2019

Le martyre, accomplissement de notre vocation de service pour la vie éternelle

L’Évangile d’aujourd’hui nous rapporte l’altercation de Notre Seigneur avec les sadducéens qui refusaient de croire en la résurrection des morts. Que pouvons-nous dire sur notre vie future et l’éternité qui nous attend dans l’autre monde ? En ces temps de désorientation diabolique où ces vérités ne sont plus enseignées, mettons-nous à l’école de notre Père pour réaffirmer notre foi en la résurrection des morts et en la vie éternelle.

Notre engagement phalangiste au service de l’Église

Ô mon Jésus, je ne rougirai pas de Vous dans cette génération adultère et pécheresse, dans ce monde apostat du 21e siècle. Nous espérons ne pas mourir dans ces temps affreux d’apostasie, avant d’avoir vu votre règne revenir en puissance dans notre pays, dans notre Église, sur la terre tout entière. C’est cette espérance surnaturelle, mais aussi humaine, temporelle qui nous fait nous engager avec joie et courage, avec un espoir magnifique.

Mon Dieu, je vous adore et je vous aime...

Ô mon Dieu, que ce jour de la fête de la Sainte Trinité qui commence en cris de louange pour votre bonté se continue en reconnaissance de vos bienfaits. Que je vive en vous et pour vous, afin de bien vous servir sur la terre et mériter la vie éternelle pour mon bonheur et celui de ceux que j’aime, pour votre louange de gloire et pour l’accroissement de cette vie divine si glorieuse qu’est votre vie d’amour, ô Père, ô Fils, ô Saint-Esprit.

La modification évangélique

Nous avons vu dimanche dernier comment le discours des Béatitudes venait renverser la sagesse naturelle des Juifs, l’idée tout humaine du bonheur sur terre. Après avoir enseigné la Charte de son Royaume, Jésus nous montre aujourd’hui, dans le chapitre 6e de saint Luc, ce qu’il faut faire pour devenir les élus de son Cœur, pour être proclamés « fils du Très-Haut » et obtenir la grande récompense du bonheur éternel qui nous a été préparé de toute éternité par notre Père du Ciel.

La joie de “ Notre ” purification

La fête que nous célébrons aujourd’hui est encore dans le rayonnement de celle de Noël. « Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la Loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur. » Saint Luc dit bien “ leur ” purification, parce qu’il pense à la prophétie de Malachie qui annonçait qu’un jour le Seigneur entrerait dans son temple pour y purifier les fils de Lévi, c’est-à-dire les prêtres... Lorsque l’Enfant Jésus entre au Temple de Jérusalem pour la première fois dans les bras de la Sainte Vierge, c’est l’accomplissement de cette prophétie.

L’Église est le corps du Christ

Le Christ est la cause de l’unité de l’Église. Et si l’Église est le corps du Christ, dans une première acception, c’est parce que Jésus-Christ assume, intègre, unit les hommes qui ont foi en lui. Il les redistribue selon ses ministères et charismes, Il aplanit leurs différences naturelles et sociales pour leur conférer son unité, les hiérarchiser au sein des divers ministères qui sont nécessaires à la vie et à la croissance de son Église.