”.

Pour mesurer à quel point c’est la contrefaçon de l’Évangile, le vrai, il faut revenir à l’enseignement de notre Père (cf. encart ci-dessous).

TOUT HOMME EST DONC DIGNE D’ÊTRE “ BÉNI ”.

Cet unanimisme gnostique est “ l’arrière-fond ” théologique de Fiducia supplicans. Les bénédictions des couples immoraux « expriment une supplication à Dieu pour qu’il accorde les aides qui proviennent des impulsions de son Esprit afin que les relations humaines puissent mûrir et grandir dans la fidélité au message de l’Évangile, se libérer de leurs imperfections et de leurs fragilités et s’exprimer dans la dimension toujours plus grande de l’amour divin. » ( n° 31)

L’ÉVANGILE, REVELATION DES CŒURS

«SANS doute Jésus a-t-il  paru comme un maître et un bienfaiteur surnaturel, lumière qui allume un feu nouveau dans l’histoire.

« L’essentiel n’est pas là, mais en ceci quil était possible de lui faire sa vraie place dans le monde, de l’accueillir comme on devait, mais que les hommes n’ont pas su ni voulu et l’ont rejeté. Tout vient de là, de ce sang versé et de la grande division qui en est résultée pour le monde. À la lumière de cette expérience bouleversante, les hommes ont sans doute aperçu que leur malheur venait de beaucoup plus loin, ils ont remonté jusqu’au meurtre d’Abel, plus haut même, mais tout était encore réparable justement quand Jésus parut, et par Lui, avec Lui, en Lui. C’est alors seulement que les jeux de l’histoire furent engagés, les dés lancés, et l’humanité a perdu, en partie. Il n’y a pas moyen de revenir là-dessus. La coexistence pacifique est un rêve de paradis perdu. Ce Vendredi saint a décidé des siècles et nous happe chacun de nous pour porter la Croix ou pour frapper encore Jésus qui la porte plus que nous.

« L’Église est la société réparatrice que cette injuste mort du Dieu Sauveur a fait naître. Du sang versé et du torrent d’eau jaillie au côté ouvert par la lance, lui vient son ardeur, sa dévotion, sa sainteté. De génération en génération elle suscite des fidèles en dressant devant eux la Croix de l’Innocente Victime. Le sort en est jeté. Il y a eu crime et chacun de nous s’estime solidaire du déicide. Il est flagrant que cette maldonne, cette injustice vis-à-vis de Lui, chacun de nous l’a commise encore, lui aussi. Toute notre espérance est de revenir là-dessus, de repasser dans ce sang versé, de reconnaître le crime et de prendre parti pour le vaincu du calvaire. Tout notre orgueil est de nous enfoncer dans ce péché et de clamer encore l’atroce cri de la foule : “ Crucifiez-Le ! Crucifiez-Le ! 

« L’Anti-Église, consciente que l’humanité a joué et perdu, que le démon l’a trompée une nouvelle fois, refuse de reconnaître son échec, elle veut l’aggraver encore et désespérément tente de vaincre le Nazaréen. Elle espère un jour ne plus entendre le grand cri qui s’en fut réveiller les morts dans leurs sépulcres.

« Bon gré, mal gré, nous revenons tous rôder au Calvaire, fidèles ou persécuteurs, hantés par ce Mystère ! »

(Lettre à mes amis n° 136)

Le Saint-Esprit est donc requis, par le prêtre, de distribuer ses dons pour que ce couple, dont la conduite est réprouvée par Dieu dans la Sainte Écriture, par saint Paul et toute la Tradition de l’Église sans la moindre équivoque possible, puisse s’aimer d’une manière plus évangélique. « Que leur relation puisse s’exprimer dans la dimension toujours plus grande de l’amour divin » : cet « amour divin » est sans limite, c’est la mystérieuse “ communion ” dont parle le pape François, à la suite de Jean-Paul II, dont le Saint-Esprit est censé être l’auteur et l’animateur, pour construire « une unité qui n’est jamais uniformité, mais une harmonie multiforme qui attire » (Evangelii gaudium n° 117). Que voulez-vous, ces personnes s’aiment ! C’est bien ce que Dieu veut ! Alors on demande à “ l’Esprit ” de les faire s’aimer mieux ! Le pape François l’a d’ailleurs dit lui-même : « Je ne bénis pas un mariage homosexuel, je bénis deux personnes qui s’aiment. » (entretien avec Credere, 8 février 2024)

La simple demande de bénédiction, de la part de ces couples, « est une semence de l’Esprit-Saint qu’il faut nourrir et non entraver » ! Il s’agit bien de cet “ Esprit ” qui agit en tous, d’une manière pour le moins surprenante, et ainsi « tous les frères et sœurs pourront sentir dans l’Église qu’ils sont toujours des pèlerins, toujours des mendiants, toujours aimés et, malgré tout, toujours bénis ». L’unanimisme est ici poussé à son comble : tous les hommes, quelles que soient leur croyance et leur vie morale, apprendront de l’Église qu’ils sont tous, toujours aimés de Dieu, et “ malgré tout ”, tous leurs outrages et blasphèmes, toujours bénis !

Ainsi, nous tenons la perversion de la Foi menée par Jean-Paul II pour la cause lointaine, mais fondamentale, de la pastorale laxiste, quiétiste, du pape François.

UNE MISÉRICORDE “ À BAS COÛT ”.

La Miséricorde est le maître mot du pape François, depuis le début de son pontificat. Il est intarissable quand il parle du pardon divin, de l’indulgence de la Sainte Trinité pour le pauvre genre humain. Il recommande même fréquemment le sacrement de pénitence, allant jusqu’à le recevoir lui-même au vu de tous. Pour une âme qui se sent pécheresse, ou même atteinte de scrupule, cette prédication est consolante, émouvante.

Mais, dans la déclaration Fiducia supplicans, c’est précisément cet amour miséricordieux qui est invoqué pour justifier la bénédiction de couples en état de péché mortel : c’est donc que cette conception de la Miséricorde est spécieuse.

En effet, si l’amour divin revêt chacun d’une “ dignité infinie ”, si nous sommes tous “ élevés jusqu’au Cœur même de Dieu ” du fait de l’Incarnation, comme le professe le pape François, quid des vices qui ravagent notre monde ?

Il répond : « Dieu oublie tout. Comment cela se fait-il ? Oui, il oublie tous nos péchés, il ne s’en souvient pas. Dieu pardonne tout parce qu’il oublie nos péchés. Il suffit de s’approcher du Seigneur [pour demander une bénédiction ?] et il nous pardonne tout » (audience du 25 janvier 2023).

C’est trop facile. C’est un outrage à notre Dieu, par l’omission de sa Sainteté de Justice. Notre Père s’était heurté à cette même tromperie dans l’encyclique Veritatis splendor, de Jean-Paul II publiée en 1993 :

« La dénonciation de cette gravissime erreur, qui est le stade ultime de l’hérésie quiétiste ! est difficile parce qu’elle consiste en la démonstration d’une omission. Or, comme chacun sait, on ne peut prouver un fait négatif. À moins de faire la liste des Noms divins ou Perfections divines qu’ignore ou méprise notre Auteur, et d’en attester l’existence par l’Écriture sainte, à toutes les pages ! les Conciles, les Papes et les Docteurs de l’Église, les écrits, la vie des saints, je n’ai trouvé dans cet exposé prétendu de la Morale fondamentale catholique, pas un mot, pas un adjectif, pas un adverbe qui évoque si peu que ce soit la Justice de Dieu, Souverain Législateur et Juge des vivants et des morts. Aucune mention, jamais, n’est faite de sa Colère sans cesse déchaînée contre les impies. D’impies, d’ailleurs, il n’y en a pas ! ni de ses châtiments contre son Peuple pour le faire revenir à Lui, ni de ses malédictions innombrables contre les nations païennes dans les Livres prophétiques. L’encyclique ignore, le Pape oublie tout cela. » (La Contre-Réforme catholique n° 296, novembre 1993, p. 13)

Cette critique atteint l’ensemble des œuvres du pape François. Il a d’ailleurs reconnu avoir appris de Jean-Paul II ce qu’est la Miséricorde (cf. Saint Jean-Paul II le grand, entretiens avec ­Luigi-Maria Epicoco, p. 100, Mame, 2020). Il peut même, dans l’état actuel de l’Église, aller plus loin que son prédécesseur en niant explicitement la sainteté de Justice de Dieu : « Dans la miséricorde, nous avons la preuve de la façon dont Dieu aime. Il se donne tout entier, pour toujours, gratuitement, et sans rien demander en retour. » (Misericordiæ ­vultus, n° 14)

Et aussi : « C’est pourquoi aucun d’entre nous ne peut poser de conditions à la miséricorde. Elle demeure sans cesse un acte gratuit du Père céleste, un amour inconditionnel et immérité. » (Misericordia et misera n° 2)

Et, pire encore : « La miséricorde de Dieu est sa responsabilité envers nous. Il se sent responsable, c’est-à-dire qu’il veut notre bien et nous voir heureux, remplis de joie et de paix. » (Misericordiæ vultus, n° 9) Cette “ responsabilité ” du Dieu trois fois Saint envers ses créatures ! fait écho à l’encyclique Dives in misericordia, dans laquelle Jean-Paul II soutenait que notre Père céleste se devait, pour être fidèle à lui-même, de faire miséricorde à l’homme par égard à sa dignité ! Tandis que sœur Lucie rappelait, après sa vision du grand châtiment qui devait ébranler la terre que « oui, Dieu est patient, il attend, Dieu est bon, il pardonne, Dieu est Amour, il nous aime ! Mais il veut, demande et exige notre correspondance, notre soumission, notre fidélité ! Dieu est le Seigneur, et je suis son humble servante. » (Mon Chemin, t. 1, p. 124-125)

LE PRIX A PAYER.

« Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père », écrit François. C’est vrai. Mais cette miséricorde est bel et bien conditionnelle. Pour la dispenser aux hommes, notre Sauveur a dû réparer par ses souffrances infinies l’outrage de nos péchés envers la Sainteté de son Père. Lui le Fils de Dieu, l’Agneau sans tache, s’est revêtu aux yeux de son Père de tout l’opprobre de nos péchés, comme s’il les avait lui-même commis, pour en payer le prix à notre place. C’est le mystère de son agonie à Gethsémani, qu’il a révélé à sa confidente, sainte Marguerite-Marie :

« C’est ici où j’ai le plus souffert qu’en tout le reste de ma Passion, me voyant dans un délaissement général du ciel et de la terre, chargé de tous les péchés des hommes. J’ai paru devant la sainteté de Dieu qui, sans avoir égard à mon innocence, m’a froissé en sa fureur, me faisant boire le calice qui contenait tout le fiel et l’amertume de sa juste indignation, et, comme s’il eût oublié le nom de Père, pour me sacrifier à sa juste colère. Il n’y a point de créature qui puisse comprendre la grandeur des tourments que je souffris alors. C’est cette même douleur que l’âme criminelle ressent lorsque, étant présentée devant le tribunal de la Sainteté divine qui s’appesantit sur elle, la froisse et l’opprime et l’abîme en sa juste rigueur. » (Écrits par ordre de la mère de Saumaise, n° 52)

Il nous faut comprendre que Dieu notre Père a nos péchés en horreur, il nous faut les regretter en vérité, et nous convertir. C’est précisément ce que le pape François ne veut pas prêcher, c’est même ce qu’il nie, méprisant ainsi Notre-Seigneur, au nom de la “ dignité ” de l’homme... En vérité, l’Église ne peut “ bénir des couples en situation irrégulière et les couples de même sexe ”. Sa charité envers de telles âmes qui marchent à l’enfer doit les exhorter à se convertir, à s’arracher à leurs vices de toute urgence, avant que Dieu Notre-Seigneur, outragé par leur révolte contre l’ordre qu’il a établi, ne les condamne à l’enfer éternel. Et s’ils se convertissent, alors, oui, notre Père du Ciel les attend comme le fils prodigue, prêt à tout leur pardonner... et à les bénir.

L’autre condition au don de la Miséricorde, plus mystérieuse, était évoquée par saint Paul : « Je trouve ma joie dans les souffrances que j’endure pour vous, et je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps qui est l’Église » (Col 1, 24). Il faut que les âmes s’unissent à la Passion de Jésus pour en recevoir les bienfaits, et cette action peut se faire par la communion des saints, comme Notre-Dame l’enseignait aux trois pastoureaux : « Beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles. » (19 août 1917)

Voilà bien la vraie charité envers les pécheurs : prier et se sacrifier pour eux, et non pas les “ bénir ”, flatter leur orgueil, endurcir leur cœur et les laisser avancer dans leur voie de perdition ! La “ miséricorde ” du pape François est l’antithèse, le substitut infernal au dessein de Miséricorde des Saints Cœurs de Jésus et Marie révélé à Fatima. Notre Dieu offre largement son pardon, il est vrai, mais à la condition de le lui demander humblement par l’aveu au prêtre de nos péchés, par le sentiment d’une contrition sincère et la ferme résolution de ne plus pécher. Il est même prêt à pardonner ses infamies à notre génération apostate, à condition que les âmes embrassent la dévotion réparatrice du Cœur Immaculé de sa très Sainte Mère, non seulement pour travailler à leur propre salut, mais pour le consoler et sauver les innombrables pécheurs qui marchent à l’enfer du fait que personne ne prie et ne se sacrifie pour eux, abandonnés, au nom de leur liberté et de leur dignité, par leurs propres familles, les prêtres, les évêques et le Saint-Père. Car François poursuit un autre dessein de miséricorde qu’il veut plus pastoral.

LA RÉFORME PASTORALE DE FRANÇOIS

La pensée de François est difficile à bien cerner, parce qu’il n’est pas un homme de doctrine. Non pas qu’il soit contre toute forme de doctrine et que lui même n’en ait pas. Mais il a eu, et a peut-être toujours, un réel souci pastoral du bien des âmes, et de leur accès à Jésus, à sa Grâce, à la beauté de l’Évangile. Toujours, néanmoins, dans un contexte conciliaire, c’est-à-dire émancipé de la Tradition bimillénaire de l’Église, et de sa discipline. Sans doute sa pratique personnelle dans la direction des âmes en particulier au confessionnal et dans l’exercice de son ministère, l’ont conduit à opter pour une pastorale généreuse, large, et audacieuse, dans le but de soulager les âmes, sans se laisser entraver par des prescriptions disciplinaires, dogmatiques ou morales “ d’un autre âge ”.

En “ pastorale ”, les idées du pape François sont précises, comme est ferme sa détermination à les mettre en œuvre. Il les a annoncées dans le premier chapitre de son exhortation apostolique Evangelii gaudium (EG), publiée le 24 novembre 2013. C’est le programme de son pontificat.

Faisant appel à la « réforme permanente de l’Église » engagée par le concile Vatican II, François exhorte les fidèles à une « conversion pastorale et missionnaire qui ne peut laisser les choses comme elles sont » (EG n° 25). Il s’agit de « transformer toute chose » ( !), afin que « toute structure ecclésiale devienne un canal adéquat pour l’évangélisation du monde actuel, plus que pour l’autopréservation » (EG n° 27).

Ces grands mots de “ mission ”, et “ d’évangélisation ”, qui reviennent constamment dans le vocabulaire de l’Église conciliaire, sont difficiles à définir précisément. En tout cas, il ne faut pas entendre le terme de “ Mission ” dans son acception traditionnelle, comme l’ont pratiquée des saints François-Xavier et Charles de Foucauld par exemple. Non, la conversion missionnaire à laquelle nous sommes tous invités, c’est, pour parler clair, « de savoir si nous pourrons présenter l’Évangile avec assez de tact et de séduction pour le rendre acceptable, désirable, à l’Homme moderne ! Alors, pas question de l’imposer, d’en rappeler l’obligation sous menace de damnation, ainsi que du baptême, de la foi aux dogmes, de la pratique de la Morale du Christ ! », comme l’expliquait notre Père à propos de l’exhortation apostolique du pape Paul VI Evangelii nuntiandi (1975) et qui demeure LA grande référence du pape François.

De plus, il ne faut pas oublier le “ secret ” de Jean-Paul II, à savoir que le Christ, par son incarnation s’est uni à tout homme, révélant ainsi à chacun sa dignité. Il en résulte que « l’activité missionnaire a pour fin unique de servir l’homme en lui révélant l’amour de Dieu qui s’est manifesté en Jésus-Christ » (Encyclique de Jean-Paul II Redemptoris Missio, 1991, n° 2).

Telle est bien la pensée du pape François :

« À partir du cœur de l’Évangile, nous reconnaissons la connexion intime entre évangélisation et promotion humaine, qui doit nécessairement s’exprimer et se développer dans toute l’action évangélisatrice. » (EG n° 178)

LES PRINCIPES DE LA RÉFORME : UNE “ ÉGLISE SYNODALE ”...

Notre Père écrivait en 1972 : « La grande raison de l’animosité sourde ou déclarée contre la société visible, historique et hiérarchique qu’est l’Église, c’est l’exaltation de l’Évangile, mais de l’Évangile selon l’Esprit [...]. Cet Évangile prétendu, jailli d’une expérience intime et vitale, se réduit à un humanisme fade, quiétisme béat, sorte de religion édulcorée. Le salut y est facile et immédiat, sans péril de damnation, ni besoin de la grâce ni nécessité de mérites. » En conséquence, « plus personne ne conçoit la nécessité de l’unique Église comme médiation entre Dieu et les hommes. Nul besoin de Magistère, ni de culte ni de gouvernement ecclésiastique. L’institution est périmée. » (Préparer Vatican III, p. 66)

Cinquante ans plus tard, le pape François adhère à cet « Évangile selon l’esprit », érigé en système par Jean-Paul II. Pour lui, l’institution de l’Église traditionnelle est périmée. C’est pourquoi il veut encore et toujours la réformer, pour la rendre servante de cet “ Évangile ”.

« L’évangélisation est la tâche de l’Église. Mais ce sujet de l’évangélisation est bien plus qu’une institution organique et hiérarchique, car avant tout c’est un peuple qui est en marche vers Dieu. Il s’agit certainement d’un mystère qui plonge ses racines dans la Trinité, mais qui a son caractère concret historique dans un peuple pèlerin et évangélisateur, qui transcende toujours toute expression institutionnelle même nécessaire. » (EG n° 111)

On retrouve ici toute la doctrine de la Constitution Lumen gentium, du concile Vatican II. L’Église serait, premièrement, un mystère, notion floue, mais bien commode pour se libérer, à dessein, de cette autre, trop claire et trop précise, de société visible, historique, hiérarchique, fondée par Jésus-Christ. Elle serait, deuxièmement, un Peuple « choisi et convoqué par Dieu » (EG n° 113). De cette affirmation notre Père a fait la matière de sa septième accusation en hérésie, celle « d’un Peuple de Dieu convoqué, conduit par l’Esprit, Dieu seul sait où ! Dieu sait comment ! » à l’encontre de l’auteur du CEC (cf. Liber III, 13 mai 1993, p. 22)

La réforme synodale en cours est gouvernée par cette idée selon laquelle chacun, dans l’Église, dans une égalité parfaite, jouit des lumières de l’Esprit-Saint, du fait d’une prétendue dignité commune découlant du seul baptême (cf. Illuminisme synodal, Il est ressuscité n° 248, octobre 2023, p. 27-31). Donc le gouvernement de l’Église ne serait plus seulement “ l’affaire ” de la hiérarchie, mais de tout le Peuple de Dieu qu’il faudrait consulter dans son ensemble pour savoir ce que dit l’Esprit. L’erreur théologique à la base de cette folle réforme qui conduira nécessairement à la dilution de toute forme d’autorité et même à l’anéantissement de l’Église est une conception fausse du Saint-Esprit et de sa mission. La Troisième Personne de la Sainte Trinité procède du Père et du Fils. Elle agit suivant en tout Jésus-Christ, suivant les lois et les progrès de l’évangélisation toujours réalisée et gouvernée par Lui et les Chefs de l’Église – c’est-à-dire la hiérarchie – investis de son pouvoir. Donc l’œuvre du Christ, visible, historique, hiérarchique, est devenue par sa Volonté le support, le cadre, le signe et le sacrement de l’œuvre invisible de l’Esprit-Saint qu’il a envoyé à l’Église et à nulle autre.

Tandis que, pour le pape François, comme déjà pour Jean-Paul II, “ l’Esprit ” est absolument autonome. Capable de toutes les “ surprises ”, « il brise souvent nos attentes pour créer quelque chose de nouveau qui dépasse nos prédictions et notre négativité » (homélie du 4 octobre 2023). Et voilà l’Église livrée à l’arbitraire de ses Pasteurs, à leurs ambitions mondaines, à un “ Esprit ”, celui de Satan. Ainsi en est-il aussi de la “ transformation missionnaire ” prêchée par le pape François.

... “ OUVERTE A TOUS ”.

Dans la constitution apostolique Predicate evangelium (au n° 4), sur la réforme de la Curie romaine (2022), François écrit :

« Il est important d’avoir présent à l’esprit et de valoriser un autre aspect du mystère de l’Église : en elle, la mission est si étroitement liée à la communion que l’on peut affirmer que le but de la mission est précisément de  faire connaître et de faire vivre par tous la nouvelle communion qui, par le Fils de Dieu fait homme, est entrée dans l’histoire du monde ”. [Jean-Paul II, exh. ap. Christifideles laici, 1988] »

Selon Jean-Paul II, cette « nouvelle communion » est l’union de tous les hommes au Christ et entre eux tous, dans l’Esprit-Saint, du fait de l’Incarnation et de la Rédemption. Elle est d’ores et déjà réelle, acquise, il ne s’agit plus que de « la faire connaître et de la faire vivre par tous ». C’est l’objet de la « mission ».

Et, « tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus-Christ », et « il n’a pas besoin de beaucoup de temps de préparation pour aller l’annoncer, il ne peut pas attendre d’avoir reçu beaucoup de leçons ou de longues instructions » (EG n° 120). Mais, attention, « l’Église devra initier ses membres – prêtres, personnes consacrées et laïcs – à cet  art de l’accompagnement ”, pour que tous apprennent toujours à ôter leurs sandales devant la terre sacrée de l’autre (cf. Ex 3, 5) » (EG n° 169). Cela évoque ce que le pape François appelle « l’accompagnement personnel des processus de croissance », qui consiste en un respect absolu de la conscience de l’autre, afin de le faire avancer en toute liberté sur son chemin de maturité, sous la conduite d’un Dieu débonnaire, patient, qui nous aime inconditionnellement, « tels que nous sommes » (discours du 3 août 2023 aux JMJ). L’Église doit donc, comme Jésus, « regarder l’humanité avec miséricorde », et accueillir quiconque le demande, tel qu’il est, et ensuite « chacun rencontre Dieu sur son propre chemin, au sein de l’Église » (conférence de presse du 6 août 2023). C’est ainsi que le pape François justifie son slogan : “ l’Église ouverte à tous, tous, tous ! ”.

Mais qui est empêché, à l’heure actuelle, d’entrer dans l’Église ?

Fiducia supplicans donne clairement une réponse à cette question. Il s’agit de lâcher les principes fondamentaux de la morale révélée, pour que ces commandements divins, que nos contemporains refusent, ne soient plus un obstacle à la “ communion ” universelle dans l’amour de Dieu.

Le pape François s’appuie sur l’autorité ­d’Ecclesiam suam de Paul VI. Il faut que l’Église « se fasse conversation » avec le monde moderne, pour répondre aux « nouveaux défis culturels et pastoraux qui apparaissent » (sermon du 4 octobre 2023). Il donne à ce “ réformisme ” toute sa force, et le met en action. Pour s’opposer à Fiducia supplicans, il faut donc remettre en question ce principe fondamental du concile Vatican II, à savoir la nécessaire et permanente réforme de l’Église pour l’adapter au monde moderne, principe que notre Père critiqua dès 1951, en dénonçant au Saint-Office l’ouvrage du Père Congar, Vraie et fausse réforme dans l’Église. Le pape François a cité cet ouvrage dans son discours d’ouverture du “ processus synodal ” le 9 octobre 2021.

Voyons précisément comment le Saint-Père justifie cette réforme.

LE PRÉTEXTE “ KÉRYGMATIQUE ” 
POUR ÉCLUSER LA TRADITION.

« Dans le monde d’aujourd’hui, avec la rapidité des communications et la sélection selon l’intérêt des contenus opérée par les médias, le message que nous annonçons court plus que jamais le risque d’apparaître mutilé et réduit à quelques-uns de ses aspects secondaires. Il en ressort que certaines questions qui font partie de l’enseignement moral de l’Église demeurent en dehors du contexte qui leur donne sens. Le problème le plus grand se vérifie quand le message que nous annonçons semble alors identifié avec ces aspects secondaires qui, étant pourtant importants, ne manifestent pas en eux seuls le cœur du message de Jésus-Christ. » (Evangelii Gaudium, n° 34)

N’est-ce pas dire, avec une prudence toute “ jésuitique ”, que le Monde auquel il faut annoncer l’amour infini de Dieu, critique l’Église pour la rigidité de sa doctrine morale, son “ homophobie ”, sa défense de l’indissolubilité du lien du mariage... ? Autant d’aspects secondaires qui masqueraient le cœur, l’essentiel du message de l’Évangile ? Aussi faudrait-il d’abord présenter aux hommes de notre temps « le cœur fondamental de l’Évangile, où resplendit la beauté de l’amour salvifique de Dieu manifesté en Jésus-Christ mort et ressuscité » (EG n° 36, cité dans Fiducia supplicans). Voilà le « kérygme », cette annonce essentielle « qui doit être au centre de l’activité évangélisatrice et de tout objectif de renouveau ecclésial » (EG n° 164).

« Et il en ressort avec clarté que la prédication morale chrétienne n’est pas une éthique stoïcienne, elle est plus qu’une ascèse, elle n’est pas une simple philosophie pratique ni un catalogue de péchés et d’erreurs. L’Évangile invite avant tout à répondre au Dieu qui nous aime et qui nous sauve, le reconnaissant dans les autres et sortant de nous-mêmes pour chercher le bien de tous. » (EG n° 39)

C’est tout ? C’est tout ! Que les hommes comprennent seulement “ qu’ils sont aimés et sauvés tels qu’ils sont ”, “ qu’ils ont à sortir d’eux-mêmes pour travailler au bien de tous ”, il n’est pas nécessaire de leur en demander davantage, surtout pas de se convertir de leurs erreurs ni de leurs péchés, couverts par des œuvres de fraternité, et de surcroît par une Miséricorde infinie consentie sans condition par un Dieu brûlant d’amour pour sa créature.

« Certains usages, qui ne sont pas directement liés au cœur de l’Évangile peuvent être beaux. Cependant maintenant ils ne rendent pas le même service pour la transmission de l’Évangile. N’ayons pas peur de les revoir. De la même façon, il y a des normes ou des préceptes ecclésiaux qui peuvent avoir été très efficaces à d’autres époques, mais qui n’ont plus la même force éducative comme canaux de vie. Saint Thomas d’Aquin soulignait que les préceptes donnés par le Christ et par les Apôtres au Peuple de Dieu  sont très peu nombreux ”. Citant saint Augustin, il notait qu’on doit exiger avec modération les préceptes ajoutés par l’Église postérieurement  pour ne pas alourdir la vie aux fidèles  et transformer notre religion en un esclavage, quand  la miséricorde de Dieu a voulu qu’elle fût libre ”. Cet avertissement, fait il y a plusieurs siècles, a une terrible actualité. Il devrait être un des critères à considérer au moment de penser une réforme de l’Église et de sa prédication qui permette réellement de parvenir à tous. » (EG n° 43)

Le plan de réforme est donc bien arrêté. Les exigences morales, définies par l’Église au long des siècles sous l’inspiration de l’Esprit-Saint, le vrai ! qui sont autant de barrières, de remparts de la Cité de Dieu, sont susceptibles d’êtres supprimées, sous prétexte qu’elles n’ont pas été définies dans le détail par le Christ et les Apôtres.

Dans son exhortation apostolique C’est la con­fiance, parue le 15 octobre 2023 pour le 150e anniversaire de la naissance de Sainte Thérèse de Lisieux, le Saint-Père a opportunément rappelé cette distinction entre le “ cœur de l’Évangile ”, unique nécessaire, et le reste des « enseignements ou normes de l’Église » qui sont moins « urgents et structurants ». À croire que ce rappel était l’unique objectif de cette exhortation, publiée en pleine session synodale, quelques mois avant la parution de Fiducia supplicans.

Par conséquent, « un cœur missionnaire est conscient de ses limites et se fait  faible avec les faibles, tout à tous  (1 Co 9, 22). Jamais il ne se ferme, jamais il ne se replie sur ses propres sécurités, jamais il n’opte pour la rigidité autodéfensive. Il sait que lui-même doit croître dans la compréhension de l’Évangile et dans le discernement des sentiers de l’Esprit, et alors, il ne renonce pas au bien possible, même s’il court le risque de se salir avec la boue de la route. » (EG n° 45) Voilà le pécheur laissé à sa médiocrité personnelle, dissuadé par avance de se convertir, de croire, d’adorer, d’espérer, d’aimer – vertus que sans doute le Saint-Père désigne par « ses propres sécurités » ou encore « rigidité autodéfensive » – et puisse attirer, conquérir, presser les âmes des pauvres pécheurs à se convertir. Non, il vaut mieux mettre de côté tout cela, quitte à « se salir avec la boue de la route »...

Tel ne fut pas l’ordre de Notre-Seigneur à l’encontre de ceux qui refusent de se convertir : « En quelque ville que vous entriez, si l’on ne vous accueille pas, sortez sur les places et dites : Même la poussière de votre ville qui s’est collée à nos pieds [la boue de la route] nous l’essuyons pour vous la laisser. Pourtant, sachez-le, le Royaume de Dieu est tout proche.  Je vous dis que pour Sodome en ce Jour-là, il y aura moins de rigueur que pour cette ville-là. » (Lc 10, 10-12)

 L’HOSPITALITÉ EUCHARISTIQUE ” 
EN VUE DE LA FRATERNITÉ.

Mais il est possible que le Saint-Père ne se limite pas à autoriser des bénédictions de couples de personnes de même sexe.

« L’Église  en sortie  est une Église aux portes ouvertes (...). De sorte que, si quelqu’un veut suivre une motion de l’Esprit et s’approcher pour chercher Dieu, il ne rencontre pas la froideur d’une porte close. Mais il y a d’autres portes qui ne doivent pas non plus se fermer. Tous peuvent participer de quelque manière à la vie ecclésiale, tous peuvent faire partie de la communauté, et même les portes des sacrements ne devraient pas se fermer pour n’importe quelle raison. Ceci vaut surtout pour ce sacrement qui est  la porte ”, le Baptême. L’Eucharistie, même si elle constitue la plénitude de la vie sacramentelle, n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles. Ces convictions ont aussi des conséquences pastorales que nous sommes appelés à considérer avec prudence et audace. Nous nous comportons fréquemment comme des contrôleurs de la grâce et non comme des facilitateurs. Mais l’Église n’est pas une douane, elle est la maison paternelle où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile. » (EG n° 46-47)

Si encore l’Église, étouffée par un courant janséniste étroit entravait l’accès aux sacrements, à la communion, par une “ douane pastorale ” sévère, on comprendrait cet avertissement. Mais qui rappelle encore qu’il faut être en état de grâce pour communier ?

En fait, ce passage d’Evangelii Gaudium révèle la volonté du Saint-Père d’ouvrir “ l’hospitalité eucharistique ” à tous les hommes, pour, enfin, accomplir la “ communion ” universelle. Paul VI, déjà, avait permis des communions sacrilèges, à des fins œcuméniques. Notre Père le lui avait reproché avec indignation :

« Je l’ai dit au Saint-Office, je le redis et le redirai inébranlablement : Personne au monde, ni évêque, ni cardinal, ni ange, ni pape même, n’a ce droit de donner le Sacrement des Vivants à ceux qui sont morts, le Sacrement du Corps physique du Christ à ceux qui ne font pas partie de son visible Corps mystique [...]. Je dis bien : nulle autorité au monde n’a le pouvoir de recevoir en notre “ Communion ” eucharistique ceux qui ne font pas, pas encore, partie de la “ Communion catholique ”. Vous, le premier Pape de l’histoire qui l’avez permis et vulgarisé, ne Vous êtes-Vous pas rendu, ce faisant, coupable de dissidence, de rupture dans “ l’unité de direction ”, c’est-à-dire coupable du crime de schisme ? » (Liber accusationnis I, p. 67)

Le 15 novembre 2015, en visite à “ l’Église ” évangélique luthérienne de Rome, le pape François a répondu à la question de madame Anke de Bernardinis, protestante mariée à un catholique romain, qui prétendait souffrir de ne pouvoir participer avec son époux « au repas du Seigneur ». Elle demandait : « Que pouvons-nous faire pour parvenir enfin à la communion sur ce point ? »

Réponse de François : « Je ne sais pas comment vous répondre [...]. Nous avons le même baptême [...]. Il y a des questions auxquelles seule la sincérité envers soi-même, et le peu de  lumières  théologiques que je possède, permet de répondre : c’est pareil, à vous de voir. Un ami pasteur me disait :  Nous croyons que le Seigneur est présent là. Il est présent. Vous croyez que le Seigneur est présent. Où est la différence ?  Eh bien, ce sont des explications, des interprétations...  La vie est plus grande que les explications et les interprétations. Faites toujours référence au baptême :  Une foi, un baptême, un Seigneur ”, nous dit saint Paul, et à vous d’en tirer les conclusions. Je n’oserais jamais donner la permission de faire ceci ou cela, car cela n’est pas de ma compétence. Un baptême, un Seigneur, une foi. Parlez avec le Seigneur et allez de l’avant. Je n’ose pas en dire plus. »

Ensuite, dans l’exhortation apostolique Amoris lætitia du 19 mars 2016, sur « L’amour dans la famille », le pape François en vient à parler des “ unions irrégulières ”. « À cause des conditionnements ou des facteurs atténuants, il est possible que, dans une situation objective de péché – qui n’est pas subjectivement imputable ou qui ne l’est pas pleinement – l’on puisse vivre dans la grâce de Dieu, qu’on puisse aimer, et qu’on puisse également grandir dans la vie de la grâce et dans la charité, en recevant à cet effet l’aide de l’Église. [351] Le discernement doit aider à trouver les chemins possibles de réponse à Dieu et de croissance au milieu des limitations. »

À la note [351], on lit : « Dans certains cas, il peut s’agir aussi de l’aide des sacrements. Voilà pourquoi,  aux prêtres je rappelle que le confessionnal ne doit pas être une salle de torture, mais un lieu de la miséricorde du Seigneur ” (EG n° 44). Je souligne également que l’Eucharistie  n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles ” (EG n° 47). »

Nous voyons ici comment les affirmations ambiguës d’Evangelii Gaudium sont citées en temps opportun par le Saint-Père, quand le moment est venu de mettre en pratique la réforme que cette exhortation apostolique “ programmatique ” contenait en germe. Ce passage d’Amoris lætitia a été compris par tous comme un relâchement de la discipline des sacrements en accordant l’accès des divorcés remariés à la Sainte Communion. Dans le contexte actuel d’immoralité au sein même de l’Église, il s’agit davantage de s’ouvrir au monde, plutôt que d’encourager la conversion des pécheurs.

Le 29 juin 2022 paraissait la Lettre apostolique Desiderio desideravi, sur la formation liturgique du Peuple de Dieu. Le pape François évoque en termes touchants la miséricorde du Cœur eucharistique de Jésus. « Personne n’avait gagné sa place à ce repas. Tout le monde a été invité. Ou plutôt, tous ont été attirés par le désir ardent que Jésus avait de manger cette Pâque avec eux [...]. Son désir infini de rétablir cette communion avec nous, qui était et reste son projet initial, ne sera pas satisfait tant que tout homme, de toute tribu, langue, peuple et nation (Ap 5, 9) n’aura pas mangé son Corps et bu son Sang. » ( n° 4)

Mais, là encore, cette “ miséricorde ” sonne faux. « Le monde ne le sait pas encore, mais tous sont invités au repas des noces de l’Agneau (Ap 19, 9). Pour être admis au festin, il suffit de porter l’habit nuptial de la foi, qui vient de l’écoute de sa Parole (cf. Rm 10, 17). L’Église taille ce vêtement sur mesure pour chacun, avec la blancheur d’un tissu lavé dans le Sang de l’Agneau (cf. Ap 7, 14). »

« L’habit nuptial de la foi » est-il vraiment « taillé sur mesure pour chacun » ? N’y a-t-il pas une seule Foi, « inchangée, inchangeable, non négociable, pour cause de perfection divine » ?

J’écrivais alors : « Le pape François dévoile ici la pensée qui commande toute cette longue Lettre apostolique : “ Nous ne devrions pas nous permettre ne serait-ce qu’un seul instant de repos, sachant que tous n’ont pas encore reçu l’invitation à ce repas, ou que d’autres l’ont oubliée ou se sont perdus en chemin dans les méandres de la vie humaine. 

« Il manque, dans cette énumération, ceux qui refusent de se rendre à cette invitation, en toute connaissance de cause, désignés et condamnés sévèrement par Jésus, dans la parabole évangélique (Mt 22, 1-14) et aujourd’hui renouvelé par nous-mêmes, qui sommes catholiques et français de père en fils depuis quinze siècles, et qui ne nous déplaçons plus pour nous rendre aux noces de l’Agneau le dimanche. C’était la hantise de notre Père. Cependant, le pape François poursuit sa chimère unanimiste, en se citant au n° 27 d’Evangelii gaudium : “ J’imagine un choix missionnaire capable de transformer toute chose, afin que les habitudes, les styles, les horaires, le langage et toute structure ecclésiale [catholique ou non !] devienne un canal adéquat pour l’évangélisation du monde actuel, plus que pour l’autopréservation [le Pape désigne sous ce terme la défense de la foi catholique jadis assurée par le Saint-Office aboli par le pape Paul VI] : afin que tous puissent s’asseoir au repas du sacrifice de l’Agneau et vivre de Lui ” sachant que “ toute réception de la communion au Corps et au Sang du Christ a déjà été voulue par Lui lors de la dernière Cène ” ( nos 5 et 6). » (Il est ressuscité n° 234, juillet 2022, p. 8)

Nous comprenons maintenant qu’il s’agit en fait de « transformer » les conditions d’accès à la Sainte Communion, en vue de « l’évangélisation du monde actuel ». Cette Lettre apostolique est si ambiguë qu’un évêque brésilien a pu s’en réclamer pour donner la communion à un musulman. C’était le 28 août 2023 à Londrina, lors de la messe d’enterrement du cardinal Geraldo Majella Agnelo. Mgr Geremias Steinmetz, évêque de ce diocèse, a donné le Corps de Notre-Seigneur au cheikh Ahmad Mahairi, qui s’est éloigné sans consommer la Sainte Hostie.

Pour répondre aux catholiques scandalisés, Mgr Steinmetz a avancé trois arguments. Il s’est d’abord assuré personnellement que le cheikh Mahairi avait bien consommé le Corps du Christ. Il a ensuite cité la déclaration Nostra ætate, du concile Vatican II, dans laquelle il est écrit que « l’Église regarde avec estime les musulmans » ( n° 3). Enfin, il a rappelé « ce que le pape François nous enseigne dans son dernier document sur la liturgie, Desiderio desideravi : Personne n’avait gagné sa place lors de la Dernière Cène. Au contraire, ils ont été invités, attirés par le désir ardent de Jésus lui-même de partager ce repas de la Pâque avec eux [...]. “ De notre part, la réponse possible, l’ascèse la plus exigeante consiste, comme toujours, à nous abandonner à son amour, à nous laisser attirer par lui. Ce qui est certain, c’est que toutes nos communions au Corps et au Sang du Christ ont été désirées par lui lors de la Dernière Cène ”, a écrit le pape François. »

Et le fait est que le pape François n’a rien fait pour condamner ce sacrilège, ni pour démentir cette interprétation de son enseignement.

Lors de son voyage à Fatima, les 12 et 13 mai 2017, il avait dit : « Je me veux prophète et messager pour laver les pieds à tous les hommes, à la même table qui nous unit. » Dans tous ses messages et allocutions lors de ce pèlerinage dramatique, il était visible que le Saint-Père prétendait apporter un salut plus universel, plus large, plus “ miséricordieux ” que l’Alliance dans le Cœur Immaculé de Marie, révélée à Fatima.

En effet, en prétendant « laver les pieds à tous les hommes », le Saint-Père ne parle pas de les baptiser, en tout cas, il ne fait plus du sacrement de baptême une condition du salut.

Je commentais : « Mais alors, de quel pain compte-t-il nourrir “ à la même table qui nous unit ” ceux dont il aura seulement lavé les pieds ? Car ce ne peut être celui de l’Eucharistie, aliment spirituel des seuls baptisés. À moins qu’il ne généralise “ l’hospitalité eucharistique ” à tous les hommes ?

« Dans ce cas, je comprends son laxisme vis-à-vis des divorcés remariés... Et son opposition sourde à la dévotion réparatrice des premiers samedis que nous lui demandons en vain de recommander, condition de salut posée par Notre-Dame de Fatima à Pontevedra... » (Il est ressuscité n° 176, juin 2017, p. 6)

De nouveau, on mesure l’opposition frontale entre la “ miséricorde ” du pape François, et le dessein de miséricorde des saints Cœurs de Jésus et Marie révélé à Fatima. En donnant la communion à ces trois enfants innocents, l’Ange précurseur a dit : « Mangez et buvez le Corps et le Sang de Jésus-Christ, horriblement outragé par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes et consolez votre Dieu. » Notre Dieu veut sauver les pécheurs qui l’outragent dans le Sacrement de son Corps, en demandant aux âmes ferventes, aimantes, de communier avec Amour, dévotion, et esprit de réparation. De même, les outrages commis contre le Cœur Immaculé de Marie sont réparés par la communion des âmes ferventes, préalablement purifiées par la confession, et excitées à l’esprit de réparation par la méditation des mystères du Rosaire. Telle est la volonté de Miséricorde de notre Dieu.

Tandis que le pape François, arguant de la miséricorde divine, du « rêve de Dieu » d’instaurer une communion fraternelle entre tous les hommes, abuse de son autorité pontificale pour faire descendre Jésus-­Hostie dans des âmes pécheresses, qui Le blessent par leurs vices et leurs souillures.

CONCLUSION

LE CŒUR IMMACULÉ DE MARIE 
FERA LA CONTRE-RÉFORME...

Le 26 mai 2003, à la fin du pontificat de Jean-Paul II, sœur Lucie a vu la Sainte Vierge en larmes, comme le raconte sa supérieure, mère Marie-Céline : « J’étais avec elle dans le chœur pour la prendre en photo, auprès d’une statue du Cœur Immaculé de Marie que l’on nous avait offerte peu avant. La photo prise, sœur Lucie continua à regarder la statue. Je ne la dérangeai pas... Se tournant vers moi, elle me dit avec angoisse :  Notre-Dame pleure. ” » (frère François de Marie des Anges, Sœur Lucie, confidente du Cœur Immaculé de Marie, p. 454-455)

Ces larmes silencieuses renouvellent la plainte de notre Mère du Ciel à Pontevedra, le 10 décembre 1925 : « Vois, ma fille, mon Cœur entouré d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler. »

Les pires ingratitudes sont celles des Souverains Pontifes, qui, depuis Pie XI, refusent d’embrasser la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, Jean-Paul Ier excepté, par qui notre Père du Ciel veut les sauver, avec toute l’Église et le monde entier. En châtiment d’une telle insoumission, Notre-Seigneur les a abandonnés à leurs errements, à leurs ambitions, à leurs illusions. Dans leur orgueil, ils ont voulu réformer l’Église : elle est maintenant « à moitié en ruine », en bonne voie de l’être complètement. La flamme de la charité ne brûle plus dans les cœurs, la Vérité n’est plus enseignée, les âmes, livrées à elles-mêmes, tombent sous l’empire du démon et marchent à l’enfer. C’est la cause de l’immense chagrin de Notre-Dame : « Elles sont si nombreuses les âmes que la Justice de Dieu condamne pour des péchés commis contre moi, que je viens demander réparation. » (Tuy, 13 juin 1929)

Voilà la première et principale “ mission d’évangélisation et de conversion ” à remplir au sein même d’une Église en proie à l’apostasie de ses pasteurs et aux pires désordres qui en sont la conséquence : compatir au chagrin de notre Divine Mère, et, pour la consoler, obéir à ses demandes, notamment en priant beaucoup pour le Saint-Père, pour qu’enfin il instaure dans l’Église la dévotion réparatrice au Cœur Immaculé de Marie.

Plutôt que d’émettre des “ dubia ” sur des questions morales, l’œuvre urgente, capitale, au moment où, manifestement, Dieu va châtier la terre par une nouvelle guerre mondiale, est d’obtenir du Saint-Père qu’il se soumette aux volontés du Ciel, obtenant ainsi le don de la Paix, et les grâces nécessaires pour revenir à la vraie religion. À la fin de son second Livre d’accusation, notre Père l’abbé de Nantes a démontré que l’enseignement de Jean-Paul II et du concile Vatican II contredisaient radicalement le message de Notre-Dame de Fatima. Il a accusé le Saint-Père de ne pas vouloir se soumettre aux demandes de Notre-Dame, et l’a supplié de le faire enfin, pour le salut du monde. Si les opposants au pape François invoquaient le Cœur Immaculé de Marie, et se mettaient vraiment à son service, leur combat serait béni par le Ciel.

... POUR UN “ VATICAN III ” RESTAURATEUR.

En étudiant la pensée du pape François, nous constatons les ravages que l’enseignement du concile Vatican II, le progressisme de Paul VI et surtout la gnose de Jean-Paul II ont faits dans les esprits et dans les cœurs, et, parallèlement, nous admirons l’actualité des analyses de notre Père. Il a suivi la réforme conciliaire, il a tout compris et tout prévu, au moment même où les textes étaient discutés. Il nous a préservés ainsi de l’illusion du traditionalisme de façade que Jean-Paul II et Benoît XVI ont voulu manifester, aveuglant bon nombre de catholiques sur le venin de leur enseignement dont François fait aujourd’hui mûrir les mauvais fruits.

Critiquer le libéralisme moral du pape François au nom de l’enseignement de Jean-Paul II est sans force. L’exaltation obsessionnelle de la liberté de l’homme, de sa dignité, de l’Amour inconditionnel de Dieu pour sa créature, qui fait le tout de la gnose wojtylienne, a conduit toute une génération de théologiens à réclamer une pleine licence morale. Après avoir ébranlé les fondements de la foi au nom d’un culte débridé de l’homme, Jean-Paul II eut beau jeu ensuite de vouloir éteindre l’incendie qu’il avait lui-même allumé en la leur refusant, pour garder l’Église dans les limites d’un “ sage ” réformisme. Il s’est donc opposé à ces théologiens par une série d’encycliques qui ne furent d’aucun effet sur le déluge de corruption qui ravageait l’Église sous ses yeux, mais, en nouveau Luther, il ne renia aucune de ses erreurs, dont se prévalaient et se prévalent encore aujourd’hui ces “ anabaptistes ” pour expliquer, excuser et finalement justifier l’homosexualité, le mariage des prêtres, les divorcés remariés, etc (cf. le commentaire de Splendor Veritatis par notre Père dans la CRC n° 296, nov. 1993).

Poursuivant l’œuvre de notre Père, il nous faut continuer à dénoncer les nouveautés doctrinales clairement hérétiques contenues tout à la fois dans les Actes du concile Vatican II et dans les enseignements subséquents de Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI et, aujourd’hui, ceux de François. Enseignements “ authentiques ” certes donnés au nom de l’Église mais sans la moindre garantie d’infaillibilité. C’est notre vocation propre de disciples de l’abbé de Nantes que de travailler au triomphe du Cœur Immaculé de Marie en demandant la condamnation de ces erreurs par un concile Vatican III réparateur, restaurateur de la Sainteté et de l’Unité du Corps mystique du Christ.

Tandis que les « aboiements de l’OTAN à la porte de la Russie », selon l’expression du pape François, se font de plus en plus menaçants, acheminant inéluctablement nos Nations vers un conflit d’ampleur mondiale, il nous faut plus que jamais prier et nous dévouer au Cœur Immaculé de Marie, pour que le Saint-Père tombe en larmes à ses pieds, à la vue de « tant de routes, tant de chemins et de champs pleins de gens morts, perdant leur sang, et d’autres gens qui pleurent de faim et n’ont rien à manger », selon la vision de Jacinthe.

« Vous aurez beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort » – « Dans le monde, vous aurez beaucoup à souffrir. Mais gardez courage, j’ai vaincu le monde ! »

frère Bruno de Jésus-Marie